Le roi du basket-ball en Afrique n’est pas encore mort. L’Angola, champion onze fois au cours des treize derniers Afrobasket, s’est qualifié pour la finale de l’édition 2015, ce 29 août à Radès. On avait enterré ces Angolais un peu vite, après un premier tour poussif (deux courtes victoires et une défaite) et un huitième de finale remporté de justesse face à la Centrafrique. Mais les Palancas Negras ont su hisser leur niveau de jeu et surtout annihiler celui de la Tunisie 58-51, en demi-finale du tournoi.
Le roi du basket-ball en Afrique n’est pas encore mort. L’Angola, champion onze fois au cours des treize derniers Afrobasket, s’est qualifié pour la finale de l’édition 2015, ce 29 août à Radès. On avait enterré ces Angolais un peu vite, après un premier tour poussif (deux courtes victoires et une défaite) et un huitième de finale remporté de justesse face à la Centrafrique. Mais les Palancas Negras ont su hisser leur niveau de jeu et surtout annihiler celui de la Tunisie 58-51, en demi-finale du tournoi.

Increvable Angola ! On la pensait diminuée par rapport aux années précédentes mais l’Angola, championne en titre, n’a pas failli. Malgré quelques absences chez les joueurs cadres, la nation la plus titrée du continent africain s’est glissée jusqu’en finale de l’Afrobasket, s’imposant (58-51) face à une Tunisie portée par ses 13 000 supporters.

La Tunisie n’a jamais pu combler le 15-9 encaissé dans le premier quart-temps. Salah Mejri, diminué physiquement, et ses coéquipiers ont couru après le score toute la rencontre et y ont mis du coeur. Les 13 000 personnes présentes dans la salle ont pourtant poussé et leurs encouragements ont payé. À 8 minutes de la fin du temps réglementaire, les Tunisiens reviennent à hauteur de leurs adversaires du soir. L’Angola est complètement déstabilisée par le retour en force des locaux. Une frayeur de courte durée puisque Carlos Morais and co reprennent vite le contrôle du match malgré une Tunisie volontaire.

« On a eu un début de match très difficile, on l’a très mal géré, a réagi l’entraîneur tunisien Adel Tlatli. Les joueurs ont donné le maximum d’eux-mêmes mais il nous a manqués un peu d’efficacité de la part de Salah, au niveau défensif. Il était blessé. On a caché un peu sa blessure ces derniers jours. [...] Je pense qu'il a un peu joué avec le feu pour son avenir, vis-à-vis du contrat qui l'attend à Dallas (en NBA, ndlr). Il a fait honneur à son pays malgré le fait qu'il n'était pas au top de sa forme ».

L'Angola tient bon

Les Tunisiens se sont réveillés durant le dernier quart temps de cette demi-finale, mais les Angolais n’ont pas paniqué après avoir encaissé un 9-0. Les Maghrébins sont certes revenus à deux longueurs. L’expérience de Carlos Morais, meilleur joueur de l’Afrobasket 2013, et celle d’Eduardo Mingas, 14 points inscrits par chacun, ont toutefois permis de faire la différence.

En finale, ce 30 août, l’Angola affrontera donc le Nigeria, comme en 1999 et 2003. Les Tunisiens, eux, disputeront le bronze aux Sénégalais, juste avant. Mais la motivation sera-t-elle au rendez-vous ?

L’Angola jouera ce dimanche face au Nigeria sa 15e finale de l’Afrobasket.

Retour à l'accueil