Bismack Biyombo et Emmanuel Mudiay sont déjà à Kinshasa avec les Léopards de la République Démocratique du Congo.

Bismack Biyombo et Emmanuel Mudiay sont déjà à Kinshasa avec les Léopards de la République Démocratique du Congo.

A près de deux mois de l’Afrobasket 2017, la compétition africaine de Basket-ball, les Léopards Dames et Messieurs affûtent leurs armes à Kinshasa avec l’arrivée de quelques professionnels. Cette compétition est fixée du 8 au 16 septembre prochain au Sénégal et en Tunisie. Le manager des équipes nationales de la RDC (Dames et Messieurs), Djo Lolonga assure que le pays va bien se comporter à l’Afrobasket 2017. 

Suivez son interview avec Radio Okapi.

Radio Okapi : Bonjour Djo Lolonga

DL : Bonjour Radio Okapi.

Radio Okapi : Vous êtes manager de l’équipe nationale de Basket-ball. Nous voulons savoir comment se porte cette équipe dans ses deux versions ?

DL : Les équipes nationales se portent bien. Nous avons des joueurs évoluant à l’étranger qui ont commencé à arriver en RDC. Au niveau du championnat local, les joueurs sélectionnés s’entrainent déjà avec leurs sélectionneurs respectifs. Pour les dames ainsi que pour les hommes. A partir du lundi prochain, nous aurons des effectifs complets aussi bien du côté des dames que des hommes.

Radio Okapi : Il y a des arrivées signalées. Est-ce que vous pouvez nous les confirmer notamment Bismack et les autres ?

DL: Par rapport aux arrivées, du côté des hommes, il nous manque trois joueurs à savoir : Mohamed Tumba, Djo Yele et Chaddrack Lofile. Ce dernier arrive ce dimanche. Mohamed Tumba attend juste le dernier document avec son club respectif et Djo Yele est attendu à partir du mois d’août. Sinon tous les autres sont là. C’est la raison pour laquelle nous avons établi une liste de vingt joueurs que nous avons envoyée à la FIBA. Parmi les vingt, nous aurons encore douze à sélectionner pour la phase finale.

Radio Okapi: Les internationaux qui arrivent à Kinshasa y resteront jusqu’au mois de septembre, date à laquelle l’équipe va quitter Kinshasa ?

DL : Les équipes ne quitteront pas en septembre, elles vont s’entrainer au terrain de l’Ecole française tandis que les hommes partiront un peu plus tôt. Les hommes vont participer à des matches amicaux à l’extérieur. En mi-août, ils feront des rencontres avec les différentes équipes en Tunisie et autres.

Radio Okapi : Au niveau des femmes, comment les choses se passent ?

DL : Au niveau des femmes, le retard que nous avons subi par rapport à la phase éliminatoire contre la RCA a mis en retard notre procédure. Nous avons du mal à sélectionner. D’ici le 25 juillet, nous aurons un bon effectif au niveau des dames. Il nous restera un temps un peu limité pour préparer les dames mais nous sommes confiants car nous aurons le renfort des joueuses de l’étranger.

Radio Okapi : Avant l’arrivée des joueuses internationales, il y a un programme spécifique pour la remise à niveau des dames évoluant au pays?

DL : Dans toutes les équipes, il y a des erreurs. La fédération qui gère l’équipe nationale n’est pas là pour former les athlètes mais plutôt prendre les athlètes déjà formés au niveau de leurs clubs. Bien sûr la fédération est responsable dans le sens que c’est elle qui organise le championnat au niveau des clubs. Il y a un travail qui doit être fait. Les joueuses qui ont participé aux rencontres avec la RCA ont commencé des entrainements plus tôt afin de pouvoir corriger leurs erreurs et améliorer leur prestation. Il ne faut pas condamner les clubs parce qu’en RDC, le basket est un sport d’amateurs. Nous n’avons pas de sponsors et ce n’est pas un sport professionnel. Tout cela demande un coût, de l’argent qu’il faut trouver.

Ces propos sont recueillis par Enoch Matondo

Retour à l'accueil