553732 362659027120256 100001284840411 1150944 709960576 n

 

En terminant deuxième de la saison, Souffelweyersheim a décroché le droit d'organiser le Final Four de NM1. Les Alsaciens auront donc l'avantage d'évoluer à domicile, un atout non négligeable d'autant que leurs futurs adversaires devront eux d'abord passer par les quarts de finale avant de rejoindre Souffel.

 

 

C'est le cas du BC Orchies qui recevra Sorgues ce samedi soir. En championnat, à l'aller le 21 janvier, les Orchésiens l'avaient emporté 87 - 75. Ils avaient dominé la rencontre d'un bout à l'autre avec une remarquable prestation d'Amadou Gacko. Au retour, le 5 mai, les Sorguais l'ont emporté 83 à 75 avec leur meneur Arnaud Thinon. Match nul donc entre ces deux formations dans la phase régulière du championnat.

 

Grand retour de Lionel Bomayako

L'ailier international Centrafricain Lionel Bomayako ferra son grand retour après trois semaines d'indisponibilé suite à une entorse à la cheville. Son apport offensif sera sans doute la clé de cette rencontre car jusque là il detient un record de 10/11 derrière la ligne des trois-points. Lionel est sans doute une pierre précieuse pour le BCO!

 

 

Pourtant, sur l'ensemble de la saison, le BCO apparaît nettement plus haut dans le tableau, en troisième position avec 25 victoires et 9 défaites, contre une huitième place pour les Vauclusiens (21 victoires, 13 défaites). Orchies brille par sa défense (2 395 pts encaissés contre 2 616 pour les joueurs de Stéphane Dao), mais c'est l'inverse pour l'attaque (2 524 pts contre 2 726). Tout laisse penser que nous allons voir s'opposer deux équipes au style différent.

 

Avantage du terrain

 

Orchies, évidemment, aura l'avantage du terrain face aux Bassine, Pasut, Ocokoljic et bien entendu Arnaud Thinon. Les joueurs de la Pévèle n'ont perdu qu'une fois chez eux cette saison, contre Saint-Quentin, la formation qui monte en Pro B, précisément.

 

 

Ludovic Rohart, président du BCO, encore sous le coup de la déception, a toujours foi en son équipe : « Tout est possible mais tout reste à faire ! Le faux pas de Sorgues n'a certes pas mis fin à nos ambitions mais, à l'évidence, nous nous sommes compliqué la tâche ! Nous devons jouer ce tour qualificatif et, en cas de victoire - mais je n'imagine pas d'autre issue à ce match - nous rendre à Souffel pour disputer les phases finales. De cette belle fête du basket que sont les phases finales de play-off, nous avons privé nos supporters en même temps que nous nous sommes donc privés d'eux...

 Léo-Lagrange nous aura pardonné et nous accordera son plus fervent soutien pour franchir ce premier stade. » 

 

Le coach Philippe Namyst, quant à lui, analyse : « Comme tous les matchs de N1, ce ne sera pas facile. Cette fois, si on perd, on dégage !

 

 

Heureusement nous aurons le gros avantage de jouer à domicile et j'espère que cette fois encore nous saurons en profiter ! Mes joueurs sont des professionnels et ils savent tirer des leçons de leurs échecs. Sorgues est une grosse équipe et face à eux on a perdu un match dont on avait cependant cerné les contours. Maintenant, passons à autre chose et préparons la grosse revanche. On récupère Joffrey (Verbeke) et Lionel (Bomayako). Pour Romain (Malet), la décision sera prise en toute dernière minute. J'ai peu d'infos sur Sorgues mais cela ne change rien. On est dans la dernière ligne droite. Il faudra tout donner ! Plus de question à se poser. Ça passe où ça casse ! » Coté supporters, un mot d'ordre : « Tous en blanc ce samedi 19 mai ! ». Cette fois, l'opération « vague blanche » doit réussir. Joueurs, staff technique, dirigeants, misent là-dessus pour s'imposer. 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil