Nikola Jokic porte Denver face à San Antonio

Denver et San Antonio se retrouvaient pour la deuxième fois après leur première opposition avant la coupure dédiée au All-Star Game. Les Nuggets, portés par Nikola Jokic (28 pts, 11 rbds, 11 pds), ont infligé aux Texans une septième défaite en huit matches (122-119).

Le retour de LaMarcus Aldridge n'y a rien fait : les San Antonio Spurs sont en pleine crise de confiance et ne semblent pas avoir les solutions à court terme pour enrayer la spirale négative dans laquelle ils sont englués. Vendredi soir, à domicile, les Texans ont lâché face aux Denver Nuggets (119-122), concédant ainsi leur septième revers en huit matches. Portés par un Nikola Jokic des grands soirs et auteur d'un troisième triple-double consécutif (28 pts, 11 rbds, 11 pds), les Nuggets sont dans une dynamique exactement inverse (7 victoires en 8 matches).

Déjà étincelant avant la trêve lors du premier déplacement de la saison de San Antonio à Denver (23 pts, 13 rbds, 11 pds), Jokic a remis ça dans une rencontre très serrée. Au coude à coude jusqu'en milieu de troisième quart, Denver a pris huit points d'avance pendant l'ultime période avant de voir les locaux revenir au contact. À 112-112 et moins de 5 minutes à jouer, San Antonio a ensuite craqué face à Gary Harris (23 points à 10/16) précieux dans les derniers instants alors que Jokic est sorti pour six fautes.

Voyage compliqué à Cleveland
Pollués ces derniers jours par les spéculations autour d'un éventuel forfait pour le restant de la saison de Kawhi Leonard - seulement 9 matches disputés - les Spurs s'en sont donc remis à LaMarcus Aldridge, absent lors des trois précédents rendez-vous, pour tenir le coup. L'intérieur a affiché une excellente forme (38 pts à 13/23, 5 rbds), mais n'a pas été suffisamment soutenu. Seul Patty Mills (21 pts, 4 rbds, 5 pds) a été dans le coup tandis que son équipe n'est restée dans la partie que grâce aux nombreux lancers obtenus (28/39 contre 14/19 pour Denver).

Le long road trip de San Antonio se poursuivra dimanche à Cleveland pour un choc qui s'annonce finalement plus déséquilibré que prévu compte tenu du manque flagrant de confiance de l'équipe de Tony Parker, plutôt bon vendredi soir (12 pts, 4 rbds, 5 pds).
 

Retour à l'accueil