Michael Mokongo et Monaco en Pro A

Monaco du meneur centrafricain Michael Mokongo, qui n'a plus évolué en Pro A depuis 1991, va retrouver l'élite dès la saison prochaine après sa victoire 95 à 83 à Saint-Quentin samedi lors de la 33e journée de Pro B, synonyme de titre de champion et de billet pour la montée.Avec 26 victoires en 33 rencontres, Monaco ne peut plus être rejoint par son dauphin Hyères-Toulon (25 vic.) alors qu'il ne reste plus qu'une journée de compétition. Monaco jouait en N1 la saison passée et avait failli ne pas être admis en Pro B, en raison d'un litige avec la LNB. Celle-ci avait d'abord refusé de l'engager en Pro B, au motif que son siège social n'est pas situé en France et que le club n'est donc pas soumis aux mêmes règles que les autres, en termes de charges patronales et de fiscalité notamment. Un accord, valable pour une année, avait finalement été trouvé pour autoriser le club à jouer en Pro B.


Vingt-quatre ans après avoir quitté la première division, Monaco est assuré de jouer de nouveau en Pro A la saison prochaine après avoir gagné à Saint-Quentin samedi (95-83). Leader de Pro B, la Roca Team compte une victoire d'avance sur Hyères-Toulon, face à qui elle a le point average positif, avant la dernière journée de la saison régulière.

Le club monégasque, dont la salle de 2500 places est située sous les tribunes du Stade Louis-II, avait déjà fréquenté ce qui était alors la N1A entre 1973 et 1991. Il avait ensuite quitté le monde professionnel et jouait encore en N2 (4e division) en 2012.

Financé et dirigé par un ancien banquier ukrainien, Sergei Dyadechko, devenu résident monégasque après une tentative d'assassinat à Kiev, l'AS Monaco Basket a vite monté les échelons grâce à deux entraîneurs réputés, Jean-Michel Sénégal et le Monténégrin Savo Vucevic. Ce dernier a été remplacé par son compatriote Zvezdan Mitrovic au cours de cette saison que l'équipe avait attaquée parmi les favoris grâce à un effectif composé de joueurs très expérimentés (Akpomedah, Mokongo, Obasohan), d'Américains et d'espoirs intéressants comme Moustapha Fall (2,18 m).

Retour à l'accueil