NEWS BASKET BEAFRIKA

NEWS BASKET BEAFRIKA

Le portail basket de référence à l'international


Indiana n'a pas craqué face au Heat et égalise (1-1)

Publié par News Basket Bêafrika sur 25 Mai 2013, 12:20pm

Catégories : #NBA

130524233611-hibbert3-t1-wide-copie-1.jpg

Après un match 1 qui restera dans les mémoires, les Pacers et le Heat ne nous ont pas déçu pour leur deuxième affrontement de la série de finale de conférence. Visiblement meilleurs en première mi-temps, les Pacers ont cru voir le match leur échapper à nouveau en seconde mi-temps, mais ont résisté aux champions en titre dans les dernières secondes. Ils remplissent leur contrat en gagnant un match à Miami et la série est désormais à égalité 1-1. Score final 97-93.

 

Roy Hibbert lance la révolte

 

130524224416-roy-hibbert-emotion-game-2-052413.home-t3.jpg

Grand absent des deux dernières possessions du match 1 qui a vu le Heat l’emporter au buzzer, Roy Hibbert est arrivé avec des intentions dans ce match 2. Il avait déjà 10 points à la fin du premier quart-temps et terminera avec un record de points en playoffs avec 29 unités (ainsi que 10 rebonds). Hibbet a permis à l’attaque des Pacers, souvent prise en défaut dans ces playoffs (On se souvient de ce match contre Atlanta où ils n’avaient marqué que 67 points) de débuter le match de la meilleure des manières. Avec 22 points lors de leurs 14 premières possessions, ils virent en tête très tôt et se détachent. A la fin du premier quart, sous l’impulsion du géant d’Indiana, les Pacers sont devant de six points (28-22) et ce, uniquement parce que le Heat a réussi un petit retour dans les 90 dernière secondes alors que Paul George (22 points, 6 passes et un énorme poster sur le Birdman) se voit siffler sa seconde faute et doit aller s’assoir sur le banc. Indiana pose beaucoup de problèmes à Miami, qui n’arrive pas à rentrer ses tirs extérieurs, un problème qui persistera toute la rencontre.

 

Les arbitres s’en mêlent

 

Si le match avait débuté sur un rythme très élevé malgré la présence sur le terrain de deux défenses d’élite, les choses vont peu à peu se calmer alors que les arbitres deviennent de plus en plus tatillons (Cinquante fautes ont été sifflées au total). Quelques techniques sont sifflées (Brian Shaw, Sam Young), ainsi que beaucoup de fautes à l’intérieur qui forceront d’ailleurs les intérieurs des Pacers à aller s’asseoir un peu plus tôt que prévu, et Erik Spoelstra d’aller puiser plus loin dans sa rotation (Mike Miller et Joel Anthony ont même eu du temps de jeu). Le Heat laissera par cette occasion filer un sacré nombre de points sur la ligne de réparation, puisqu’ils n’ont tiré à qu’à 63% au lancer franc sur le match (18/26) contre plus de 80% pour les Pacers. Dans un match aussi serré, chaque point compte, et ils s’en mordront les doigts dans les dernièrse minutes. Au final, il faudra que l’impact player du Heat, Chris Andersen, réalise encore un quart-temps plein (7 points, 3 rebonds) et que Mike Miller marque son premier panier depuis le 8 mai pour que tout le travail qu’ont abattu les Pacers en première mi-temps (douze points d’écart après 8 minutes de jeu dans le premier quart ; encore 11 points d’avance quatre minutes plus tard, 31-22 et 10min42 à jouer en seconde mi-temps) soit réduit à un avantage tout à fait abordable pour une équipe comme Miami : 53-47 pour les visiteurs.

 

LeBron James porte le Heat…

 

613x459--1-.jpg

Face au collectif des Pacers, et aux côtés de role players dans un trou noir pas possible – 0/3 et 0 point pour Shane Battier, 6 points et 2/5 pour Ray Allen – c’est LeBron James, qui à l’image de ces grandes heures avec les Cavaliers, a du porter le flambeau du Heat pour éviter que le navire coule sous les assauts jaune et bleu. Le MVP termine avec une ligne de stat des grands soirs : 36 points à 14/20, 8 rebonds et 3 passes, ainsi que 3 interceptions et un contre monstrueux sur Hibbert. Pourtant ce sont deux de ses cinq pertes de balles qui coûteront le match à Miami. A avoir tout fait pendant plus de 40 minutes, avec quelques petits instants de repos par ci, par là quand Erik Spoelstra pouvait, James s’est retrouvé à bout de souffle en fin de rencontre alors que le rythme du match a repris de plus belle à la fin du troisième quart pour ne plus jamais redescendre. C’est aussi dans le troisième quart-temps que Chris Bosh se décide de commencer à jouer. Après une nouvelle première mi-temps transparente (7 points et 1 rebond), l’intérieur All-Star de Miami enchaine une grosse séquence qui remet son équipe sur les rails, et qui lance enfin le jeu en transition du Heat. Il terminera avec 17 points (6/14 au tir) et 5 rebonds, fortement mis à mal toute la rencontre par un Hibbert plus fort, plus grand et plus imposant. Dwyane Wade, de son côté ,rate aussi beaucoup de tirs (6/14 également) et ne marque que 14 points, tout en donnant 5 passes et prenant 6 rebonds. Les coéquipiers de James n’ont clairement pas été à son niveau, et le Heat en a payé le prix fort.

 

613x459.jpg

…Mais pas assez loin

 

Pourtant, James a cette capacité à faire remonter une équipe à lui seul. Ainsi, à la fin du troisième quart-temps, après un trois points pris 4 bons mètres derrière la ligne, il lance le 4e quart de la meilleure des manières, avec le Heat en embuscade, juste deux points derrière les Pacers (76-74). Lance Stephenson, qui a alterné le bon, et le pire que moins bon dans la rencontre, a choisi le quatrième quart-temps pour se prendre pour JR Smith et rater tout ce qu’il a entrepris (10 points et 8 rebonds pour lui, mais 4/12 au tir) et a enlevé une option précieuse à Frank Vogel alors que le Heat repassait devant (85-84, 7min35 à jouer). David West, absent tout le match, décidera du meilleur moment pour rentrer son second tir du match après que Hibbert et James se soient échangés une série de paniers. Avec un jumper à 1min59 du buzzer final, il donne deux points d’avance à Indiana : 93-91 Pacers ! L’ailier fort, futur free agent a pourtant passé une sale soirée, terminant le match avec 13 points à 2/9 au tir, et 7 rebonds. Les deux lancers réussis par Chris Bosh dans la foulée nous réservait un final de folie, comme lors du game 1. Mais c’est là que le Heat va perdre le contrôle. un tir extérieur raté de Wade, suivi d’une faute inutile de Mario Chalmers (lui aussi en difficulté avec seulement 6 points à 2/6 au tir) et deux lancers réussis par George Hill donne deux points d’avance à Indiana. Sur les deux possessions suivantes, LeBron James va faire des mauvais choix, tenter deux passes difficiles face à une défense bien en place, et elles seront toutes deux déviées par David West et rendront la possession à ses adversaires. Hill retournera à la ligne et rentrera encore deux nouveaux lancers. La messe est dite, le champion est tombé chez lui, comme l’année dernière contre ces mêmes Pacers, ils doivent se contenter d’un bilan de 1-1 avant de se rendre à Indianapolis pour les match 4 et 5.

 

130524232120-paulgeorge-pacers-052413-t1-t1-wide.jpg

Les Pacers font donc la bonne opération après être passée très prêt de l’exploit lors du match 1 en remportant cette deuxième rencontre. Toujours invaincus dans ces playoffs dans leur antre (6-0) et après avoir surpassé Miami à deux reprises chez eux en saison régulière, il abordent le reste de la série avec plus grande confiance, surtout qu’un déficit de deux matchs les aurait presque condamné. Collectivement, le Heat a joué un de ses match les plus pauvres, des playoffs même s’il faut reconnaitre le fabuleux travail d’aide défensive des Pacers. Il n’est pourtant pas certain que tous ces tirs qui ont failli être dedans ce soir, sortent à nouveau de l’arceau dans les prochains matchs. Cette série ne fait que commencer, et elle s’annonce passionnante !

 

Score final : 93-97

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Articles récents