11292013_johnson_670.jpg

Les Lakers (9V-8D) ont réalisé un grand quatrième quart-temps pour venir à bout des Pistons (6V-10D) dans la nuit de vendredi à samedi au Palace of Auburn Hills, 106-102. Les Californiens auront compté jusqu’à 10 points de retard avant que Jordan Farmar (13 points à 5/11 5 rebonds et 3 passes) ne mène son équipe vers la victoire dans le money time. Wesley Johnson termine meilleur marqueur du match avec 27 points à 9/11 dont 6 trois-points et 6 rebonds.

 

Dominés dans la peinture toute la soirée (76 points à 28 dans ce secteur), les Lakers réussiront à provoquer un passage en force clutch de Josh Smith à 2,7 secondes de la fin alors que les Pistons sont en retard de deux petits points. Nick Young (12 points) mettra ensuite son équipe à l’abri grâce à deux lancers-francs de l’autre côté.

 

Après deux quart-temps, les Pistons sont menés d’un point 56-55 et ont inscrit tous leurs points dans la raquette ou sur lancers-francs ! L’équipe n’inscrira qu’un 3-points sur 7 tentatives sur l’ensemble de la rencontre, ce qu’ils finiront par payer. À 60 partout, Jordan Hill quitte le terrain en raison de ce qui semble être une blessure au pied. La défense des Lakers en pâti fortement et les Pistons prennent le large 87-77 après trois quart-temps et un lay-up de Rodney Stuckey au buzzer. Menés de 8 points 99-91 dans le 4e, les Lakers vont imposer un 12-0 à leurs adversaires et reprennent l’avantage 101-99 sur un 3-points de Farmar, qui passe rapidement à un 103-99 sur un lay-up de Young.

 

Farmar ne rentre qu’un lancer sur deux à 16,7 secondes de la fin du match. Fatigués par leurs efforts constants dans la peinture (76 points marqués dans la raquette, le record NBA pour cette saison), les Pistons manquent de réalisme dans le money time et ne parviendront pas à revenir.

 

Rodney Stuckey continue sa belle série en sortie de banc avec 22 points tandis que Brandon Jennings et Greg Monroe marquent 19 points chacun. Josh Smith a lui noirci la feuille avec 8 points, 19 rebonds, 8 passes, 5 interceptions et 2 contres.

 

 

 

Retour à l'accueil