miami-heat-fan-gq-magazine-december-2013-moty.jpg

C’est une histoire qui a déjà eu lieu à Miami. En Finale. Et face aux Spurs. Une nouvelle fois, certains fans se sont fait remarquer en quittant la salle alors qu’il restait pas mal de temps à jouer : encore une boulette ou simple question pratique ?

 

Avant même de commencer quelque explication qu’il soit, il convient de rappeler que ce type de comportement a déjà été observé dans de nombreuses franchises, pas seulement celle du Heat. Envie d’éviter un trafic routier dense ou de ne pas mettre une heure pour quitter le parking du stade ? Cette façon de faire n’est pas nouvelle et peut créer l’absence totale d’étonnement chez certains. Soit. On peut aussi tout à fait comprendre que les gens font ce qu’ils veulent et qu’ils peuvent rentrer chez eux quand ils le souhaitent. Après tout : qui sommes-nous pour dire comment se comporter dans un stade quand on s’appelle TrashTalk ? Seulement, entre agir ainsi en plein match de saison régulière ou en Finales, il y a une petite différence. Et seulement, entre comprendre les erreurs de la saison passée et les reproduire hier soir, il y a une autre petite différence. Explications.

 

Les fans du Heat dans leur ensemble possèdent ce bonheur et à la fois malheur unique d’avoir vécu l’arrivée de LeBron James et Chris Bosh en 2010. Un cadeau sportif venu du ciel, mais qui a aussi automatiquement tatoué la franchise et ses passionnés sans qu’elle ou ces derniers ne demandent quoi que ce soit : vos fans ne connaissent rien, vous n’aimiez pas Miami avant 2010 et autres délicatesses sont devenus des classiques sur les réseaux sociaux, cataloguant les supporters du Heat comme étant des ‘non-connaisseurs’. Sale goût d’injustice pour certains, on ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier. Untel a connu l’époque Eddie Jones, l’autre Rony Seikaly, Tim Hardaway ou Lamar Odom. Peut-on leur en vouloir ? Non. Peut-on en vouloir aussi à ceux qui se sont subitement mis à aimer une des équipes qui joue le mieux sur ces 4 dernières saisons ? Non plus. Après tout, la présence du meilleur joueur au monde et la domination sur la Ligue font du Heat une équipe attrayante.

 

Mais il sera difficile pour cette franchise d’évoluer dans le conscient collectif tant que ce type de comportement aperçu hier aura encore lieu. En effet, lors de ce Game 3 opposant Miami à San Antonio, un paquet de fans s’est dirigé vers la porte de sortie alors qu’il restait 3 bonnes minutes à jouer. L’an passé, lors du Game 6, c’est Ray Allen qui avait sauvé sa franchise alors que les mêmes attitudes avaient été observées dans les gradins, nombreux pensant que le match et la saison étaient pliés. Outre le fait qu’une multitude de passionnés avait clamé son animosité en voyant autant d’irrespect porté pour la franchise supportée, c’est Chris Bosh lui-même qui taclera à la gorge ces ‘faux-fans’, leur expliquant cette équation ancrée depuis la nuit des temps dans la charte initiale du supporter : soit tu restes avec nous jusqu’au bout, soit tu restes chez toi. Ainsi, en proposant cette nouvelle boulette identitaire à la carte, c’est Twitter et Facebook qui ont explosé à la lumière du jour pour laisser certains fans déverser le même refrain ce matin. Faux supporters, non-connaisseurs, et autres délicatesses ont refait leur apparition. Aïe, fait ch***.

 

Comment interpréter ce type de comportement ? Difficile, voir inutile. On sait simplement qu’aussi triste soit-il à observer, il a surtout déjà eu lieu dans l’American Airlines Arena. Mais ce qui pourrait rendre cette situation encore plus difficile, c’est qu’en alimentant involontairement la machine à critiques hier soir, certains fans du Heat n’ont pas vraiment rendu service à leur franchise et à leurs potes. Avec une équipe exceptionnelle, le meilleur joueur au monde dans ses rangs et une arène au top, la moindre des choses serait d’attendre au moins le générique de fin. Question de principes, de passion ou peut-être juste de respect. A bon entendeur, un fan qui aimerait voir un match de Finales une fois dans sa vie.

 

 

 

 

Retour à l'accueil