Joakim-noah

 

Nom: Joakim Noah

Formé à: Florida (NCAA)

Draft: 1er tour, 9ème choix par Chicago en 2007

Saisons: 5 (2007 à 2012 avec Chicago)

Matchs en saison régulière: 330 (dont 252 comme titulaire)

Matchs en playoffs: 31 (dont 31 comme titulaire)

Moyennes: 8,9 points à 51,4%, 8,6 rebonds, 1,8 passe décisive

Totaux: 2925 points, 1792 rebonds, 589 passes décisives

Record en carrière: 26 points (face à Boston le 5 novembre 2010)

 

Awards: All-Defensive 2nd Team (2011)

 

Votes pour le titre de MIP : 64 dont sept premières places – septième du vote (2010)

Votes pour le titre de Defensive Player : 6 (2012)

Votes pour la All-Rookie Team : 17 dont un en First Team (2008)

Votes pour la All-NBA Team : 5 (2011), 3 (2012)

Votes pour la All-Defensive Team : 4 (2010), 15 dont trois en First Team (2011), 14 dont quatre en First Team (2012)

 

Son parcours:

 

28 juin 2007: Sélectionné par les Chicago Bulls au 1er tour (9ème choix) de la Draft 2007.

 

Gains: $22,015,096

 

Chicago-Joakim-Noah.jpg

 

« Le fils prodige » 

 

A la différence des compatriotes, Joakim Noah était une star bien avant son arrivée aux Chicago Bulls. Fils de Yannick Noah, dernier vainqueur français au tournoi de tennis de Roland-Garros, et personnage incontournable du paysage audiovisuel hexagonal, Joakim Noah a rapidement réussi à se faire un prénom dans le monde du basket. Recruté par la prestigieuse université de Florida, Noah va faire parti de ce qui restera probablement comme la meilleure équipe université des années 2000 aux cotés de joueurs comme Al Horford ou Corey Brewer. A Gainesville, il va rempoter deux titres NCAA consécutifs en 2006 et 2007, tout en étant élu meilleur joueur du Final Four la première année. Il décide alors de se présenter à la Draft en 2007 et est choisi par les Bulls avec le neuvième choix, ce qui fait de lui le français sélectionné le plus haut de tous les temps.

 

La transition entre la NCAA et la NBA n’est pas facile pour « Jooks » qui troque son statut de star pour celui de rookie ayant tout à prouver. Les débuts sont difficiles pour Noah qui mettra trois semaines avant d’inscrire son premier panier dans la grande ligue. Au cours des premiers mois, Noah joue entre dix et quinze minutes par match derrière Ben Wallace, mais une opportunité va se créer pour lui à la trade deadline au mois de février. « Big Ben » est envoyé à Cleveland, ce qui libère la place de titulaire au poste de pivot. Noah en hérite et signe un double-double dès sa première apparition dans le cinq majeur. Quelques semaines plus tard, le 6 mars, il humilie Wallace lors de la venue de Cleveland à Chicago avec 13 points et 20 rebonds. De plus en plus à l’aise, il enchaine les bonnes performances. Malgré un caractère parfois difficile à gérer, le staff des Bulls apprécie son énergie et sa motivation. Avec 6,6 points et 5,6 rebonds de moyenne, il a réalisé une première saison très correcte, surtout après avoir gagné la place de titulaire.

 

Cela n’empêche pas le nouveau coach, Vinny Del Negro, de lui préférer Drew Gooden pour la place de starter. Noah, qui ne comprend pas cette décision, se brouille avec Del Negro et ne joue que des bouts de match jusqu’à la mi-janvier. C’est alors qu’il récupère son bien et voit son temps de jeu passer au dessus de la demi-heure par match. Sa saison atteindra son point culminant lors des playoffs face à Boston, où il n’hésite pas à se frotter à Kevin Garnett. Noah est devenu indispensable aux Bulls. Mais malheureusement, les deux saisons suivantes seront plus ou moins gâchées par les blessures. Il va ainsi manquer cinquante-deux rencontres en 2009-10 et 2010-11, ce qui l’a notamment été privé d’une place au All-Star Game qui lui tendait les bras cette dernière saison après un début de saison en fanfare, suite à une blessure survenue au mois de janvier. Malgré tout, ses performances n’ont pas empêché le Heat de Miami d’éliminer les Bulls à une marche des Finals.

 

 La saison dernière, Noah a réalisé un début de saison un peu décevant, avec des chiffres en baisse dans toutes les catégories statistiques, avant de se reprendre et de retrouver son efficacité dès le mois de février, et conduisant son équipe à la tête de la conférence est, au nez et à la barbe du Heat de Miami. Malheureusement, le destin va s’acharner contre les Bulls dès le début des playoffs. Derrick Rose se blesse gravement au genou à la fin du premier match du premier tour face à Philadelphie. Sans leur leader, les Bulls ne parviennent pas à se défaire d’une équipe qui s’est qualifiée in-extremis en phase finale. Noah se blesse lui aussi, à la cheville, lors du troisième match et ne rejouera plus de l’année suite à l’élimination de son équipe par 4 à 2. Cruelle désillusion pour toute la ville de Chicago.

 

 Cette saison, avec Derrick Rose absent indéfiniment, Noah devra sans doute prendre un peu plus ses responsabilités en attaque, tout en restant une véritable tour de contrôle en défense. Dwight Howard parti vers la conférence ouest, le pivot français aura peut-être l’opportunité de participer enfin à son premier All-Star Game en février prochain.

 

 

 

 

Retour à l'accueil