dsc_4819.jpg

Face à l'Australie (74-76), dimanche, l'équipe de France n'est pas parvenue à effacer le revers de la veille face à l'Ukraine (57-63). En revanche, les satisfactions sont plus nombreuses alors qu'il ne reste plus que deux matches de préparation aux Bleus avant la Coupe du monde.

 

L'équipe de France n'y arrive pas. Battue pour la troisième fois en sept matches de préparation pour la Coupe du monde (30 août - 14 septembre en Espagne), la sélection tricolore a concédé dimanche à Antibes face à l'Australie une deuxième défaite consécutive (74-76). A peine remis du forfait de Nando De Colo pour le rendez-vous espagnol, les Bleus ont une nouvelle fois joué sans constance, sans régularité. L'entame a pourtant une nouvelle fois été en leur faveur. Le 13-2 initial, lancé par un Batum en forme, a semblé plein de promesses, celles d'un jeu collectif retrouvé et d'une défense de fer. Mieux encore, l'adresse a été au rendez-vous sur le premier quart (50% dont 3/5 à trois points) remporté logiquement (22-16).

 

Maladresses et trous d'air

 

Pour ce dernier match à Antibes, Vincent Collet a peut-être laissé entrevoir quelles étaient ses attentes pour chacun de ses joueurs pour les matches à venir : un temps de jeu moins réparti et une équipe gravitant autour du duo Batum-Diaw. En revanche, il n'a pas réussi à régler les problèmes des balles perdues (20 contre l'Australie) et des sautes de concentration, à l'image de ce 14-2 encaissé dans le deuxième quart (27-30, 17e). Relancés après la pause (36-34, 20e) et malgré une avance de 7 points à la fin du troisième quart (58-51), les Français ont lâché peu à peu dans l'ultime période pour encaisser un 11-3 synonyme de fin de match crispante. Un final mal maîtrisé qui a tourné en faveur des "Boomers", solides sur la ligne des lancers et portés par un Aaron Baynes très présent dans la raquette (21 pts, 9 rbds).

 

Batum, match référence et record de points en sélection

 

Cette défaite devrait être moins difficile à encaisser pour les champions d'Europe car les motifs de satisfaction sont plus nombreux que face à l'Ukraine. La qualité de l'adversaire, à l'effectif très équilibré, a permis aux Bleus de se prouver que leurs automatismes, encore en rodage, ont presque suffi pour gagner. Surtout, l'équipe de France a trouvé dimanche en Nicolas Batum le leader qu'elle cherche depuis le début de la préparation. En inscrivant 25 points (son record en sélection) à 9 sur 15 de réussite (dont 5/8 à trois points), l'ailier de Portland a montré qu'il avait largement les capacités de porter le jeu offensif de son équipe sur ses épaules. De surcroît, Boris Diaw (14 pts) semble monter en puissance en même temps que son temps de jeu augmente (30'15). Enfin - il y avait urgence - la réussite aux lancers a été meilleure (10/15).

 

Les Bleus ont une nouvelle semaine de travail pour préparer leurs deux derniers matches amicaux (à Strasbourg les 23 et 24 août). Ils auront récupéré dans le même temps le remplaçant de Nando De Colo et devront renouer avec la victoire face à la Finlande (20h30) puis se jauger à nouveau contre l'Australie (19h00). Une revanche en forme de test idéal avant le début de la Coupe du monde.

 

 

 

Retour à l'accueil