Seth Curry envoie les Wizards en vacances

Philadelphie Sixers - Washington Wizards : 129-112
Philadelphie gagne la série 4-1
La mauvaise nouvelle est tombée mercredi soir pour les Sixers : Joel Embiid souffre d’une déchirure partielle du ménisque et il sera traité au quotidien par les médecins de la franchise. Quelques heures après, Philadelphie disputait le cinquième match de sa série contre les Wizards, évidemment sans sa superstar. Mais d’autres joueurs ont pris le relais et la franchise de Pennsylvanie a décroché sa qualification pour le second tour en l’emportant 129 à 112. En l’absence du pivot, Seth Curry a assumé plus de responsabilités en attaque. Sans trembler. L’arrière s’est inspiré de son grand frère pour planter 30 points – son record en playoffs à 10 sur 17 aux tirs. De son côté, Ben Simmons s’est illustré avec un triple-double (19 pts, 10 rbds, 11 pds). Les Sixers ont fait la différence dans le troisième quart temps après une première mi-temps serré. Leurs accélérations sur les deux dernières périodes (+7 puis +8) les ont qualifiés pour le tour suivant. En espérant qu’Embiid revienne vite.

Comme on pouvait s’y attendre et dans la lignée de la seconde mi-temps du Game 4, jouer sans Embiid est compliqué pour les Sixers. Sa présence poste haut ou poste bas manque à Philadelphie, et Seth Curry, Danny Green et Tobias Harris, habitués à profiter des prises à deux sur le pivot, doivent se débrouiller seuls.

Avec Ben Simmons en poste 5, et sans point d’ancrage à l’intérieur, les Sixers souffrent offensivement. Ils sont donc obligés de jouer vite pour éviter le jeu sur demi-terrain, et finalement c’est le jeu des Wizards. Une aubaine pour Russell Westbrook et Bradley Beal et Washington prend les commandes (24-17).

Auteur d’un superbe contre sur Bradley Beal, Dwight Howard a un rôle important ce soir. Il prend les choses à cœur et montre l’exemple. Sa faculté à vite « rouler » vers le cercle sur des situations de pick-and-roll et sa présence aux rebonds permettent aux Sixers de bien terminer ce quart-temps. Dans le sillage de l’ancien d’Orlando, Tyrese Maxey et Furkan Korkmaz brillent et les Sixers égalisent (29-29).

La touche Maxey
Doc Rivers adore le culot de Maxey et il l’a souvent mis en avant cette saison. Il sait que son rookie n’a peur de rien et qu’il peut être un des facteurs X de cette rencontre. Le jeune meneur de jeu prend les choses en main. Très agressif derrière le pick-and-roll, il est capable de scorer avec une vraie facilité au contact, et il brille sur chaque action (40-39). Côté Wizards, Bradley Beal continue de poser des problèmes insolubles à la défense des 76ers. Magnifique scoreur, il est capable de marquer sur n’importe qui. Les prises à deux ou trois de ses adversaires ne changent rien, et Washington reprend une courte avance (54-49).

Mais Philadelphie, poussé par son public, ne va rien lâcher dans ces dernières minutes. Agressif à souhait et auteur d’un superbe triple-double, Ben Simmons relance et brille sur transition. À ses côtés, Tobias Harris montre qu’il est un fort joueur de un-contre-un, doté d’un gros sens du panier. Danny Green les épaule, et à la pause, Philly mène 65-63. Dans une ambiance de plus en plus bruyante, Beal et Westbrook haussent encore leur niveau de jeu, et le match atteint des sommets.

Mais, petit à petit, le collectif des Sixers prend de plus en plus d’importance, et les Sixers creusent l’écart. Dans le sillage d’un Seth Curry exceptionnel, les leaders de la conférence Est enchaînent les stops défensifs. Autour du duo Simmons/Thybulle, Philadelphie semble avoir pris le contrôle de cette rencontre (92-85).

Est-ce que les Wizards ont les ressources pour réagir ? Westbrook parvient à trouver ses coéquipiers mais Philadelphie a clairement la main sur le match, et George Hill et Howard apportent tout leur expérience en sortie de banc tandis que Korkmaz fait très mal de loin. À l’entame du dernier quart-temps, Philly a neuf points d’avance (103-94).

Seth en mode Steph Curry…
Doc Rivers décide de continuer avec sa « second unit » et comme en première mi-temps, Maxey profite de la confiance de son coach pour endosser le rôle d’électron libre. Les efforts de Rui Hachimura côté Wizards sont à souligner, mais Philadelphie ne lâche rien.

De retour sur le parquet pour terminer le travail, Simmons, Curry et Harris portent Philadelphie et ses fans vers le second tour de ses playoffs. Curry en feu et auteur d’un match parfait se permet même le luxe de faire tomber Hachimura sur un dribble (116-100). Le Wells Fargo Center est en feu et il chante des « We Want Brooklyn »…

Au final, les Sixers s’imposent 129-112, et ils éliminent des Wizards, auteurs d’une formidable deuxième partie de saison. Cap sur Atlanta pour le second tour des playoffs mais on ne sait pas encore si Joel Embiid sera en mesure de jouer…

Retour Ă  l'accueil