Zion Williamson trop fort pour les Dallas Mavericks (38 points, 5 rebonds et 6 passes)

Privés de Doncic et Porzingis, les Mavericks ont lutté face aux Pelicans. Mais ils sont tombés sur un Zion des grands soirs, décisif dans le money time (38 pts).

Enfin, à la Nouvelle Orléans, Zion Williamson a été encore une fois énorme, avec 38 points au compteur à lui tout seul, permettant aux Pelicans de battre les Dallas Mavericks 112-103. Privés de Luka Doncic et Kristaps Porzingis, les Mavericks menaient pourtant 95-94 à moins de quatre minutes de la fin du match. Mais les Pelicans se sont rebellés pour aligner un 18-8 dans le temps restant, dont 10 points marqués par le seul Williamson.

Zion Williamson n'est que dans sa deuxième saison NBA mais il est déjà un franchise player. Ce samedi, avec 38 points, il a une nouvelle fois été le meilleur marqueur de New Orleans lors de la victoire face à Dallas (112-103). Le joueur de 20 ans n'a terminé qu'à une unité de son record en carrière établi ce vendredi contre Denver. Mais cette fois, cette réussite offensive a été accompagnée par un succès. Et c'est parce que le jeune All-Star a tout fait pour y parvenir. A l'image de la veille quand il avait marqué dix points dans le dernier quart-temps de la défaite face aux Nuggets (108-113), l'ailier-fort en a cette fois inscrit 13 pour s'assurer que la victoire n'échappe pas aux Pelicans.

« Je cherchais à faire l'action juste. Je veux faire ce qui va marcher et aider l'équipe à gagner. Quand il y avait la place, j'y allais mais j'ai aussi utilisé cet avantage pour faire la passe quand c'était nécessaire. Je veux juste gagner, c'est aussi simple que ça », a expliqué le principal intéressé à l'issue du match. Dans les trois dernières minutes, il a été impliqué sur les 14 ultimes points de la franchise basée en Louisiane. Durant ce laps de temps, l'avance des Pels a atteint les dix unités pour la première fois depuis le deuxième quart-temps. Suffisant pour sceller leur vingtième victoire de la saison.

«Il dépasse mes attentes qui étaient pourtant élevées »

Zion Williamson n'est donc pas seulement un monstre physique inarrêtable quand il attaque le panier. Il est aussi de plus en plus clutch. Celui qui a aussi pris cinq rebonds et délivré six passes décisives a su prendre ses responsabilités dans le money-time, autant en marquant qu'en faisant marquer. Un véritable atout qui vient étoffer sa palette déjà très complète. « Je savais qu'au fil de la saison, on allait lui confier la balle sur certains systèmes, mais je n'aurais pas imaginé faire de lui mon principal porteur de balle pendant l'intégralité du quatrième quart-temps des matchs serrés. Dans ce domaine, il dépasse mes attentes qui étaient pourtant élevées » a analysé Stan Van Gundy en conférence de presse.

Mais il n'y a pas qu'en fin de match que l'intérieur a fait ressentir sa présence. Alors que New Orleans se dirigeait vers un large succès face à des Mavs privés de Kristaps Porzingis et Luka Doncic en menant de 15 points après douze minutes de jeu, un séjour sur le banc de l'ancien de Duke pendant le deuxième quart-temps a coïncidé avec les cinq minutes qui ont équilibré les débats. Avant de mettre fin à un 0-17 avec un lay-up, le All-Star était sur le banc lors des 13 premiers points encaissés par son équipe lors de cette mauvaise série qui a ramené les Texans dans le match jusqu'au bout. Ou au moins jusqu'au moment où le natif de Salisbury a décidé de faire la différence. Une preuve de plus qu'avant même la fin de son année sophomore, Zion Williamson est indispensable...

Deux jours après avoir été vendu par Orlando, le pivot Nikola Vucevic (21 pts, 9 rbds, 4 passes décisives) a fait de bons débuts sous le maillot des Bulls, défaits 104-120 à San Antonio par des Spurs bien emmenés par Jakob Poeltl (20 pts, 9 rbds) et DeMar DeRozan (17 pts).

Retour à l'accueil