Steve Kerr critique le manque de «dignité» de Donald Trump

LOS ANGELES, États-Unis - L'entraîneur des Warriors de Golden State Steve Kerr a pointé jeudi le manque de « dignité » de Donald Trump, après que le président des États-Unis l'a comparé à « un petit garçon » pour avoir refusé de commenter la crise entre la NBA et la Chine au sujet de Hong Kong.

« Wouah, comme cette administration est tombée bien bas », a affirmé le coach américain, à propos de l'administration Trump, plaidant pour un changement à la tête des États-Unis.

Kerr a dit qu'il aimerait voir « un rassembleur d'un autre parti politique s'asseoir dans ce fauteuil (de président) et essayer de rétablir de la dignité dans le Bureau ovale ». Le coach s'exprimait avant un match de préparatoire opposant son équipe aux Timberwolves du Minnesota.

Donald Trump avait dit de Kerr, qui l'a plusieurs fois critiqué par le passé, qu'il « ressemblait à un petit garçon » lorsqu'il a préféré ne pas commenter les fortes tensions entre la Chine et la NBA nées d'un tweet du directeur général des Rockets de Houston Daryl Morey soutenant Hong Kong. Kerr avait expliqué qu'il souhaitait mieux connaître le sujet avant de se prononcer. 

« Il n'était même pas capable de répondre aux questions, il tremblait et disait "ohhhh, je ne sais pas, je ne sais pas" », a raillé le président des États-Unis mercredi lors d'un point presse.

Jeudi, Steve Kerr a dit ne pas être étonné par le commentaires de Trump à son égard, estimant que ceux-ci contrastaient avec l'attitude des cinq précédents présidents qu'il a pu rencontrer. Kerr a notamment été reçu par Ronald Reagan à la Maison blanche en 1984 après l'assassinat de son père, professeur à l'Université américaine de Beyrouth, par des terroristes du Jihad islamique.  

Revenant sur les moqueries de Trump, Kerr a estimé qu'il était alors « sa cible du moment ». « Il y en a eu une aujourd'hui, il y en aura une autre demain et le cirque va continuer », a-t-il ajouté.

Retour à l'accueil