Houston s'en sort de justesse face aux Celtics

Menés de six points à quatre minutes de la fin, James Harden et les Rockets ont réussi à déborder les Celtics pour remporter à domicile une quinzième victoire consécutive (123-120).

Le match
Il a été continuellement disputé, l'écart restant en dessous des dix points du début à la fin. Pourtant, Boston a eu plusieurs fois l'occasion de faire un break intéressant. Les Celtics ont eu neuf points d'avance dans le deuxième quart-temps (38-47, 16e) sur un bras roulé de Greg Monroe, qui monte en puissance (18 points en 19 minutes). Puis sept dans le troisième (67-74, 29e) et encore six à quatre minutes de la fin (107-113) sur un panier primé de Terry Rozier, un des quatre remplaçants de Boston à plus de 10 points.

D'ordinaire dominateurs à 3 points, les Rockets ont trouvé cette fois du répondant (13/24 pour les Celtics). Mais ils ont quand même réussi à faire vrombir les 18.500 spectateurs du Toyota Center en passant devant à 1'17 de la fin sur cinq points consécutifs de Trevor Ariza, dont une contre-attaque après avoir subtilisé le ballon à Kyrie Irving. Vainqueurs après une dernière prière ratée de Marcus Smart (123-120), James Harden (26 points à 6/18, 10 passes) et ses coéquipiers ont envoyé une nouvelle pierre dans le jardin de ceux qui pensent que les Warriors ne peuvent pas perdre leur titre.

15
Déjà vainqueurs de 14 matches de rang entre mi-novembre et mi-décembre, les Rockets sont désormais sur une série de 15 victoires consécutives, débutée le 28 janvier. Mais ils vont jouer maintenant quatre fois de suite à l'extérieur, dont un duel périlleux mardi à Oklahoma City.

Le joueur
On a tendance à l'oublier mais la carrière d'Eric Gordon était partie sur une très mauvaise pente. Signé à prix d'or par New Orleans en 2011, il y a vécu un calvaire, la faute à un physique défaillant qui a anihilé son jeu spectaculaire à base de dunks et de paniers primés et lui a fait manquer 189 matches de saison régulière en cinq ans. Récupéré en 2016 par Houston, il y est devenu le remplaçant le plus coté de la NBA, élu meilleur 6e homme l'an dernier. Il l'a encore montré dimanche en marquant 29 points en 27 minutes avec sept paniers à trois points, son record de la saison. Et ce n'est pas tout. «On a tendance à oublier à quel point il est bon en défense», a rappelé Mike D'Antoni.
 

Retour à l'accueil