Le Jazz humilie les Wizards

Pour son retour, Rudy Gobert a vécu une soirée parfaite. Le pivot français a été très bon et le Jazz a littéralement humilié une équipe de Washington impuissante à rendre les coups.

Les vagues ont déferlé sur les Wizards. Le score a gonflé pour terminer à 47 points d’écart (116-69) ! Soirée de tous les contrastes donc : magnifique succès pour Utah et terrible défaite pour Washington.

Entre le Jazz et la java
Rudy Gobert ne pouvait pas espérer meilleure entame. Le Français a retrouvé ses marques en attaque, en étant agressif près du cercle, puis en défense en dominant au rebond et au contre. Malgré plusieurs semaines d’absence, son impact s’est fait ressentir dès le début. Donovan Mitchell, lui, a confirmé ses excellentes prestations avec ses accélérations tranchantes.
En face, les Wizards sont maladroits : Bradley Beal et Otto Porter manquent des shoots ouverts et cela offre des ballons de transition au Jazz. Le repli est flottant, Utah passe un 10-0 et conclut son premier quart avec un écart important (29-15).

En second quart-temps, la démonstration totale se poursuit. La circulation de balle et la patience du Jazz sont de véritables modèles du genre. En face, les joueurs de la capitale sont totalement sans réponse. Il n’y a en effet aucune sensation et aucune envie de révolte. Cerise sur le gâteau de ce premier acte : Thabo Sefolosha brille et ajoute des highlights à ses 24 minutes très abouties (64-30). Du grand spectacle et du beau basket.

Alec Burks, assassin silencieux
Évidemment, après un tel K.O, la seconde mi-temps perd de son charme et de son intensité. Le Jazz baisse le rythme, devient plus poussif, moins agréable à regarder, moins efficace. Toujours sonné, Washington n’en profite pas pour tenter un éventuel comeback. Le jeu se débride en fin de quart-temps avec quelques tirs extérieurs (88-52).

Parmi les joueurs à retenir, outre Rudy Gobert (4 points, 10 rebonds, 2 contres en 21 minutes) et Donovan Mitchell (21 points), Alec Burks a été encore une fois très bon. L’arrière, véritable assassin silencieux et meilleur marqueur du match, compile un 3e match d’affilée à plus de 20 points, et a fait preuve d’une justesse folle : 27 points à 9/13 au shoot, 3/5 à 3-pts, aucun ballon perdu. En l’absence de Rodney Hood, il est un parfait remplaçant pour l’équilibre offensif du Jazz.

Pour leur 6e victoire de suite, les hommes de Quin Snyder ont fait les choses en grand avec un énorme succès de 47 points (116-69) sur une pâle équipe de Washington, qui va devoir vite réagir lors du prochain match, à Portland.

Retour à l'accueil