Les Pelicans sans pitié à Phoenix

Phoenix est vraiment branché sur courant alternatif cette saison lorsqu’il s’agit de défendre. Cette nuit, les Suns ont décidé de ne pas défendre. Les Pelicans, menés par leurs monstres intérieurs Anthony Davis et DeMarcus Cousins (42 points et 19 rebonds à eux deux), ne se sont pas fait prier pour s’imposer très facilement à l’extérieur (91-115). À la pause, Phoenix avait déjà encaissé 72 points et le match était plié avec 30 points d’écart.

Pour tenter de contrer la raquette de la mort adverse, les Suns lancent leurs « Twin Towers » locales avec Greg Monroe et Tyson Chandler. Le problème est que Cousins se montre déjà très à l’aise dans son tir extérieur. Tyler Ulis, avec ses feintes et son floater, et Devin Booker lui répondent bien. Phoenix tient le choc pendant un demi-quart-temps (13-12) avant de commencer à lâcher quelques rebonds défensifs. Anthony Davis monte en température devant un Bender pas assez puissant et tout simplement démuni. Les Suns glissent mais le slasher Josh Jackson (14 points) apporte son énergie du banc (19-26).

Rajon Rondo, général en chef
Déjà dans le dur défensivement, Phoenix se fait du mal avec une sélection de tirs douteuse en transition, avec Booker et Chriss (5/20 à eux deux). NOLA, bien aidé par le laxisme adverse, est plus efficace. La balle circule bien et Darius Miller, très chaud en ce moment, aligne les tirs primés, en confiance. Et voilà qu’avec Jameer Nelson à la baguette pas adroit (1/5) et quasi passoire défensive mais distributeur (8 passes), les Pelicans ont déjà 20 points d’avance (25-45).

L’écart continue de grimper car Booker ne lève même pas le bras devant Jrue Holiday (39-68). Pendant ce temps, Rajon Rondo se la joue général en chef autant sur le terrain, qu’en criant sur ses partenaires depuis le banc malgré l’écart déjà conséquent. Avec moins 30 au compteur au moment de rentrer au vestiaire, le public de l’Arizona peut se permettre de siffler.

Pas un panier à 3-points en seconde période !
La suite ? Et bien un match serré entre les deux équipes… sauf que l’une des deux a 30 points d’avance sur l’autre et que cet écart ne va quasiment pas varier jusqu’au terme. Un interminable garbage time en somme où chacun peut soigner ses stats avant de laisser sa place aux hommes de banc. Une seconde mi-temps qui est malgré tout rentrée dans la petite histoire de la ligue. Car pour la première fois en deux ans, aucune des deux équipes ne rentre un tir à trois points : 0/12 pour les Pelicans et 0/7 pour les Suns. Pas joli joli.

Alvin Gentry et sa troupe (11-8) peuvent se satisfaire de ce succès, le troisième de rang, qui leur permet de rester au contact des cadors de l’Ouest. Une forme idéale avant d’aller affronter les Warriors ce soir. Pour les Suns (7-13), pas brillants à domicile, cap sur Minnesota et le début d’un road trip de six matches.

Retour à l'accueil