Les États-Unis vers une troisième médaille d'or d'affilée

Même privée de plusieurs stars, Stephen Curry et LeBron James en tête, la sélection US, couverte d’or en 2008 et 2012, sera la grande favorite à sa propre succession lors du tournoi olympique.

Après Pékin et Londres, Rio ? La sélection américaine de basket arrive au Brésil en tant que grande favorite pour une nouvelle médaille d’or. Ce serait, le cas échéant, la troisième d’affilée après 2008 et 2012, la quinzième au total en dix-huit participations au tournoi olympique. Une razzia. Jusqu’ici, les Américains n’ont perdu que quatre matches aux JO. Quatre ! Dont deux contre l’URSS, en finale des Jeux 1972, puis au stade des demies en 1988. David Robinson et compagnie avaient été chercher le bronze quand même. En 2004, LeBron James, Tim Duncan, Allen Iverson et consorts avaient également dû se contenter du bronze, eux qui avaient cédé par deux fois à Athènes : contre la Grèce en poules, puis en demies, contre l’Argentine. Un nouvel échec, deux ans après la sixième place au Mondial 2002, et deux ans avant une troisième place au Mondial 2006. Au Japon, c’est la Grèce qui avait privé les Américains de finale. Il s’agit de la dernière défaite en date de l’équipe US, qui reste sur… 67 victoires consécutives, toutes compétitions confondues.


Cette année, la sélection de Mike Krzyzewski doit se passer des services de plusieurs stars. Stephen Curry et LeBron James manqueront en effet à l’appel du côté de Rio. Idem pour Kawhi Leonard, Anthony Davis, Andre Drummond, Chris Paul, Russell Westbrook, Andre Iguodala, James Harden, Blake Griffin, LaMarcus Aldridge, Damian Lilard, John Wall ou encore Kobe Bryant, néo-retraité mais qui aurait pu être au Brésil. Une liste impressionnante, qui n’empêche pas Coach K, lequel quittera Team USA et passera le flambeau à Gregg Popovich après les JO, de disposer, sur le papier, de la meilleure équipe présente au Brésil.


No James, no Curry, no problem

Individuellement parlant, Team USA se reposera notamment sur un certain Kevin Durant. Champion du monde en 2010 et champion olympique en 2012, KD, c’est un titre de MVP de la saison régulière NBA, quatre couronnes de meilleur scoreur de la Ligue et six invitations au All Star Game. Une machine à marquer qui dispose d’une palette on ne peut plus complète et qui tournait à 28,2 points à 50,5% de réussite en 2015-16. Un monstre. L’un des trois meilleurs joueurs du monde avec James et Curry. Curry que Durant va d’ailleurs rejoindre à Golden State la saison prochaine. Il retrouvera deux de ses coéquipiers de Team USA à Oakland, le sniper Klay Thompson et le pit-bull Draymond Green.


Au-delà de ce trio, Mike Krzyzewski pourra aussi compter sur le meneur-scoreur de Cleveland, Kyrie Irving, MVP de la Coupe du monde 2014 et auteur du shoot gagnant lors des dernières Finales NBA, avec les Cavs. Déjà sacré à Londres et Pékin, Carmelo Anthony visera une troisième médaille d’or à Rio. L’excellent Paul George, aussi bon des deux côtés du terrain, sera mieux qu’un lieutenant cet été. Deux pivots, deux profils, avec DeMarcus Cousins le dominant et DeAndre Jordan, la muraille. Sans oublier Jimmy Butler des Bulls, le néo-Maverick Harrison Barnes, ainsi que Kyle Lowry et DeMar DeRozan des Raptors. Douze stars dans la force de l’âge, dont dix entre 24 et 28 ans, et deux trentenaires, Lowry (30) et Melo (32). Un groupe qui a de la taille et des qualités athlétiques sans égal parmi les douze sélections…
La force de Team USA, ce sera la défense avant tout

Bref, Team USA 2016, ce n’est pas une Dream Team. Rien à voir avec l’équipe de 1992 en termes de talent individuel. Mais c’est bien assez pour décrocher l’or. Certes, le basket international ne cesse de progresser, avec la France, la Serbie, la Lituanie, la Croatie, voire l’Argentine et le Brésil, et bien sûr l’Espagne qui ne vont pas à Rio pour faire du tourisme. Mais KD et compagnie seront les hommes à battre. D’ailleurs, ce n’est pas qu’une addition de talent. Ces joueurs s’apprécient et montrent une belle cohésion depuis le début du rassemblement. Surtout, ils défendent le plomb. Evidemment, ils ne pratiqueront pas le jeu le plus léché du tournoi. Mais leur défense peut concasser n’importe quelle attaque, et ouvrir la voie à des paniers faciles en pagaille. Le tout avec des joueurs imprenables en un-contre-un et de l’adresse de loin à tous les étages. Souvenons-nous d’ailleurs que la ligne à trois points est plus proche en basket international qu’en NBA… Thompson, Durant, Irving et compagnie vont se régaler de loin, écartant ainsi les défenses et creusant des brèches pour les intérieurs et les pénétrations. Un cocktail détonnant.


L’Argentine, la Chine deux fois, le Venezuela et le Nigeria ont pu goûter à cette recette fatale en préparation. Cinq matches, cinq cartons. Même lorsque l’adresse n’était pas au rendez-vous, contre le Venezuela, avec 16% à trois points, les Américains avaient fait la différence en défense, aux rebonds, dans l’effort et le combat (80-45 score final). Bien sûr, l’opposition sera plus relevée à Rio. Mais si les joueurs de Coach K défendent aussi dur qu’en préparation et qu’ils continuent à bien vivre ensemble, en laissant leurs égos (surdimensionnés) de côté, il va falloir se lever de bonne heure pour les arrêter au Brésil…


ABSENTS CONTRE LE NIGERIA, IRVING ET GEORGE OK POUR RIO

Pas d’inquiétude pour Kyrie Irving et Paul George. Absents lors du dernier match de préparation de la sélection américaine en vue des JO 2016, contre le Nigeria (victoire 110-66), le meneur de Cleveland et l’ailier d’Indiana, respectivement touchés à la cuisse et au mollet, seront prêts pour le début du tournoi olympique. Mike Krzyzewski a expliqué qu’il ne s’agissait que d’une mesure de précaution et que les deux All Stars seront opérationnels à Rio.


Résultats de la sélection américaine en préparation :
Etats-Unis-Argentine 111-74
Etats-Unis-Chine 106-57
Etats-Unis-Chine 107-57
Etats-Unis-Venezuela 80-45
Etats-Unis-Nigeria 110-66


Programme de la sélection américaine à Rio :
Groupe A
Samedi 6 août : Etats-Unis-Chine
Lundi 8 août : Etats-Unis-Venezuela
Mercredi 10 août : Etats-Unis-Australie
Vendredi 12 août : Etats-Unis-Serbie
Dimanche 14 : Etats-Unis-France


Les quarts de finale se joueront le mercredi 17 août. Les demies deux jours plus tard, le 19. La finale et la petite finale sont prévues le dimanche 21 août, jour de la cérémonie de clôture des JO 2016.

Retour à l'accueil