15 tipoff 130516 675 (1)

Minnesota Lynx

Bilan 2012 : 27-7, battus en finale WNBA par Indiana 3-1

 

Champion en 2011, les Lynx ont abordé la dernière campagne avec un seul objectif, conserver son titre. Avec 7 défaites en 34 matchs de saison régulière, Minnesota a terminé meilleure équipe de la ligue. Et grand favori à sa propre succession mais la machine s'est grippé en Finale NBA. Les Lynx sont tombés contre Indiana. Il y a de la revanche dans l'air.

 

Star :

 

Seimone Augustus : la MVP 2011 a encore réalisé en 2012 une belle saison. Mais est elle pour autant toujours la star de l'équipe ? Rien n'est moins sur avec Maya Moore qui prend de plus en plus d'importance. Pour l'instant Augustus reste la Franchise player de son équipe pour plusieurs raisons dont son expérience et sa capacité a scorer beaucoup tout en restant très adroite.  Mais on a vu que quand elle était absente, Minnesota est plus un collectif que l'équipe d'une star.

 

Joueuses à suivre :

 

Maya Moore : on commence à connaitre la ROY 2011. Elle prend de plus ne plus d'importance chaque saison et cette année 2013 pourrait être celle qui la voit prendre les clés du camion Minnesota. Ailière capable de scorer et de défendre elle est également plus complète qu'Augustus. Elle devra de toute façon être au Top dans une conférence Ouest qui s'annonce une fois de plus très relevé.

 

Lindsay Whalen : la triple meilleur passeuse WNBA et tenante du titre est la 3° pointe du Big Three de Minnesota. Si elle a moins scoré l'an dernier ses capacités de création en font l'une des meilleurs joueuses à son poste. Avec l'expérience elle a aussi appris à gommer quelques uns de ses défauts, elle shoote de moins en moins à 3 points mais avec plus de reussite. Elle reste aussi un très bonne rebondeuse pour son poste. 

 

Pronostic : les Lynx sont encore une fois parmi les favoris pour le titre mais il va falloir aller décrocher la première place de Conférence et pour cela il va falloir aller batailler sévère avec Los Angeles et Phoenix. Et quand on connait la qualité de ses deux équipes, la bagarre risque de faire rage. Mais les championnes 2011, on un effectif assez étoffé pour pouvoir conserver leur place de numéro 1 de Conférence.

 

sparks_parker10_450_090630.jpg

Los Angeles Sparks

Bilan 2012 : 24-10, éliminé en finale de Conférence 2-0 par Minnesota

 

Tombé en finale de Conférence l'an dernier après une grosse saison les Sparks possède peut être le meilleur 5 de départ de la ligue. Après une saison 2012 qui a pu laisser des regrets au point de vue collectif et individuel, 2013 s'annonce comme ou une année  avec un seul objectif, le titre et rien d'autre.

 

Star :

 

Candace Parker : débarassée des blessures qui l'ont handicapé pendant un moment (elle a joué toute la saison pour la première fois depuis 2008, son année rookie) Parker a prouve qu'elle était la meilleure joueuse au monde. Flouée l'an dernier sur le point des récompenses individuelles (MVP et DPOY), elle s'est rattrapé en Europe avec le titre de championne d'Europe et de MVP du Final 8. Repositionné pivot la plupart du temps lors de la saison dernière, elle s'est acquitté de son rôle à merveille avec 17.6 points, 9.7 rebonds, 3.3 pases,1.6 intercpetions et 2.3 contres par matchs. Elle a même inscrit 29 points de moyenne en play off. Cette année encore elle devrait jouer en 5. En plus elle n'a jamais semblé aussi forte. 2013 pourrait bien être l'année Parker tant elle semble sans limite.

 

Joueuses a suivre :

 

Nneka Ogwumike : ROY 2012, l'ailière s'est avéré être le complément idéal de Parker. son physique lui permet de s'imposer dans les raquettes adverses. Son shoot extérieur et à 3 points restent encore très perfectible.  Son inexpéreince a couté cher à son club en PO. Elle est passé au travers de la post season. Elle semble encore un peu fragile quand arrive les grands événements mais elle sera peut être dès cete année, une des joueuses qui comptent en WNBA.

 

Kristi Tolliver : la meneuse de jeu des Sparks a franchi un cap, récompensé par le titre de MIP. Devenu titulaire à part entière elle a explosé scorant plus de 17 points de moyenne par match et donnant presque 5 passes. Elle aura encore un rôle primordial cette année avec sa capacité a scorer de loin et son gros pourcentage au LF. Elle est capable de soulager Parker au scoring ou de prendre le relais en cas de besoin. Il n'est jamais facile de confirmer après un titre de MIP.

 

Pronostic : tout comme Minnesota et Phoenix, LA se battra pour la première place de la Conférence. Et la bataille sera rude. Le 5 de départ des Sparks est probablement le meilleur de la ligue avec l'arrivée de Lindsey Harding à l'arrière au côté de Tolliver. Mais malgré tout le talent de Parker ce n'est pas un vrai pivot et elle pourrait souffrir lors de certains duels. Malgré tout, ne pas retrouver les Sparks au minimum en finale de conférence serait un échec.

 

628x471.jpg

San Antonio Silver Stars

Bilan 2012 : 21-13, éliminé au premier tour des play off   2-0 par Los Angeles

 

Le Silver Stars a connu une saison 2012 contrastée, capable du meilleur comme du pire. On se souvient de leur série de 11 victoires en 12 matchs qui ont fait d'elles une des surprises de la saison. Mais trop d'inconstance et des adversaires plus fort on fait que le Silverstars a terminé à la troisème place de la Conférence Ouest. San Antonio, comme chez les graçons est en fin de cycle.

 

Star :

 

Becky Hammon : la meneuse naturalisée Russe vient d'avoir 36 ans mais reste l'une des meilleures à son poste, mais ses années sont comptées. Elle voudrait bien briller une dernière fois avant de raccorcher les baskets. Elle a encore été le fer de lance de l'attaque texanne l'an denrier avec 14.7 points et 5.3 passes. Son expérience lui permet de se sortir de pas mal de situation difficile mais son physique risque de souffrir face à des joueuses plus jeunes. On sait qu'elle est le régulateur des Texannes, si elle fait une bonen saison SA fera une bonne saison.

 

Joueuses à suivre :

 

Sophia Young : l'ailière a réalisé en 2012, l'une des ses meilleureses saison avec plus de 16 points et 7 rebonds de moyenne. Elle s'impose également comme une très bonne intercepteuse.  La triple All Star semble être à 30 ans au faite de sa carrière. Joueuse qui joue exclusivement à l'intérieur, son shoot reste très perfectible. Sa petite taille par rapport à ses vis à vis sont compensé par sa bonne activité aux rebonds.

 

Danielle Robinson : elle s'est imposé au côté d'Hammon à l'arrière. Plutôt créatrice que scoreuse, elle a débuté tous les matchs la saison dernière. si elle est assez adroite à 2 points, en revanche elle n'a aucun shoot à 3 points ce qui est plutôt embêtant pour une arrière. Elle doit se faire violence pour scorer plus et devenir une joueuse qui compte. Et peut être remplacé Hammon au final.

 

Pronostic : 3 ° l'an dernier à l'Ouest, SA pourrait bien perdre une place et se retrouver 4°. Avec le probable renouveau de PHX, le Silver Stars devraient se retrouver dans une situation délicate. La qualification en PO est plus que probable surtout avec Seattle qui est décimé par les blessures, mais voire plus loin que le premier tour parait difficile pour les Texanes.

 

168798673-e1368828842838.jpg

Seattle Storm

Bilan 2012 : 16-18, éliminé au premier tour des play off 2-1 par Minnesota

 

Depuis le titre de 2010, le Storm a connu des haut et des bas (surtout des bas) avec les blessures à répétition de Lauren Jackson. L'an dernier, leur 4° place de Conférence a encore montée leur limite. Ce n'est plus le grand Storm et cette saison ne fera pas exception à la règle, Jackson et Sue Bird sont blessé et manqueront toute la saison. Derrière elle il n'y a pas de très grosses stars.

 

 

Star :

 

Camille Little : c'est l'occasion  ou jamais pour Little de se faire un nom. Titulaire à l'aile depuis son arrivée au Storm en 2009, elle a toujours été barré par le duo Bird/Jackson. Avec la blessure des 2 stars, la bonne marche de Seattle reposera sur ses épaules. Auteur de 11.3 points par match la saison dernière, elle devra augmenter sa production pour permettre à sa franchise de survivre. Elle devra aussi augmenter sa production au rebond  et compensé une partie du déficit dans ce domaine dû à l'absence de Jackson

 

Joueuses à suivre : 

 

Tina Thompson : en l'absence de Jackson et Bird, Seattle devra se reposer sur plusieurs joueuses. Tina Thompson est l'une de celles-ci. Un chiffre suffit pour la résumer : 7009 comme son nombre de points marqués. Personne dans l'histoire de la WNBA n'a fait mieux. Aujourd'hui agé de 38 ans, Thompson a la plus grosse partie de sa carrière derrière elle mais elle est toujours capable de rendre des services. Elle est la seule joueuse a avoir joué dans toutes les saisons de l'histoire de la ligue.

 

Tanisha Wright : l'arrière aura un rôle primordial cette saison puisqu'elle devra compenser l'absence  de Sue Bird.  Remplacer la meilleure meneuse de jeu au monde n'est pas une mince affaire. Si Wright est une bonne passeusse, elle n'a pas les qualités de scoreuse de Bird et son shoot à 3 points laisse parfois à désirer. Mais elle n'aura pas le choix et devra passer un cap cette année.

 

Pronostic : pas besoin d'être un expert international pour s'apercevoir que la saison serra très dure du côté de l'Etat de Washington. Les 34 matchs de saison regulière risque d'être interminables, heureusement que les joueuses seront en repos avant les play off. Bref, vous l'avez compris, pas grand chose à espérer pour Seattle  si ce n'est peut être un bon choix de draft en 2014.

 

03526937ac9c43cb8b26cbb3bdc5dd90-bd6f41e0757d49718f4d00d83d.jpg

Tulsa Shock

Bilan 2012 : 9-25, non qualifiées pour les playoffs

 

Les saisons se suivent et se ressemblent pour Tulsa, les défaites s'enchainent. Le Shock est une équipe très jeune. On les a souvent vu la saison dernière perdre des matchs sur la fin après souvent avoir mené en début de 4° QT. Il est loin le temps de la splendeur de la franchise à Détroit. Avec son mauvais bilan, le Shock en a profité pour sélectionné l'une des joueuses des plus attendues de la draft : Skylar Diggins 

 

Star :

 

Skylar Diggins : la numéro 3 de la dernière draft et meilleure scoreuse de l'histoire de l'Université de Notre Dame est un  des grosses attentes de la saison. Elle aura la charge de driver une équipe jeune. La question concernant les rookies est toujours la même : arriveront ils à s'adapter au jeu professionnel. Diggins arrive en pro avec 4 ans d'Université derrière elle et deux titres de Big East Player of the Year. Elle semble totalement prête à faire le grand saut.

 

Joueuses à suivre

 

Candice Wiggins : 6th Woman of the Year son année rookie en 2008, depuis Wiggins a eu du mal à confirmer entre blessure grave et rôle de plus en plus secondaire à Minnesota. Son arrivée à Tulsa dans un deal à 3 équipes ne pourra que la relancer. Elle aura aussi la tâche d'encadrer Diggins. Ses deux dernières saisons ont été les plus difficile de sa carrière et son pourcentage s'en est ressenti. A Tulsa, elle a un coup à jouer et apportera son expérience à une équipe qui en manque cruellement

 

Glory Johnson : tout comme Diggins, Johnson représente l'avenir de la franchise. Ailière forte longiligne (1 m 91), elle a été la meilleure joueuse de Tulsa l'an dernier en étant rookie. Mais comme ses coéquipières, elle est parfois encore un peu naive. Son temps de jeu ira  cette saison en augmentation, elle pourrait être l'une des grosses révélations au vu de sa grosse présaison (17.5 points et 12.5 rebonds). 

 

Pronostic : équipe jeune, Tulsa essaiera de grandir cette saison encore. Et à force d'empiler les mauvaises saisons et de cumuler les bons choix de draft, au bout d'un moment le Shock renouera avec son glorieux passé du temps de Détroit (3 titres entre 2003 et 2010). Mais cette année l'apprentissage continuera. Avec pour objectif de faire mieux qu'en 2012. Ca ne devrait pas être trop difficile.

 

Diana-Taurasi-Los-Angeles-Sparks-v-Phoenix-beUerHkBYwkl.jpg

Phoenix Mercury

Bilan 2012 : 7-27, non qualifiées pour les playoffs

 

2012 est une saison à oublier pour le Mercury, décimé par les blessures. Penny Taylor a manqué toute la saison, Diana Taurasi a joué une petite dizaine de matchs et Candice Dupree n'a joué que 13 matchs. Tout ça a eu pour conséquence que le Mercury n'a remporté que 7 matchs. DeWanna Bonner s'est imposé comme l'option offensive numéro 1 en l'absence des stars. Mais qui dit saison raté dit bon choix de Draft. Et le Mercury a obtenu le numéro 1 de draft le plus convoité de ses dernières années. Avec un déficit à l'intérieur PHX a logiquement sélectionné le phénomène Brittney Griner en première position. Un renfort qui change tout.

 

Star : 

 

Diana Taurasi : après une saison 2012 tromqué par les blessures, elle revient avec des grosses ambitions. Elle vient de gagner l'Euroleague avec Ekaterinbourg et aimerais bien poursuivre sa moisson de titre. Tout le monde connait la quintuple meilleure marqueusse de la ligue mais personne n'arrive jamais vraiment à la freiner. La "Kobe Bryant au féminin" est la meilleure attaquante actuellement. Capable de shooter dans toutes les positions et de n'importe ou, et même si son adresse ne suit pas toujours, elle peut gagner un match à elle toute seule.

 

Joueuses à suivre :

 

Brittney Griner : attention phénomène, elle mesure 2.03 mètres, une denrée rare dans le basket féminin de nos jours. La plupart des ses vis à vis directes lui rendent 10 centimètres. Son envergure est également monstrueuse. La question de son entente avec Taurasi sera primordiale. Si la mayonnaise prend entre les deux joueuses, le duo va faire très mal. Son seul petit point faible est son tir. Elle a tendance a beaucoup jouer avec son physique et quelques aspects de son jeu restent améliorables.

 

Samantha Prahalis : une des rares satisfactions du Mercury en 2012, la jeune meneuse a terminé deuxième du vote du  ROY. Joueuse interessante, bonne passeuse elle avait la saison dernière tendance a trop shooter. Cette année, elle devrait être plus concentré sur la création. Elle a été une des bonnes surprises de la saison dernière et devrait logiquement occuper la place de titulaire au poste 1 et parfaire son apprentissage au côté de Taurasi

 

Pronostic : Le titre et rien d'autre. Les Coachs de la ligue ne s'y sont pas trompés et les ont donnée favorites. La pression est du côté de l'Arizona cette saison , le moindre faux pas sera guetté tout comme le moindre conflit entre les joueuses. Pas de dorit à l'erreur pour le Mercury. Au vu de l'effectif, tout autre option que le titre serait un échec. Mais la conférence est très relévé et il faudra écarter Los Angeles ou Minnesota, voire les deux pour y parvenir. ça ne sera pas une mince affaire.

 

 

 

 

Retour à l'accueil