551178_10151028972218463_1797284843_n.jpg

 

Le moins que l'on puisse dire, le Team USA a infligé une sévère humiliation à une équipe de France dépassée par l'évènement et obligé de s'imposer face à la redoutable équipe d''Argentine le lundi prochain. Une situation très délicate dans un groupe très relevé où chaque match est capital. Par ailleurs, la lourde défaite des bleus n'était pas une surprise car l'on savait pertinemment que les Américains étaient trop forts pour l'équipe de France et un miracle ne pouvait pas se produire car l'écart entre les deux équipes sont juste énormes.

 

Pour son entrée dans le tournoi olympique l’Equipe de France a été largement dominée pour ne pas dire humiliée par les grandissimes favoris pour la médaille d’or, les Etats-Unis (98-71).

 

20 ans après la magie opère toujours. Sans doute plus sur des joueurs habitués à affronter au quotidien les stars NBA. Mais l’effervescence dans la tribune de presse et chez les photographes, le crépitement des flashes dans les tribunes confirment que le basket américain continue de faire rêver. Pour les Bleus pas de complexe à nourrir. Dans le cinq de départ quatre tricolores évoluent outre-Atlantique (Parker, Batum, Diaw, Turiaf) et le cinquième a déjà connu la grande Ligue (Gélabale). 

 

La démonstration Américaine sous les yeux de la Première Dame Michelle Obama

581305_10151028972738463_1008084964_n.jpg

 

Cette expérience n’est pas de trop pour gérer l’effrayante pression défensive des Américains. Les Bleus sont souvent repoussés très loin du cercle et chaque balle perdue est immédiatement sanctionnée d’un panier facile (6-13). Mais le pari de laisser les États-Unis tirer extérieur va s’avérer payant pendant de longues minutes. Coach K aligne très rapidement son cinq le plus athlétique avec Carmelo Anthony et LeBron James comme intérieurs par défaut. Après un certain flottement dans la mise en place de son jeu la France retrouve du rythme avec un Tony Parker soulagé de la montée de balle par Nando De Colo et qui en profite pour se servir des écrans et alimenter la marque en scorant ou en servant Ronny Turiaf sous le cercle.

 

Les Bleus restent à distance respectable et lorsque Yannick Bokolo fait mouche à trois-points au buzzer du premier quart-temps, on se prend à rêver (21-22). Mais le système a ses limites, particulièrement face à un extraterrestre comme Kevin Durant. Au Mondial en Turquie il y a deux ans, le meilleur marqueur NBA avait écoeuré ses adversaires et mené une équipe B au titre. Et malgré la qualité des joueurs qui l’entoure c’est à nouveau lui qui a fait la plus forte impression pour le début du tournoi olympique. Difficile en effet de défendre sur un ailier d’un tel gabarit à l’adresse extérieure monumentale. Quand la star du Thunder commence à enfiler les paniers comme des perles, les Français décrochent irrémédiablement.

 

480304_10151028970628463_396721658_n.jpg

 

Un 0-11 en deux minutes en début de deuxième quart-temps change la physionomie du match d’autant plus que les Bleus abandonnent trop de rebonds offensifs et ne parviennent pas à rentrer leurs tirs à trois-points. Nicolas Batum et Nando De Colo sont en souffrance (2 pts à 0/6 à la pause) tandis que Mickaël Gélabale est depuis longtemps sur le banc, pénalisé par les fautes. Autant de facteurs qui expliquent que les Bleus ne peuvent rivaliser (36-52). 

 

Durant poursuit son festival, James est partout à la fois et Kobe Bryant se même à la fête au retour des vestiaires. La barre des 20 points d’écart  est rapidement atteinte. La seule incertitude désormais réside dans l’écart final. Mike Krzyzewski fait donner son banc où figure le dernier numéro un de la draft, Anthony Davis. Vincent Collet en profite de son côté pour remettre dans le bain Ali Traore. Sa blessure au genou n’est visiblement plus qu’un mauvais souvenir et le pivot de Kuban enchaîne les mouvements réussis dos au panier. Mais il en faudrait bien plus pour perturber la machine de guerre américaine qui s'impose 98-71 soit 27 points de différence.

 

Kevin Durant a été le meilleur joueur du match avec 22 points dont 3/5 à trois-points, 7/7 aux lancers francs et 9 rebonds, Kevin Love ajoute 14 points en 14 minutes, Kobe Bryant 10 points en 12 minutes, LeBron James 9 points, 5 rebonds, 8 passes décisives en 25 minutes, Russell Westbrook 9 points, 3 passes décisives et 4 rebonds en 19 minutes, Carmelo Anthony 9 points et 9 rebonds en 17 minutes, Chandler 8 points, 9 rebonds et 3 passes décisives en 11 minutes, Chris Paul 5 points, James Harden 5 points.

 

Du côté de l'équipe de France, Ali Traoré 12 points, Tony Parker 10 points, Nicolas Batum 7 points, Boris Diaw 9 points, Ronny Turiaf 7 points, Florient Piétrus 8 points.

 

 

 

 

Retour à l'accueil