306884_10151140377761271_1865769184_n.jpg

Sur la photo, Emilie Gomis, auteur d'un très bon match.

 

Dans la douleur, l’Equipe de France a engrangé, face au Canada, une troisième victoire consécutive dans le tournoi olympique (64-60).

 

Si l’horaire était inhabituel pour la France, l’adversaire du jour, lui, était loin de constituer une inconnue.  En préparation à Roanne (+25) puis lors du TQO en Turquie (+9), les Bleues avaient su prendre le dessus. Mais les difficultés rencontrées pour mettre au pas les représentantes de la feuille d’érable à Ankara devaient servir de mise en garde pour Pierre Vincent et ses troupes.

 

Elles ont dans un premier temps dissipé les doutes concernant leur degré d’éveil avec cinq premières minutes pleines d’énergie et de réussite (11-4). Mais rapidement, alors que la défense tricolore poussait constamment les Canadiennes à jouer à la limite des 24 secondes, la difficulté à boucler le rebond ruinait ces beaux efforts. La domination dans ce secteur de Natalie Achonwa et Tamara Tatham prenait même des proportions à peine croyables et le staff technique français ne parvenait pas à trouver de solutions. A la pause le Canada avait déjà pris 13 rebonds offensifs synonymes d’autant de deuxièmes chances qui compensaient une réussite extérieure totalement absente (0/8 à trois-points).

 

Ironiquement c’est sur un rebond offensif de Sandrine Gruda que la France s'était offert un peu d’air avant de rejoindre les vestiaires. L’intérieure d’Ekaterinbourg, en panne d’adresse depuis le début du tournoi (5/18) et gênée par un mollet douloureux allait, avec Emmeline Ndongue, lancer les Bleues en début de seconde mi-temps. La peinture était cette fois verrouillée et une bonne circulation de balle permettait de trouver des paniers faciles près du cercle. La capacité des arrières à servir leurs grandes constituait d'ailleurs la principale arme offensive de la France dans ce match.

 

Mais à chaque semblant de break répondait une série canadienne. A deux reprises les Bleues allaient compter 7 points d’avance mais ne parvenaient jamais à se mettre totalement à l’abri. Isabelle Yacoubou se lançait pourtant dans une entreprise de démolition en début de quatrième quart-temps avec huit points consécutifs (50-43, 34e) mais rien n’y faisait, le Canada revenait systématiquement dans la course.

 

Cependant, la qualité de la défense et un remarquable sang-froid sur la ligne des lancers-francs (12/12 dans les deux dernières minutes) offraient à la France sa troisième victoire consécutive malgré une ultime frayeur sur une séquence à cinq points des Canadiennes.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil