3482622_3_4752_tony-parker-au-milieu-de-la-foule-apres-la_d.jpg

L’équipe de France de basket a remporté l’Euro avec un Parker ultra-décisif.

 

Il le voulait tant ce titre. Avec un palmarès déjà impressionnant en NBA, Tony Parker n’était pourtant pas en manque. Mais après dix ans de galère en équipe de France, son appétit était décuplé pour décrocher ce titre qui l’installe un peu plus dans la hiérarchie des grands sportifs français, tout près du mythe Zinédine Zidane. Pour lui, être associé à "Zizou", "c’est juste incroyable", confiait-il après la rencontre. Mais la comparaison est-elle bien légitime ? Europe1.fr a posé la question à d’autres grands champions.

 

{B35E4DE1-8697-462A-BCE7-D8ECB97148A1}flexible

Un palmarès hallucinant en club. Trois titres de champion NBA avec les Spurs de San Antonio (2003, 2005 et 2007), un titre de MVP (meilleur joueur) lors de la finale 2007, cinq sélections au All-Star, record de points marqués en NBA pour un joueur européen (55 points face à Minnesota en 2008). Si on ajoute à ce palmarès vertigineux ses 6.170 passes décisives et ses 18.222 points dans le championnat nord-américain, Tony Parker peut aisément se comparer aux plus grands meneurs de la NBA tels que Chris Paul (Clippers de Los Angeles, Derrick Rose (Chicago Bulls) ou Deron Williams (Nets de Brooklyn). A 31 ans, "TP" possède un palmarès qui rappelle celui de "Zizou". Au cours de sa carrière, l’ancien footballeur a remporté deux titres de champion d’Italie, un titre de champion d’Espagne et la Ligue des champions (en 2002 avec le Real Madrid).

 

Tony-Parker-aeroport full diapos large

Un titre pour la patrie. Mais son palmarès avec les Spurs ne lui suffisait pas. "Ça n'a rien à voir avec mes titres NBA avec San Antonio, rien à voir", a expliqué "TP" après son premier titre majeur avec les Bleus. "Là c'est toute la nation. Ce matin (dimanche) j'ai reçu tellement de messages de soutien, je n'avais pas envie de les décevoir, je suis tellement content pour tout le monde. Ce titre il est pour tout le monde". Là où certains joueurs préfèrent zapper l’équipe de France et privilégier leur saison en NBA, Parker, lui, rate très rarement un rendez-vous avec les Bleus. Un certain patriotisme qu’on retrouvait également chez le n°10 de l’équipe de France de football. "Ils sont assez similaires sur ce point", estime Romain Mesnil, l’ancien perchiste qui n’a pas perdu une miette de la finale de dimanche. "Comme Zidane avant lui, Parker était une star dans son championnat. Mais il a tout fait pour gagner quelque chose avec les Bleus".

 

Belge de naissance, prodige du basket, machine à pub et chanteur à ses heures. Retour en soixante secondes sur la carrière de Tony Parker.


Retour à l'accueil