156738299.jpg

 

Même s’il a assez rapidement effacé son tweet plutôt agressif et menaçant, dédié à Serge Ibaka, Stephen Jackson n’est pas passé entre les mailles du filet, et s’est vu attribuer une amende de 25 000$ par la ligue. Il est vrai qu’un joueur qui sous-entend sur twitter qu’il va en mettre une à un autre, la prochaine fois qu’il le cherchera, ça fait tâche pour la NBA.

 

La déclaration de Jackson est arrivée après l’altercation entre Ibaka et World Peace vendredi dernier. Rappelez-vous que Metta World Peace, autrefois appelé Ron Artest, était le coéquipier de Stephen Jackson à Indiana, lors de la fameuse bagarre à Detroit, appelée depuis ‘Malice at the Palace’. Lors de ce fâcheux évènement, Jackson avait défendu Artest et était allé bien trop loin, arrivant même à asséner des coups de poing à un spectateur. Avec son tweet, il apparaît que depuis le temps, Jackson n’a toujours pas quitté sa cape de justicier, et qu’il compte bien continuer à défendre son ancien coéquipier quoi qu’il arrive.

 

Même s’il a tenté timidement par la suite de s’excuser auprès d’Ibaka, il n’a pas échappé à cette amende plutôt logique. Les Spurs de leur côté ont d’ailleurs parfaitement accepté cette sanction :

 

« Les récents propos publics de Stephen Jackson sont absolument inacceptables et ne peuvent pas être tolérées par les San Antonio Spurs », a commenté R.C. Buford, manager general de l’équipe texane.

 

Stephen Jackson n’a d’ailleurs comme souvent, pas brillé pour son intelligence cette semaine, le joueur ayant avoué à Chris Palmer d’ESPN récemment, qu’il avait ‘définitivement adoré s’en prendre à un fan’ lors de cette triste soirée du 19 novembre 2004 au Palace d’Auburn Hills. Même s’il affirme que ses propos ont été mal interprétés, et qu’il reste un excellent joueur (15,8 points de moyenne en 12 saisons NBA), Jackson ne semble toujours pas avoir mûri. Il ferait bien de faire attention à ce qu’il confie aux journalistes, s’il ne veut pas que sa sale réputation ne l’empêche de retrouver un club à la fin de son contrat au Spurs dans 6 mois.

 

 Pour les plus jeunes, ou pour ceux qui voudraient revoir cet évènement marquant de l’histoire de la NBA, voici les images de ‘Malice at the Palace’, cette bagarre entre les joueurs d’Indiana et ceux de Detroit, impliquant le public du Palace d’Auburn Hills :

 

 

 
Retour à l'accueil