Solo-Diabate full diapos large

L’été de Souleymane Diabaté est décidément chargé. Après avoir raté un camp de détection avec les Lakers de Los Angeles, le basketteur a quitté le SLUC Nancy pour s’engager avec le BCM Gravelines-Dunkerque en championnat de France de Pro A. Et le voilà désormais en stage avec l’équipe de Côte d’Ivoire pour préparer le Championnat d’Afrique des nations. Un Afrobasket 2013 à domicile qu’il compte bien remporter avec les Eléphants.

 

De Nancy à Abidjan, en passant par Los Angeles, Gravelines en France ou Palencia en Espagne, Souleymane Diabaté a déjà beaucoup navigué durant cet été 2013.

 

Le meneur de jeu, formé à Dijon, a tout d’abord eu besoin de changer d’air après une saison individuellement réussie avec le SLUC Nancy (1), mais collectivement désastreuse en Championnat de France de Pro A. Le club nancéien a évité de peu la relégation mais n’a pas récompensé l’Ivoirien pour son aide.

 

Les Lakers l’attendaient

 

Souleymane Diabaté avait en effet une chance de jouer en NBA. Mais il n’a pas pu être testé, à cause d’un document administratif que Nancy n’aurait pas envoyé. « Je suis parti aux Etats-Unis pour participer à des ‘summer leagues’ (camps d’entraînements et de détection, Ndlr), explique le joueur. J’ai fait des workouts (tests, Ndlr) avec les Lakers de Los Angeles auxquels j’ai bien plus d’ailleurs. Mais je n’ai pas réussi à obtenir une lettre de sortie de Nancy à temps. C’est ce qui a fait défaut. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas pu participer à la ‘summer league’ ».

 

A la place, Souleymane Diabaté s’est engagé pour trois saisons avec un autre club français, le BCM Gravelines-Dunkerque. « C’était soit la NBA, soit la France, décrypte-t-il. La NBA, j’aurais eu une petite chance de l’intégrer si j’avais participé à la summer league. Malheureusement, ça n’a pas été le cas. Après la NBA, ma priorité était Gravelines, pour continuer mon évolution ».

 

A Gravelines, il retrouvera un autre Monschau

 

Dans le Nord de la France, Souleymane Diabaté devrait trouver une équipe compétitive, avec laquelle il pourra encore progresser, à 26 ans. « Gravelines a terminé à la première place du championnat (en saison régulière) ces deux dernières années, même s’ils n’ont pas eu de chance en play-offs, soutient Diabaté. Ça reste une très grande équipe, qui joue la Coupe d’Europe. Quand j’ai discuté du projet du BCM avec le coach, j’ai compris que c’était un projet qui me correspondait. Ça m’a tout de suite plu ».

 

Avec Christian Monschau, le coach des Gravelinois, l’Ivoirien ne sera en tout cas pas perdu. Il quitte en effet un entraîneur, Jean-Luc Monscahu, pour jouer sous les ordres de son frère. « Je pense qu’il a dû faire passer le message à son frère qui était déjà intéressé par ma venue, s’amuse Diabaté. Cette année, c’était le bon moment pour le rejoindre. Ayant connu Jean-Luc Monschau, je ne devrais pas être dépaysé avec Christian Monschau qui a un peu les mêmes principes de jeu ».

 

civ tun afroarchives

Et maintenant, l’Afrobasket…

 

En attendant de parler davantage tactique avec Christian Monschau, Souleymane Diabaté travaille à Palencia en Espagne, sous les ordres de Natxo Lezkano, entraîneur de l’équipe de Côte d’Ivoire. L’Abidjanais prépare activement le Championnat d’Afrique des nations qui aura lieu du 20 au 31 août dans son pays. « Une organisation en Côte d’Ivoire, c’est quand même exceptionnel, commente Diabaté. Il va falloir que tout le monde soit derrière nous et qu’on en profite au maximum ».

 

Reste que l’enthousiasme de « Solo » Diabaté n’est pas forcément partagé à Abidjan. « Personnellement, je ne sens aucun engouement pour cet Afrobasket, même si les autorités sont derrière nous, lâche-t-il. Peut-être que ça viendra avec des matches amicaux et la présentation officielle de l'équipe. J’espère que l’engouement va grandir à mesure que l’Afrobasket approche ».

 

En Côte d’Ivoire, devant sa famille et ses amis, Souleymane Diabaté ne peut envisager qu’un résultat : la victoire finale. « Ne pas gagner cet Afrobasket serait un échec pour les joueurs et les dirigeants, lance-t-il. Les dirigeants ont mis tous les moyens possibles à notre disposition, pour qu’on soit dans les meilleures conditions possibles. Ça veut dire qu’ils comptent beaucoup sur cette équipe ». Diabaté et les Eléphants entameront l’Afrobasket 2013 face à l’Algérie, le 20 août.

 

(1) En 2012-2013, Souleymane Diabaté a tourné à 13,4 points, 4,2 rebonds, 6,7 passes décisives et 2,2 interceptions de moyenne avec Nancy.

 

 

Par David Kalfa de Rfi.fr

 

 

Retour à l'accueil