ap-ncaa-final-four-michigan-louisville-basketball-x-large.jpg

C'est cette nuit, en direct sur lequipe.fr et L'Equipe 21 [début à 3h23], que le nom du successeur de Kentucky au palmarès du prestigieux championnat universitaire américain sera connu. Dans le Georgia Dome d'Atlanta, devant plus de 75.000 spectateurs, l'université de Michigan tentera de renverser celle de Louisville, favorite des bookmakers.

 

Cette finale est avant tout l'occasion pour l'un ou l'autre de ces deux programmes, selon l'expression américaine, de renouer avec une gloire un peu éclipsée depuis deux décennies par l'ombre portée de North Carolina, Connecticut et autre Kansas, mais aussi en raison de sanctions administratives dues à recrutements illégaux. Le deuxième et dernier dernier titre des Cardinals de Louisville remonte à 1986, le seul des Wolverines de Michigan à 1989. «On pense à tout ça, je vous mentirais si je vous disais l'inverse», a concédé l'arrière de Michigan Tim Hardaway Jr, qui s'y connaît en poids du passé avec un père aux 867 matches de saison régulière NBA.

 

title2jpg-2437573_frame_01_640x360.jpg

La clé sportive réside dans la capacité de Louisville, considérée comme la défense n°1 de la NCAA, a réduire l'efficacité offensive de Michigan, équipe qui aime jouer de manière dynamique - avec tous les déchets que cela peut produire. Même si cela ne sera pas forcément suffisant, comme l'a montré la demi-finale où le non match du meilleur scoreur des Wolverines, Trey Burke, ne les a pas empêchés de sortir Syracuse (61-56). Les Cardinals de Rick Pitino, déjà titré à ce niveau avec Kentucky, devront aussi trouver d'autres clés en attaque que celles de Russ Smith (18,9 points, seul de son équipe à plus de 10 points). Jusque là, ils y sont toujours parvenus.

 

Final-Four-Practice-Lead.jpg

 

 

 

 

Retour à l'accueil