ncaa u logocourt 576

 

Après avoir passé en revue les conférences majeures et les mid-majors, BasketAmericain.com se penche sur les « petites » conférences, celles qui font rarement les gros titres. Cependant, chaque année voit quelques unes de ces universités se faire une place parmi les cadors de la NCAA, comme Murray State, Iona ou Harvard l’an passé, Utah State en 2011, ou encore Belmont, Butler, Davidson et George Mason les années précédentes.

 

Cette année encore, plusieurs petits poucets devraient faire parler d’eux, à commencer une nouvelle fois par Murray State (Ohio Valley). Après une année fabuleuse marquée par un bilan final de 31-2 et vingt-trois victoires pour commencer la saison, les Racers seront attendus au tournant. Isaiah Canaan sera le fer de lance de l’équipe et est un candidat très sérieux au titre de joueur de l’année en NCAA. Avec l’arrivée de Belmont au sein de l’Ohio Valley, la concurrence sera encore plus forte cette année.

 

North Texas est passé à deux doigts d’une qualification à la March Madness l’an dernier après avoir échoué en finale de la Sun Belt, mais  les Mean Green seront cette année les grands favoris de la conférence. Tony Mitchell est de loin de joueur le plus talenteux de l’histoire de la conférence et est attendu comme probable Lottery Pick lors de la prochaine Draft. Capable de dominer n’importe quelle raquette aussi bien en attaque qu’en défense, il sera attendu de pied ferme par tous ses adversaires. Mais attention, il faudra également compter sur Middle Tennessee au sein de la Sun Belt. Les Blue Raiders restent sur une superbe saison (27-7) et ont conservé la majorité de leurs joueurs clés.

 

Dans la MAC, tous les regards seront tournés sur Ohio, qui reste sur une participation au Sweet 16 la saison dernière. D.J. Cooper et les cinq titulaires sont de retour et les Bobcats auront leur mot à dire sur le plan national. Akron est l’autre équipe à suivre dans la conférence, avec le pivot Zeke Marshall et l’arrière Alex Abreu pour sonner la charge. Le duel entre ses deux équipes s’annonce d’ores et déjà palpitant.

 

La Patriot League n’a plus eu de joueur drafté depuis Adonal Foyle en 1997. Cette longue attente devrait prendre fin en juin prochain grâce à C.J. McCollum. Le tombeur de Duke au premier tour de la March Madness l’an dernier sera l’un des joueurs les plus suivis du pays. S’il parvient à mener Lehigh à une nouvelle qualification au tournoi final NCAA, sa cote risque fort de grimper en flèche.

 

Davidson sera une nouvelle fois le grand favori dans la SoCon, et il ne serait pas étonnant de voir les Wildcats remporter un ou deux matchs lors de la March Madness. L’équipe est potentiellement aussi forte que celle que Stephen Curry a mené en Elite Eight en 2008. Avec Jake Cohen et De’Mon Brooks, Davidson possède une ligne intérieure qui pourrait faire pâlir la plupart des équipes issues des conférences majeures.

 

Malgré vingt-neuf victoires, Drexel a été oublié par le comité de sélection de la March Madness. Les Dragons partent largement favoris de la Colonial, maintenant que VCU a rejoint l’Atlantic 10.

 

Enfin, il faudra garder un oeil sur LIU Brooklyn, qui vise une troisième qualification consécutive à la March Madness et qui devrait à nouveau dominer la NEC.

 

 

Par Sebastien Monnet    

 

 

 

 

Retour à l'accueil