613x459--2--copie-1.jpg

C’était le moment où jamais pour les Lakers de prouver qu’ils étaient capables de faire plus que de la figuration dans la série face aux Spurs. Raté. Après 2 défaites dans le Texas, les Angelinos ont subi rien de moins que leur pire défaite à domicile en playoffs, toutes périodes confondues: 120 – 89, soit 31 points d’écart.

 

Il faut dire qu’avec Kobe Bryant, Steve Nash, Steve Blake et Jodie Meeks sur la touche, le backcourt de Mike D’Antoni était quelque peu désert… Andrew Goudelock, le MVP de la D-League, et Darius Morris étaient titulaires. On ne peut pas leur en vouloir, Goudelock terminant avec 20 points et 3 interceptions, et Morris avec 24 points et 6 passes.

 

Les statistiques sont plutôt explicites, illustrant à merveille la domination de San Antonio. 61,2% au tir (contre 43,2%), 31,3% derrière l’arc (contre 20,0%), 49 rebonds (contre 35), 30 passes décisives (contre 19). L’effort collectif de l’escouade de Gregg Popovich a été brillant, chaque joueur inscrivant au minimum un panier, et la rencontre a très vite tourné à l’humiliation. La 2e mi-temps s’est intégralement déroulée dans un silence de cathédrale.

 

869386.jpg

Tim Duncan n’a eu besoin que de 31 minutes pour s’affirmer comme l’incontestable homme du match, avec 26 points, 9 rebonds et 3 passes. Il est par ailleurs le seul Spur ayant passé plus de 30 minutes sur le parquet. Un chiffre vraiment significatif, en playoffs… Tony Parker (20 points, 3 rebonds, 7 passes), Danny Green (11 points, 4 rebonds, 4 passes) et Kawhi Leonard (12 points, 4 rebonds) n’ont pas eu à forcer leur talent.

 

En face, Dwight Howard (26 points, 11 rebonds) a fait ce qu’il a pu, mais avec un effectif aussi diminué, on ne peut pas vraiment rejeter la faute sur lui… Pau Gasol (11 points, 13 rebonds, 10 passes) a encore claqué un triple-double, mais rajoute une couche à la statistique la moins glorieuse de sa carrière: il n’a jamais gagné un match de playoffs sans Kobe Bryant. Cette nuit, c’est donc une 15e défaite pour l’espagnol sans le Black Mamba. Aie.

 

En tête 3 – 0, qui plus est avec la manière, les Spurs ont plus que jamais la mainmise sur la série, et il est difficile d’imaginer ce qui pourrait les empêcher d’infliger un humiliant sweep à leurs rivaux californiens. Suite, et peut-être fin de l’histoire ce dimanche, encore au Staples Center.

 

Score final: 120 – 89

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil