gibson_hp_130425.jpg
C’est le genre de mi-temps qui ne devait pas exister dans un match de playoffs NBA. Un long cauchemar que les Nets ont du traverser hier soir au United Center de Chicago. Après un bon début de match où ils prirent 12 points d’avance (17-5 et 5/8 aux tirs), les hommes de P.J. Carlesimo tombèrent dans un véritable trou noir. Les chiffres vous aideront à comprendre ce que les mots ne peuvent qualifier :
 
 
Pas un panier pendant 14 minutes, 1/26 aux tirs puis 4/32 et un pourcentage de 21% à la pause. Terrible. La défense étouffante des Bulls ne laissent pas d’air passer. la présence de Reggie Evans et Gerald Wallace en même temps sur le terrain permet aux Bulls de boucher la raquette sans se soucier de ces deux joueurs, inoffensifs en attaque. Miraculeusement, Brooklyn n’est mené que de 7 points sur un tir à 3 points au buzzer de Gerald Wallace (34-27).
 
 
Dans un match à la limite du regardable, il ne faisait pas bon d’être un esthète. Dans ce contexte, ce sont Carlos Boozer (22 points et 16 rebonds) et Luol Deng (21 points et 10 rebonds) qui vont tirer leur épingle du jeu pour donner 16 points d’avance à Chicago (54-38). Reggie Evans et Gerald Wallace ne peuvent pas arrêter leur vis-à-vis en défense et pénalise leur équipe en attaque. Carlesimo décide alors enfin de changer son line-up et fait rentrer Marshon Brooks et Andray Blatche. Tout à coup Carlos Boozer ne peut plus tirer au-dessus de son adversaire direct et les Nets ont 5 menaces différentes en attaque.
 
Ces choix finissent par payer. Brooklyn passe un 2-10 aux Bulls et les Nets reviendront jusqu’à 2 longueurs avec 20 secondes à jouer et auront une balle pour égaliser grâce à un manqué de Noah aux lancers-francs. C.J. Watson, pourtant ouvert dans le corner, envoi un vilain air-ball (1/8 au tir pour lui). Chicago remporte une victoirée méritée tant ils auront fait agoniser une équipe de Brooklyn incapable de prendre un rythmne offensif pendant 3 quart-temps. P.J. Carlesimo devra clairement effectuer des changements en vue du match 4 ce samedi tant les probèmes de Deron Williams et Joe Johnson (11/28 aux tirs) sont en grande partie dues au peu d’espace laissé dans la raquette par Chicago. Voir Gerald Wallace et Reggie Evans passer moins de temps sur le parquet est donc une quasi-obligation.
 
 
Les Bulls quant à eux ont fait la moitié du chemin vers la qualification mais auront un nouveau match décisif samedi. l’avantage du terrain est à ce prix.
 
 
Score final : 79-76
 
 
Les Highlights de la rencontre:
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Retour à l'accueil