diamantidissss 0

 

Après une alléchante première et deuxième manche des playoffs (séries éliminatoires) de l'Euroleague Turkish Airlines, nous vous invitons à regarder le magazine (Recap, Interviews, meilleures actions ect...) réalisé par l'Euroleague Basketball TV. Cette phase des playoffs qui s'est démarré le mardi 9 prendra fin au plus tard le 19 Avril prochain. Ensuite, les quatre derniers survivants verront le Final Four qui se déroulera du 10 au 12 mai 2013 à Londres en Angleterre dans l'O2 Arena.

 

Trois clubs (Olympiakos Le Pirée, CSKA moscou et le Real Madrid) sont à un pas du Final Four de Londres et une victoire le mardi prochain leur suffit de valider leurs tickets, mais c'est loin encore d'être terminé car Anadolu Efes Istanbul, Caja Laboral Vitoria et le Maccabi Tel-Aviv qui évolueront devant leurs publics n'ont pas encore dis leurs derniers mots.

 

Panathinaikos, c'est avant tout une culture de la gagne.

 

Le mardi prochain, nous suivrons avec beaucoup d'attention le déplacement du FC Barcelone Regal sur le parquet mythique du Stadium Olympique d'OAKA de Panathinaikos Athènes. Plus de 25 000 fans des greens sont attendu pour ce grand rendez-vous qui est tout simplement le re-play de la saison 2010-2011. En effet, ces deux poids lourds se sont rencontré déjà en 2011 au même stade de la compétition et le Pana de Romain Sato était allé chercher une victoire cruciale sur le parquet des catalans avant de survoler complètement la 3e et 4e manche décisive à Athènes devant un nombre de fans incalculable. Cette année, les choses semblent se répéter et ce dans la même configuration. Battus lors de la première manche par les catalans, les greens ont réussi à réitérer leur exploit de 2011 en battant Barcelone dans les dernières secondes de la deuxième manche grâce à un Dimitris Diamantidis juste phénoménal dont la main gauche n'a pas tremblée derrière la ligne des trois-points. Le Panathinaikos se retrouve donc en même position qu'en 2011 face à Barcelone de Juan Carlos Navarro. Et si les greens sont les bêtes noires des catalans ? Une chose est certaine, Barcelone vendra très chèrement sa peau et il faudra surmonter l'enfer grec du Stadium OAKA qui sera plein à craquer. La mission s'annonce donc plus que compliquée pour Barcelone, mais un Juan Carlos Navarro de feu est capable de tout basculer. A suivre de très près...

 

dimitris-diamantidis-panathinaikos-is-the-new-euroleague-ch.jpg

Kostas Tsartsaris et Dimitris Diamantidis suffisent au Panathinaikos de rester au sommet

 

L'on ne peut pas parler du Panathinaikos sans évoquer les noms de ces deux monuments vivants qui représentent tout simplement le poumon et l'âme de l'équipe en raison de leur vécu incroyable. Si l'été dernier plusieurs joueurs cadres ont refusé de baisser leurs salaires en raison des difficultés financières du club grec et ont décidé de quitter le navire, "Mitsos" ou "3D" (Diamantidis) et "Tsartsa" (Kostas Tsartsaris) n'ont pas hésité à renouveler leur bail avec le club de leur coeur. Sans doute une preuve d'amour pour ce club avec leaquel ils ont vécu des moments historiques qui resteront incontestablement inoubliables. Malgré le départ de leur mentor Zeljko Obradovic avec qui ils ont réalisé de belles choses ensemble pendant une décennie, Kostas et Dimitris ont décidé de rester pour maintenir le Panathinaikos au très haut niveau. Le nouvel entraîneur-chef  Pedoulakis a su montrer du caractère en s'appuyant sur "une culture de la gagne" labéllisé par "Zots" (Zeljko Obradovic) pour marcher sur les pas du technicien emblématique serbe. Le Panathinaikos est le meilleur club européen de ces 13 dernières années et le deuxième le plus titré derrière le Real Madrid sur le vieux continent. Décidément, les greens ne finiront jamais de faire parler d'eux !

 

Revivez les moments forts de la confrontation de 2011 entre le Panathinaikos et Barcelone au même stade de la compétition. Deux semaines plus tard, le Panathinaikos a été sacré champion de l'Euroleague à Barcelone lors du Final Four face au Maccabi Electra Tel-Aviv:

 

 

Tableau des Playoffs (au meilleur de cinq matchs si nécessaire):

 

FC Barcelone Regal (Espagne) 1-1 Panathinaikos Athènes (Grèce)

 

Real Madrid (Espagne)  2-0 Maccabi Electra Tel-Aviv (Israel)

 

Olympiakos Le Pirée (Grèce) 2-0 Anadolu Efes Istanbul (Turquie)

 

CSKA Moscou (Russie) 2-0 Caja Laboral Vitoria (Espagne)

 

Vidéo - Le show de la semaine:

 

 

 

 

Retour à l'accueil