Mike

 

« C’est là où j’ai appris à faire mon métier. » Mickael Mokongo n’a pas oublié ses années sur les bords de Saône. Et s’avoue même « content » de la saison de l’Elan. 

 

 

Du moins lorsque celui-ci s’impose en finale de la Coupe, pas lorsqu’il en sort la Chorale, au stade des quarts de finale. Comme en Eurochallenge. « Pour nous, retrouver Chalon, c’est une occasion de nous rattraper. Un challenge. Un défi à relever. »

 

 

Pour Mickael, inverser la tendance est possible, à condition de respecter certains fondamentaux. « On a l’équipe qu’il faut, c’est-à-dire une équipe complète, pour essayer de les faire déjouer. » La clef ? « Contrôler le rebond et limiter les pertes de balles. Ce sont deux points qui leur permettent de courir, de jouer en première intention. Sur nos confrontations précédentes, lorsque l’on a tenu ces deux domaines, on est resté dans le match. »

 

 

 

Mais l’ancien sociétaire de l’Elan sait que savoir n’est pas pouvoir. « L’Elan est une équipe qui ne lâche rien cette année. Contre eux, il faut tenir quarante minutes, chaque possession est importante. Si on rentre sur le terrain en pensant comme ça, on peut y arriver. »

 

 

Autre atout intéressant, le laps de temps offert à la Chorale pour préparer cette série. « Il ne faut pas oublier que l’équipe fonctionne dans sa structure actuelle que depuis quatre mois. On a profité de ce temps pour travailler encore plus en profondeur. »

 

 

 

 

 

 

Retour Ă  l'accueil