obradovicyeni1.jpg

A 53 ans, Zelmir Zeljko Obradovic apparait clairement comme étant le meilleur entraîneur au monde. Doté incontestablement d'une meilleure "QI basket" de la planète, le coach légendaire serbe semble plus que jamais au sommet de son art.

 

Zeljko Obradovic est un homme de caractère, une légende, grand tacticien et un champion dans l'âme. Le coach du Fenerbahçe Ulker propose un tel spectacle qu'il éclipse parfois celui de ses joueurs sur le parquet. Il est imprévisible, explosif et colérique. Et d'une exigence jamais démentie. Il lui faut motiver une équipe du Fenerbahçe pourtant encore invaincue en Euroleague mais qui est passée à côté des dernières compétitions continentales. Il avait réussi à contenir l'exacerbation d'un patriotisme après-guerre du Kosovo en 1999 alors qu'il était entraîneur-chef de la Yougoslavie. Il lui a fallu canaliser une frustration consécutive au doute longuement entretenu sur la participation à l'Euro des tenants du titre. Et s'accommoder d'une préparation altérée et revancharde de certains joueurs.

 

Félin. Plus que d'autres entraîneurs, Zeljko Obradovic tient du chef d'orchestre censé contenir d'impétueux solistes. Il peut intervenir directement sur le jeu et influencer le déroulement d'un match. Il cultive les tics et les gestes fétiches. Il n'arrête jamais de se lever et de s'asseoir, en remontant son pantalon. Il se dresse du banc comme un félin en mimant ce qu'il aurait souhaité. Cette gestuelle habituelle s'adresse aux arbitres et surtout à ses joueurs. Qui ne sont pas tous logés à la même enseigne.  Aux solistes expatriés comme le surdoué Bodiroga, le MVP (meilleur joueur) européen 1999, le lunatique Danilovic ou l'impressionnant Divac, il leur réservait un traitement de faveur. Aux autres, il impose des remises au point explosives. C'est ainsi que, face à Israël en première phase de l'Euro 1999, Lukovski, meneur du Partizan Belgrade, a subi un face à face décoiffant pour manque de pression sur la relance adverse. Des grands joueurs de l'Euroleague comme Dimitris Diamantidis, Vassilis Spanoulis, Sarunas Jasikevicius, Mike Batiste, Romain Sato, Linas Kleiza, Drew Nicholas, Nikola Pekovic, et Bo McCalebb ont également fais les frais et peuvent en témoigner.

 

fft104mm2384200.jpg

Zeljko Obradovic est une sorte de météorologue de l'instinct, un preneur de température, un mélangeur de tempéraments. Il lui faut savoir dans quelles dispositions psychologiques sont ses joueurs pour les gérer et les remotiver quand ils lâchent prise. Un joueur qui rate deux ou trois shoots de suite va sortir pour être remis en confiance par quelques mots. Comme le boxeur qui ajuste sa garde aux coups de son adversaire, il décide de ses rotations en fonction des faiblesses d'en face. Pour taper là où ça fait mal. Il calcule les fautes personnelles de ses hommes pour garder des munitions dans le «money time», les derniers instants de la partie. Il ne regarde jamais ses joueurs lors de l'échauffement, sûr de ses forces, mais il fixe avec insistance ses adversaires. Au cours d'une rencontre, il s'introduit fréquemment sur le parquet comme l'animal qui marque son territoire. Il gère l'équipe et son staff comme un chef de tribu. Avec la puissance symbolique de la parole. Et l'autorité d'un homme qui a toujours raison, même quand il a tort. "Pour moi, Obradovic est le meilleur entraîneur au monde, et pas seulement en Europe" a déclaré Dimitris Itoudis (actuel coach grec de Banvit et ancien adjoint du légendaire serbe). A lui seul, Zeljko Obradovic compte 8 titres de l'Euroleague en tant qu'entraîneur avec quatre clubs différents (Partizan Belgrade, Joventut Badalona, Real Madrid et le Panathinaikos Athènes), un record jamais égalé.

 

En dehors de cette capace d'homme autoritaire, Obradovic est un vrai psychologue aux côtés de ses joueurs, un père très exigent à l'écoute et qui sait comment tirer les 100% des moyens de ses troupes..

 

991911.jpg

Baron de l'intox. Zeljko Obradovic est en quelque sorte un despote éclairé. Ses assistants peuvent encourager l'équipe, mais pas question de dépasser certaines limites sous peine d'une humiliante injonction. D'ailleurs lors des temps morts (euro 1999), son monologue déclamé avec vigueur, et illustré sur une ardoise, est écouté avec une attention religieuse. Son emprise psychologique est totale. C'est aussi un baron de l'intox qui pèse sur les arbitres. La taille du terrain invite à la promiscuité. Coups d'oeil, injonctions, désapprobations, la communication avec les deux nains sifflant est totale. Comme tout coach, mais peut être un peu plus. Il doit rester fidèle à l'image d'homme droit qu'ils ont de lui. Zeljko Obradovic n'a jamais exprimé ses peurs et ses anxiétés depuis 1991 (Partizan Belgrade), date à laquelle il devient entraîneur pour la première fois après une belle carrière en tant que joueur du Partizan (champion de Yougoslavie, vainqueur de la Coupe Korac) et de l'équipe nationale yougoslave (médaillé d'argent olympique aux JO de Séoul en 1988 et médaillé d'or au championnat du monde 1990) . 

 

Zeljko-Obradovic-Panathinaikos-Athens-v-Montepaschi-VoPbc2q.jpg

Champion d'Europe en 1995, 1997, champion du monde en 1998, ne pliant que face à la Dream Team (équipe des Etats-Unis composée de joueur NBA) en finale des JO d'Atlanta en 1996.

 

Palmarès comme joueur

 

- Équipe nationale

 

Médaille d'argent aux Jeux olympiques d'été de 1988 à Séoul

 

championnat du monde

 

Or Médaille d'or en 1990

 

- Club

 

Coupe Korac 1989

Champion de Yougoslavie 1987

 

 

Palmarès comme entraîneur

 

- En équipe nationale

 

Jeux olympiques d'été

 

Médaille d'argent aux Jeux olympiques d'été de 1996 à Atlanta

 

championnat du monde

 

Médaille d'or en 1998

 

championnat d'Europe

 

Médaille d'or en 1997

Médaille de bronze 1999

 

- En Club

 

 Euroligue

 

vainqueur en 2000, 2002, 2007, 2009 et 2011 avec le Panathinaïkos

vainqueur en 1995 avec le Real Madrid

vainqueur en 1994 avec Joventut Badalona

vainqueur en 1992 avec le Partizan Belgrade

 

Coupe Saporta

 

vainqueur en 1999 avec le Benetton Trévise

vainqueur en 1997 avec le Real Madrid

 

compétitions nationales

 

Champion de Yougoslavie 1992

Coupe de Yougoslavie 1992

Champion de Grèce 2000, 2001, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010 et 2011

Coupe de Grèce 2003, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 et 2012.

Coupe du Président de Turquie 2013 avec le Fenerbahçe Ulker

 

 

 

Retour à l'accueil