65752_339206136184466_1059873690_n.jpg

Luçon s'impose sans trembler grâce aux 15 points de William Kossangue

 

N2M. Brissac - Luçon : 62-71. (Ouest-France du 17/03/13)

 

Face à des adversaires qui entament malle match, Luçon s’impose sans difficultés.

Dès le début du match le jeu en pénétration de Macé s’avérait efficace (8-2, 3’), les Luçonnais avaient du mal à trouver leurs marques, Borval se montrait maladroit et Gilbert faisait la loi sous les paniers. L’entrée de Retkus et une série de Dacourt s’avéraient déterminantes pour permettre aux Vendéens de recoller au score puis de prendre un avantage conséquent à l’issue du quart initial (12-19).

 

Muets durant quatre minutes, les Brissacois par Maleyran tentaient de revenir. Cyriaque Pointeau faisait rentrer son banc mais les solutions demeuraient vaines, la maladresse était le dénominateur commun des joueurs de l’Aubance. Dacourt et Soufou pouvaient jouer en toute liberté et aligner les paniers sans opposition, tant la défense brissacoise prenait l’eau de toutes parts. Menant (28-41) à la mi-temps, l’équipe de L. Hay abordait la seconde mi-temps dotée d’un avantage qu’elle ne su pas faire fructifier, et comme Maleyran et Devanne retrouvaient « leur patte" aux primés l’écart diminuait pour atteindre sept points à la 30e (47 57).

 

La domination de Kossangue et Soufou à l’intérieur annihilait le doute qui aurait pu s’installer chez les Luçonnais alliés au fait .que la révolte angevine était trop timide voire timorée pour les inquiéter sérieusement. Retkus mettait les paniers qu’il fallait pour permettre aux siens d’effacer la défaite du match aller et l’emporter logiquement (62-71).

 

« J’ai été surpris par notre adversaire que j’ai trouvé amorphe ce soir, par contre je suis satisfait de mes joueurs et de leur état d’esprit, pour leur avenir cela est important, sachant que plusieurs sont en transit chez nous" analysait Laurent Hay, l’entraîneur Vendéen.

 

Eric John, le capitaine Brissacois ne pouvait que : « Déplorer la mauvaise entame que nous avons traînée comme un boulet tout le long du match, et ce face à une équipe revancharde qui a mieux joué indiscutablement. »

 

BRISSAC : Mouchi 3, Maleyran 11, Verdan 3, .Gilbert 2, Devanne 12, John, Vallois 2, Macé 18, Zékovic, Zoric 11. Entraîneur : C. Pointeau.

 

LUÇON : Bocquier 3, Dacourt 12, El Khdar 11, Vatin, Kossangue 15, Grimaud, Retkus 13, Borval 3, Soufou 14. Entraîneur : L. Hay.

 

 

12-01-13_n2_02--1-.jpg

Pornic s'incline sur le parquet de Meilhan malgré les 18 points de Guy Kodjo-Sitchi

 

Meilhan - Pornic : 80-64

 

Dès les premiers échanges" Lionel Laout se débat comme un diable même si la réussite lui fait quelque peu défaut. Les premiers ballons terminent dans le public des deux côtés et les Lot-et-Garonnais semblent un peu fébriles. Le jeu s’équilibre (16-12, 7’) quand Rémi Menville commence son festival derrière la ligne avec deux triples coups sur coups qui assomment un peu les velléités offensives des rouges (24-14). - À la reprise, les visiteurs ne sont plus dans le rythme, et Boulefaa en profite pour insister sous le cercle 29-14 (11’). L’écart se stabilise autour des 10 points jusqu’à la mi-temps mais les locaux dominent aux rebonds par une activité près du cercle des plus efficaces. La période suivante ressemble à la précédente avec un score qui joue au yo-yo. Menville enchaîne les triples avec une adresse des grands soirs (22 points à 73 % de réussite sur le match dont 6 derrière la ligne de 6,25 m) et la paire Vachin-Kodjo se retrouve souvent seule pour lui répondre.

 

Le meneur Darrigand continue d’insister encore de loin pour creuser encore un peu plus l’écart ((59-39, 25’) avant que Brément et surtout Joneliunas se réveillent enfin pour relancer les rouges (61-51, 31’). Mais ce diable de Menville est encore là de loin avec les percussions du jeune Diouf, l’écart enfle de nouveau (74-54, 35’), ça en est terminé des espoirs de Pornic qui, dans un dernier baroud réussit quelques bonnes actions mais ce soir l’adversaire était trop fort, et les visiteurs trop diminués pour tenir l’opposition sur la durée.

 

MEILHAN : Dogoum (6), Darrigand (11). Steiner, Laulan (5), Menville (22), Blanchot (6), Diouf (5), Boulefaa (21), M’Baye et Caille (4).

 

PORNIC : Laout (10), Montout -4), Leclesve, Brement (2), Blondet (4), Vachin (14), Kodjo-Sitchi (18) et Joneliunas (12).

 

 

 

Retour à l'accueil