349097

 

Avant d'aller jouer sur le parquet de Souffelweyersheim demain pour affronter Charleville - dans le même temps, Souffel rencontrera Blois dans l'autre demi-finale -, les joueurs du BCO ont continué à travailler sous la conduite experte de Philippe Namyst. Ce dernier, qui a déjà vécu de similaires et intenses moments dans sa carrière, a répondu à nos questions.

 

 

- Vous voilà là où vous souhaitiez être. Quelles sont vos impressions ?

 

« On a tous envie d'aller jusqu'au bout de l'aventure mais c'est la même chose pour nos adversaires. Souffel est le grand favori. Ce sera l'heure de vérité puisque nous n'avons pas été capables de passer devant Saint-Quentin, une solide équipe. Il faut passer le final four . Après un premier match difficile face à Sorgues, un second écueil à éviter arrive, à savoir Charleville. Les Ardennais sont la grosse surprise de la saison. Nous les avons rencontrés quatre fois et battus quatre fois mais attention ici, ce n'est plus dans les mêmes conditions. Les lieux, les tactiques vont changer. Il faut gommer le passé et oublier ce qui est arrivé. Cela n'a plus d'importance. Ne croyons pas être arrivés. Ce serait la pire erreur.

Après, qui sait ? »

 

 

- Quel est l'état des troupes ?

 

« À part Romain Malet, tout le monde est d'attaque. Amadou récupère bien du coup qu'il a pris. C'est bien car on aura besoin de sa présence physique pour user l'adversaire. Lionel souffre encore mais il revient peu à peu. Dommage qu'il lui soit arrivé cet accident car il était vraiment bien. »

 

 

- Comment va se faire le déplacement ?

 

« En minibus pour limiter les frais. Nous partons jeudi (avant-hier donc) un peu en avance pour avoir une récupération supplémentaire et un entraînement à Souffel, vendredi matin (hier) dans la salle. Nous serons logés dans un hôtel pas tellement loin de là. »

 

 

- Vous serez les premiers à entrer en lice. Avantage ou handicap ?

 

« Ça peut être un avantage car la nuit de sommeil viendra plus tôt et cela permettra aux joueurs de retrouver plus vite le calme. Mais ne soyons pas dupes, la différence se fera d'abord à l'adrénaline et à l'envie. Après le match, les joueurs prendront un repas. Ils pensent assister à la seconde mi-temps de Souffel - Blois. Moi, de toute façon, j'assisterai à la rencontre en entier. »

 

 

- Pour ce qui est de l'autre match, qu'en pensez-vous ?

 

« Ce sera un match relevé. Souffel aura la pression puisqu'il joue à domicile face à Blois, une équipe maligne, avec un bon jeu mais sans doute moins physique. Ce qui est remarquable dans ce final four c'est que l'on y retrouve les meilleures formations de N1 après Saint-Quentin (ça n'a pas toujours été le cas, preuve du difficile championnat cette saison). Quelles que soient les rencontres, on va tous y laisser du gaz et c'est pour cela que j'aimerai bien voir Romain Malet remis sur pied. Au-delà du résultat, une chose est sûre, nous allons assister à deux supers demi-finales, celles dont on a rêvé toute la saison. »

 

 

 • JACQUES OVART (CLP)

Programme du « final four », salle des Sept Arpents à Souffel : samedi 26 mai à 17 h, 1re demi-finale : Orchies - Charleville 20 h, 2e demi-finale : Souffel - Blois dimanche 27 mai à 18 h, finale.

 

 

 

 

Retour à l'accueil