DSC9222.jpg

Montbrison 55 – 58 JSA Bordeaux.

 

Un Bordeaux au goût amer à l'image d'un Destin Damachoua moins en réussite hier soir, mais présent au rebond et dans la distribution des no-look pass. Le métronome Bordelais termine la rencontre avec 7 points dont 3/16 aux tirs, 6 rebonds, 7 passes décisives et 2 interceptions en 38 minutes de jeu. En quatre journées, Damachoua affiche une moyenne par match de 13.3 points dont 48% de réussite à deux-points, 85.7% aux lancers francs, 2.5 rebonds, 3.3 d'interceptions pour 2 balles perdues, 5 passes décisives et 14.2 d'évaluation en 37 minutes.

 

On s’attendait à un match défensif, il le fut… Le score en atteste. Devant une assistance moyenne, la rencontre débute par une pénétration de Guichard suivie de deux lancers de Ford (4/0). Aubry plus guerrier que jamais se fâche et score à 3 points puis Howell esseulé dans le corner l’imite et Montbrison prend un premier avantage vite réduit par les JSA (14/14). Offensivement les options de jeu sont très claires de part et d’autre : basées sur la percussion et pénétrations (Guichard, Soumahoro et Damachoa) avec en plus la patte gauche de l’inusable Ford très présent dans l’efficacité côté Girondin, recherche de solutions extérieures après fixation et excellent jeu en mouvement côté Montbrisonnais, actions concluent prioritairement par le trio Aubry, Chevigny, Howell. Renon signe son entrée par « flotteur » plein d’à propos. Défensivement le débat est engagé avec beaucoup de mobilité, d’aides et d’intense activité des deux côtés. Montbrison tente de verrouiller la raquette, Bordeaux privilégie les lignes de passes. 1er acte : 20 à17 en faveur des Bordelais. La 2e période est plus marquée par une disette offensive, les défenses prenant le pas sur les attaques et cela malgré le rythme imposé par les locaux (deux contre attaques en mal de finition).

 

Les défenses sont montées d’un cran dans la dureté. Malgré tout Ford et Le Pellec se créent un petit pécule (25/18). C’est le moment choisit par Marc Berjoan pour recadrer ses troupes. La lutte reste âpre aux rebonds entachée de fautes mais le BCM ne profite pas de l’aubaine sur la ligne des lancers (un petit 50 %. Howell, encore lui ramène son équipe sur les talon de l’adversaire imité par Gimenez qui permet d’égaliser : 27 à27 à mi chemin. Le 3e quart temps tant redouté allait-il être bien géré ? Ou alors allons nous tomber dans la chronicité ? Ford ouvrait la marque, Bordeaux agressif à souhait s’échappait une nouvelle fois face à de toujours hyper généreux Montbrisonnais qui souffraient à cet instant d’un manque de leader créateur malgré les louables efforts de Hild à la mène. Howell provoque la 4e faute de Renon. Aubry ajoute deux lancer-francs et voilà le match relancé (47 à 42).

 

Soumahoro ouvre à 3 points, Chevigny répond par deux points et deux lancers sanctionnant un « flopping » c’est ensuite au tour de Forbe, Aubry et Howell de s’illustrer 55 à 52 à une minute de la fin. Le suspens est à son comble. Un monstrueux rebond de Mdiviani, suivi d’un panier et d’une faute adverse rétablit un score de parité. Mais un panier assassin de Damachoua jusque-là discret à mi-distance scelle l’issue du match.

 

17/20 ; 27/27 ; 42/47 ; 55/58.

 

Arbitres : Gleynat et Foti

 

Pour Montbrison : Forbes (5), Chevigny (8), Aubry (11), Mdiviani (7), Howell (15), Renon (6), Pfister (0), Hild (1), Gimenez (2).

Pour Bordeaux : Damachoua (7pts, 6 rebonds et 7 passes décisives), Le Pellec (10), Guichard (15), Sylvain (3), Ford (10), Soumahoro (5), Elisabeth Mesnager (3), Owona (5).

 

 

 

Retour à l'accueil