YE1K2012.JPG

 

Nous avons eu le grand plaisir d'avoir un entretien avec Mr Maurice BEYINA, ancien international et capitaine des fauves de Bas-Oubangui. Lisez les détails de cet entretien:

 

 

NBB:  Mr Maurice BEYINA, Bonjour,

 

 

M.BEY’S: Bonjour News Basket Bêafrika

 

 

NBB:   Mr Maurice BEYINA, vous avez eu un parcours remarquable au cours de votre longue carrière de joueur, vous avez en effet joué successivement sous les couleurs de Pau Orthez (Espoir Pro A) de 1991-1993, de l'Université de Dayton Christian School (NCAA) de 1993 à 1997, ensuite vous retournez dans l'Hexagone à Poissy-Chatou (Pro B) avant de passer consécutivement par quarte clubs de Pro A à savoir Chalon-sur-Saône, Strasbourg, Bourg et Nancy. Quel souvenir gardez-vous de ce très long parcours?

 

 

Mo--a-Pau.jpgM.BEY’S: Un souvenir incroyable, avec le sentiment d’avoir été béni depuis mes premiers pas de basketteur, du Stade Boganda avec Hit-Trésor, au dernier match avec les Fauves à Alger contre le Mali.  C’est une réelle bénédiction de faire de sa passion, son métier.  Le Basket m’a permis de jouer partout dans le monde, de faire mes études aux Etats-Unis, de représenter mon pays, de partager la joie de vie autour de moi, de faire rêver mes compatriotes et d’autres personnes, de rencontrer du monde, …  QUE DU BONHEUR !

 

 

 

NBB:  L'on se souvient encore en 1998, quand vous avez été Élu meilleur défenseur de la Pro A, a ce moment précis, qu'avez-vous ressenti?

 

 

beyina-image-3.jpgM.BEY’S: J’étais officieusement nommé Meilleur Défenseur de la Pro A.  Certains attaquants étaient certains que je l’étais.  Il faut dire que je me suis régaler à leur faire passer des agréables soirées en ma compagnie.  J’ai toujours apprécié le travail bien fait.  Mes parents me l’ont inculqué dès mon plus jeune âge.  Beaucoup de gens n’ont pas pris la pleine de mesurer le plaisir que j’ai éprouvé à compliquer la vie des joueurs dont j’avais la charge.  Lorsque j’ai arrêté ma carrière, les attaquants m’ont envoyé des cadeaux et ils ont fait la fête.   Enfin, le petit Centro n’est plus là pour nous embêter.  Un vrai Bamara ne lâche rien.  Je tiens à dédier ce moment, ainsi que les autres récompenses à mes formateurs (mention spéciale à Eugene PEHOIUA-PELEMA), tous mes coéquipiers, les Anciens BAMARAS, et toutes les personnes qui ont contribué à m’aider à devenir le joueur et la personne que je suis

 

 

NBB: En dehors du terrain, vous avez eu la chance d'assumer des hautes responsabilités, vous avez été désigné par la SNB, Président de Syndicat National des Basketteurs en 2002, ensuite vous avez été nommé Directeur Exécutif de la JL Bourg Basket en Pro B. Vos expériences et connaissances dans le milieu de Basketball Professionnel sont immenses et indispensables pour l'avenir de Basketball Centrafricain.

 

Si la République Centrafricaine veut élargir votre rôle auprès de l'équipe nationale, que diriez-vous? Seriez-vous prêt a accepter un tel défis?


 

Beyina-LNB.jpgM.BEY’S: Avant tout chose, je profite de l’occasion pour féliciter l’arrivée d’un nouveau Président à la tête de la Fédération, monsieur Joseph BOZIZE, ainsi que du nouveau Bureau Fédéral dont certains des membres ont eu un impact sur ma carrière.  Je suis confiant que cette équipe va se retrousser les manches, et mettre les mains dans le cambouis pour tirer notre Basket vers le haut.  Qu’il sache que je me tiens à sa disposition pour faire avancer les choses, comme je l’ai toujours fait avec les prédécesseurs.  Ma motivation est intacte, mais je suis dans une phase de transition depuis mon départ de la JL BOURG BASKET.  Mon emploi du temps est compliqué et overbooké, car je m’occupe de 2 projets en même temps.  J’espère que les prochaines semaines m’apporteront des renseignements sur mes futures disponibilités.  Je souhaite bien faire les choses, et je ne pourrai pas être efficace sans un vrai engagement. Je ne revendique rien, car je n’ai pas régler ce détail.  L’avenir nous en dira plus…

 

 

NBB:  Au cours de votre carrière de joueur, vous avez toujours répondu présent en équipe nationale et même depuis que vous avez arrêté votre carrière de joueur, vous continuez toujours de soutenir vos cadets fauves en étant proche d'eux pendant leurs stages de préparation en France. Je vois que vous feriez un très bon Conseiller Technique National. Que pensez-vous de cela?

 

 

File0097.jpgM.BEY’S:   Tout d’abord pour les raisons que je viens d’avancer, cette possibilité ne m’effleure pas l’esprit.  Ensuite, laissons la nouvelle équipe établir son programme et faire ces choix.  Et enfin, je ne suis pas attiré par les aspects techniques du terrain.  Je préfère donner des astuces et partager mon expérience avec mes Cadets de façon informelle.  Chacun son boulot !  Le mien c’est de manager les autres aspects autour du terrain. Il y a beaucoup de domaine sur lesquels nous devons progresser.  Je pense que la nouvelle équipe est consciente de la somme de travail à faire.  

 

Le Basket-ball Centrafricain n’est pas l’apanage de quelques personnes, mais de tout le peuple.  Quelques soient les sentiments de colères, les frustrations, les blessures et autres, il faut avancer.  Le Président Kennedy a dit un jour : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. »  Cette phrase s’applique à tous les amoureux du Basket et des Bamaras.  Nous sommes tous dans le même bateau, et souffrons tous de voir notre Basket dans cet état.  Quel va être notre apport, chacun ?

 

 

 

NBB:  Comment voyez vous l'avenir de notre Basketball? Sur le plan national ainsi qu'international

 

 

M.BEY’S: Un bel et radieux avenir.  Car je crois que malgré les apparences, les choses vont s’arranger.  

 

 

 

NBB: Parlons maintenant de l'Euroligue, en tant que joueur, vous avez eu la chance au cours de votre carrière de participer à cette compétition majeure en Europe. Quel match vous a le plus marqué? Est-ce celui contre le Panathinaikos à Athènes dans le Stadium d'OAKA?

 

 

M.BEY’S: Certains des matches du temps de l’équipe de SPLIT étaient mémorables.  Le Final Four à Athènes a été aussi un moment spécial.  

 

 

NBB:  Particulièrement, qu'avez vous ressenti lors de ce match?

 

 

M.BEY’S: Comme durant la plupart des Final Four, un engagement total sur et en dehors du terrain. Une animation captivante et innovante.  La pression des supporters du Pana, à tel point qu’à l’arrivée de troupes anti-émeutes, quelques scouts NBA ont préféré s’en aller.

 

 

NBB: Quel est votre pronostic de la cinquième manche des playoffs de l'Euroligue qui opposera le Panathinaikos de votre cadet Romain SATO au Maccabi Tel-Aviv ce jeudi 5 Avril à Athènes?

 

 

M.BEY’S: Victoire du PANA et de mon « frére » Romain SATO.  J’espère qu’il va retourner au Final Four à Istanbul, pour défendre son titre de Champion.  Je me joins à tous les Centrafricains pour le soutenir avec nos prières.  KEEP UP THE GOOD WORK !

 

 

 

NBB: Quel est votre mot de fin que vous souhaiteriez laisser aux amoureux de ce Sport roi sans oublier votre avis sur le Média "News Basket Bêafrika"?

 

 

M.BEY’S: Je suis honoré d’avoir été sollicité par News Basket Bêafrika.  Je lui souhaite de continuer à soutenir à sa manière le Basket Centrafricain, et à répandre dans le monde entier son savoir-faire.  Je constate qu’il a pris une autre dimension en ajoutant un éditorial attendu par tous.

 

Inspirons-nous de cette passion dans nos rapports avec tout ce qui touche au Basket Centrafricain.  Rentrons tous dans la partie, et soyons des acteurs dynamiques.  

 

 

 

NBB: Mr Maurice Beyina, merci beaucoup de nous avoir accordé cet entretien et nous profitons de l'occasion pour vous remercier au nom de tous les Centrafricains et amoureux de Basketball de votre apport en tant que joueur sous les couleurs des Bamaras mais aussi en tant que manager auprès de vos cadets. Vous êtes un bon exemple à suivre pour les futurs générations.

 

 

 

M.BEY’S: Le plaisir fut pour moi.  Je vous remercie pour votre travail.  Longue vie à News Basket Bêafrika !

 

 

 

 

Interview réalisé par Cyrille NGARIO de News Basket Bêafrika.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil