143091192.0_standard_730.0.jpg

 

Si Las Vegas n’a pas d’équipe NBA le nombre d’événements liés au basket se multiplie ces dernières années avec la summer league et les rassemblements du Team USA. Aujourd’hui ce sont les Clippers et les Nuggets qui ouvrent leur pré-saison depuis la capitale mondiale des casinos. Outre le cadre de ce match à la Mandalay Bay Arena, l’intérêt principal de cette rencontre est de découvrir deux candidats à l’avantage du terrain à l’ouest. Pour les Clippers Chris Paul et Chauncey Billups sont toujours absents même si la fin de leurs convalescences se rapproche. Du côté des Nuggets ce sont les grands débuts de notre frenchie Evan Fournier, lui qui connait bien Vegas pour y avoir joué la summer league en juillet dernier. Andre Iguodala évoluera également pour la première fois sous les couleurs des Nuggets.

 

Cinq de départ :

 

Denver Nuggets: Lawson-Iguodola-Gallinari-Faried-Koufos

Los Angeles Clippers: Bledsoe-Green-Butler-Griffin-Jordan

 

Le premier quart débute avec beaucoup de déchets des deux côtés. Les deux équipes sont ultra-athlétiques, ça saute et ça court de partout mais on confond vitesse et précipitations. Faried lance une passe en tribune, Griffin rate quatre lancers-francs et fait un air-ball à mi-distance, bref, c’est laid. La relation McGee-Faried semble cependant bien fonctionner pour les Nuggets (7-4, 4e minute). Les Clippers débloquent finalement leur compteur avec un tir primé de Butler puis un tear-drop de Bledsoe, responsabilisé en l’absence de Chris Paul. Sans le petit général des Clippers, les Nuggets semblent être l’équipe la plus prête collectivement et la connexion Gallinari-Iguodola sur les ailes fonctionne à merveille. Mauvaise surprise pour Ronny Turiaf puisque c’est Lamar Odom qui remplace un très bon Jordan (8 points) pour occuper le poste 5. L’arrivée du second unit Angelinos donne d’ailleurs un bon coup de peps aux Clippers: Crawford, Barnes, Odom apportent leur efficacité en attaque et permettent aux Clipps de recoller en fin de quart-temps 25 -25.

 

Le début du deuxième quart marque l’entrée de Ronny Turiaf, associé à Lamar Odom dans la raquette. Sous l’impulsion de Jordan Hamilton (12 points), Denver fait le premier écart important du match (41-30 à la 17e). Evan Fournier fait finalement ses débuts à la 6e minute du deuxième quart et est aussitôt mis dans le grand bain par un move de Jamal Crawford. Crawford qui ramène à lui seul l’écart sous la barre des 10 points (48-40) avec 3 paniers en l’espace de deux minutes. Avec Eric Bledsoe (13 points à 6/9 au tir), Crawford s’occupe du scoring des Clippers jusqu’en fin de mi-temps. Il réussit même à planter un shoot au buzzer en déséquilibre malgré la très bonne défense de Fournier. A la pause Denver a encore 5 points d’avance (56-51)

 

Le troisième quart-temps se résume à un véritable duel entre Danilo Gallinari et Caron Butler qui se répondent coup sur coup. Mais l’italien a plus d’aide que l’ancien ailier des Mavs et l’écart gonfle (73-63, 31e). Heureusement pour LA, Eric Bledsoe est absolument monstrueux sur ce match et atteint la barre des 20 points avec encore 4 minutes à jouer dans ce quart. Ses exploits additionnés à un trois points de Green ramène les Clippers tout proche (76-74) et il faut un primé de Brewer dans la dernière minute pour donner un peu d’air à Denver (81-76).

 

Le dernier quart est marqué par l’entrée de certains joueurs du banc côté Clippers. Thorns, petit meneur sans contrat des Clippers, se met en valeur en rentrant deux tirs extérieurs consécuitifs. Ronny Turiaf joue le général de défense et Denver n’arrive pas à se détacher (91-86). Matt Barnes va avoir un impact décisif : deux primés et deux interceptions de l’ancien Laker permettent aux Clippers de revenir à une longueur. (98-97). Mais c’était sans compter sur Danilo Gallinari qui d’un tir à 9 mètres au buzzer de la possession semble tuer le match à 50 secondes du terme (101-97). Anthony Carter d’un tir dans l’aile croit même mettre définitivement les Nuggets à l’abri (103-99) mais un tir d’extraterrestre de Matt Barnes à 3 points remet les Clippers dans la course. Puis, Danilo Gallinari réussit seulement une des ses deux tentatives aux lancer-francs. Les Clippers ont la balle pour égaliser voire passer devant: Bledsoe d’un reverse layup splendide sous Faried, égalise.

 

On croit alors le match parti pour une prolongation mais Ty Lawson d’un layup acrobatique à la dernière seconde offre une victoire, finalement méritée, à Denver. Score final: 105-104

 

Principaux enseignements:

 

-On est relativement inquiet pour Ronny Turiaf. Si celui-ci arrive, pour l’instant, devant Ryan Hollins dans la rotations des Clippers, son manque total de production, particulièrement en attaque, pourrait lui jouer des tours dans le futur. Et si ce n’est pas Hollins qui lui passe devant, Del Negro pourrait décider de jouer petit et d’aligner un frontcourt Griffin-Odom comme cela été le cas pendant quelques minutes en première mi-temps.

 

-Les Clippers et les Nuggets sont sans doute les deux équipes avec le plus de profondeur de banc de la NBA. Barnes, Odom, Crawford et Bledsoe ont ramené à eux seuls les Clippers en première mi-temps, et démarreront les matchs sur le banc cette saison. Côté Nuggets voir Jordan Hamilton 9 ou 10e joueur du groupe résume à lui seul la qualité de l’effectif, en particulier sur les lignes arrières, de George Karl. Pas facile donc de se faire une place.

 

-Eric Bledsoe semble avoir vraiment passé un cap. Après ses très bons playoffs l’an passé (plus de 10 points par rencontre en moyenne), l’ex-joueur de Kentucky semble avoir une bien meilleure compréhension de son rôle et laisse le jeu venir à lui. Toujours dans un rôle de meneur-scoreur mais avec également la capacité à distribuer à ses partenaires grâce à une pointe de vitesse et une puissance impressionnante, Bledsoe devrait jouer un rôle important au relais de Chris Paul à la mène. L’incontestable homme du match: 28 points, 8 assists, 5 rebonds, 5 interceptions.

 

-On a eu du mal à apercevoir les fruits du travail offensif de Deandre Jordan et Blake Griffin à l’inter-saison. Si Jordan a réalisé un match plus que correct (14 points, 3 passes et 2 rebonds), tous ses points sont venus sur des dunks ravageurs, hormis un petit hook shot au 3e quart. Pour le reste, ses lancers-francs ne semblent pas avoir progressés, frôlant notamment le air-ball sur une des ses tentatives. Griffin lui non plus ne connut pas de réussite depuis la ligne de réparation et deux airballs sur des tirs à 5-6 mètres ne sont venus rassurer personne.

 

-Evan Fournier a été mis dans le grand bain dès son premier match « officiel ». Bien incisif en attaque, prenant les intervalles et servant ses coéquipiers (2 passes décisives), le Français a souffert en défense face à Jamal Crawford. Crawford est l’un des meilleurs joueurs de 1 contre 1 de la ligue et Evan a pu le constater lui-même. Un 2+1, suivi d’un jump-shot à mi-distance puis un tir au buzzer en déséquilibre sur la tête de l’ex-poitevin. La totale. Pas rentré en seconde mi-temps, Fournier (6’38 de temps de jeu) aura au moins eu le mérite de ne pas être trop timoré et d’avoir été le seul rookie à avoir foulé le parquet de la Mandalay Bay Arena.

 

Capture-d-ecran-2012-10-06-a-22.08.12.png

Capture-d-ecran-2012-10-06-a-22.09.40.png

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil