68446_10151159735923463_1274737772_n.jpg

 

Quand Ray Allen (37 ans, 1m96, 93kg) a accepté de venir jouer à Miami, le Heat n’a pas simplement recruté un autre shooteur extérieur, les floridiens ont acquis le meilleur tireur à trois points de l’histoire. Pour John Schumann de NBA.com, en associant l’ancien Celtic à LeBron James (27 ans, 2m03, 120kg), Miami s’est peut-être armé du duo le plus complémentaire de la NBA, chiffres à l’appui : lors des playoffs 2012, les coéquipiers de James ont tiré à 122/307 (39,7%) à trois points lorsque le MVP en titre se trouvait sur le parquet. Lorsqu’il se trouvait sur le banc ? Moins de 22%… 

 

Encore plus flagrant, les stats de Chalmers et Battier, deux des tireurs les plus prolifiques pour le Heat dans leur course pour le titre : ils réussissaient tous deux plus de 40% de leurs tirs à trois points avec James à leurs côtés, ils n’ont rentré que 3 tirs sur  les 32 tentés lorsqu’il n’était pas présent.

 

D’après Schumann, cette statistique est à mettre en relation avec la volonté de James d’imposer son jeu à l’intérieur durant la campagne de playoffs 2012 (54% de ses tirs pris dans la raquette à 65% de réussite). L’idée évidente étant que cela force les défenses à s’agglutiner à l’intérieur, offrant des possibilités de tirs ouverts à ses partenaires.

 

Dans le même temps, la présence de Ray Allen sur le terrain force les défenseurs adverses à faire un choix : laisser un ligne ouverte vers le panier à James ou prendre le risque que James, passeur inné, trouve Allen dans une position très favorable. Vous avez dit dilemme ?

 

Mais Ray Allen n’est pas devenu meilleur tireur de l’histoire de la NBA en restant planqué dans un coin tout en attendant le ballon. Il est probablement le meilleur joueur sans ballon de toute la ligue. Il bouge sans cesse entre les défenseurs, profite d’écrans pour se libérer et cherche constamment la position préférentielle. La défense adverse ne peut pas se permettre de le lâcher d’une semelle. Et on peut être certain que LeBron saura le trouver quand il aura de l’espace.

 

 

 

 

Retour Ă  l'accueil