printezis-625.jpg

 

Depuis quelques semaines, Georgios Printezis est dans toutes les discussions. Avec son shoot à 0,7 seconde du buzzer en finale face au CSKA de Kirilenko, l’ailier de l’Oly bénéficie d’un regain d’intérêt outre atlantique. De là à lui permettre de faire le grand saut et rejoindre une équipe NBA dès cet été ? Possible.

 

ball-leaves-hand-of-georgios-printezis-olympiacos-piraeus

 

Dans le sign and trade avec Dallas de décembre dernier qui a vu Tyson Chandler atterrir à New York, les Knicks ont aussi récupéré les droits sur Printezis. Ce dernier, qui a aujourd’hui 27 ans, avait été sélectionné au second tour de la draft 2007 par les Raptors.

 

« Ils ont un joli petit atout maintenant« , déclarait récemment un dirigeant de NBA à propos de Printezis et des Knicks. « Les gens savent qui il est maintenant. »

 

« Il joue le meilleur basket de sa vie« , ajoutait cet observateur présent au Final Four au New York Post. « La NBA a toujours été dans son esprit, mais il aurait besoin d’un engagement sur le long terme. Il ne viendra pas simplement pour une saison.« 

 

Lors du Final Four remporté par Olympiacos, Printezis a tourné à 13 points à 57%, 4 rebonds et 1,5 passe. Sur le top 16 Euroleague, il affiche 10,8 points à 69,2% et 4,6 rebonds en 22 minutes de moyenne. Du haut de ses 202 cm, Printezis pourrait très clairement bénéficier d’une quinzaine de minutes par match dans une roster NBA sur le poste 3 ou 4. A New, York, il pourrait être un back up tout à fait convenable à Carmelo Anthony ou Stoudemire, surtout si NYC n’arrive pas à resigner Steve Novak. Athlétique, énergique, solide en défense et bon rebondeur, Printezis pourrait parfaitement coller avec les exigences défensives de Mike Woodson, bien plus qu’un Novak.

 

« Je pense qu’il pourrait faire un bon power forward remplaçant en NBA« , déclarait un scout. « Avant, il avait l’habitude d’attaquer le cercle. Maintenant, il joue plus dans le périmètre. C’est un joueur dur qui peut apporter à son équipe dans beaucoup de domaines difficiles à quantifier comme les balles perdues, les rebonds, les interceptions et le placement défensif.« 

 

Reste maintenant à trouver une solution d’un point de vue salariale. Et là, ça risque d’être très compliqué. New York ne devrait pas toucher à sa MLE pour signer Printezis et ne devrait pas pouvoir lui proposer mieux qu’un contrat rookie, soit une somme bien inférieure à ce que le club d’Olympiacos est prêt à lui donner pour le conserver. Bref, même si Printezis pourrait intéresser Big Apple, son arrivée au Madison Square Garden est loin d’être jouée…

Retour à l'accueil