doc-rivers-nba-boston-celtics-2

 

Doc Rivers semble actuellement penser que la présence de big men est nécessaire dans un effectif.

 

Avec Kevin Garnett, Brandon Bass, Jared Sullinger, Darko Milicic, Fab Melo et Jason Collins, le secteur intérieur des Celtics semble blindé, et chacun peut jouer un rôle. Si certains ne sont pas des foudres de guerre offensives, ils ont de grosse qualités de l’autre côté du terrain. Doc Rivers en parle d’ailleurs au Boston Herald :

 

« C’est très utile dans certaines situations. Il ne faut jamais sous-estimer l’importance des big men en playoffs. C’est quelque chose que vous ne remarquez jamais jusqu’à ce que les playoffs commencent, et vous supposez que vous vous sortirez quand même. [...] Vous savez, Kevin Garnett va au moins jouer 30 minutes. Ce qu’il fait nous permet d’avoir de la taille sur le parquet si on le veut. On peut aussi le décaler au poste 4 lors de certains moments, ce qui est bon, quand vous mettez un autre grand en 5. Il vous donne juste plus d’options. »

 

Kevin Garnett semble d’ailleurs confirmer ce que dit son coach :

 

« La santé est toujours notre problème. Les big men sont très difficiles à obtenir dans cette ligue. Ils peuvent avoir un grand rôle dans notre système, surtout quand il s’agit de faire des choix et de trouver des gars ouvert. Le système de Doc repose sur les big mens trouvant les petits démarqués. Ainsi, les big men, plus on en a, mieux c’est. [...] Plus important encore, les bigs que nous avons ont aussi un QI élevé. C’est assez rassurant. »

 

Milicic, Melo ou Collins ont néanmoins montré quelques limites, ont-ils les épaules pour avoir un gros rôle en NBA ? Pas certain… Cela ne dérange pas Doc Rivers :

 

« Je ne sais pas si ça permet de se sentir plus à l’aise ou pas. Ce que je sais c’est que j’aime beaucoup avoir des grands, alors l’effectif me plait. »

 

Miami a pourtant prouvé l’an dernier que le jeu small-ball fonctionnait de mieux en mieux actuellement en NBA. Mais que voulez-vous, les méthodes old school de Doc Rivers ont aussi fait leur preuves, alors il n’y a pas de raison de ne pas lui faire confiance. Et, n’oubliez pas que KG a déjà 36 ans. Avoir des solutions de remplacement en cas de blessure est finalement plutôt rassurant…

 

 

 

 

Retour Ă  l'accueil