1348917407_extras_albumes_0.jpg

 

Chris Bosh a passé l’été à essayer de prendre du muscle. Le travail est là, est pourtant, l’intérieur du Heat ne gonfle pas. Difficile de transformer Chris Bosh en Alonzo Mourning malgré toute la volonté du joueur et du staff du Heat. Alors que certains étaient sceptiques par rapport à son décalage au poste de pivot (Chris Bosh ne pèse que 106 kg), ces faits ne peuvent que les conforter dans leurs thèses. Cependant, Chris Bosh, qui s’est confié au Miami Herald, ne semble pas tout à fait d’accord :

 

« C’est comme ça depuis trois ans. Au boût d’un moment tu dois te faire une raison, et je continuerai juste à être moi-même. Je ne serai jamais grand et carré, c’est comme ça. Je suis pourtant fort, mais je ne suis pas musculeux, je suis plutôt sec. La force et la carrure sont deux choses totalement différentes. »

 

De toutes façons, il apparaît que si Erik Spoelstra souhaite mettre du poids dans la raquette, il en a les armes sur le banc avec Joel Anthony et Dexter Pittman. Bosh s’attend plutôt à ce que son coach lui demande d’utiliser sa rapidité, ce qui, apparemment, ne lui pose aucun problème :

 

« Ils ont besoin que j’utilise ma vitesse pour dominer les autres pivots. C’est mon avantage. Nous voulons que nos adversaires s’adaptent à nous, pas l’inverse, et c’est ce qui va se passer cette saison. [...] J’ai maintenant mis tout ça de côté, et je ne vais plus me concentrer que sur mon jeu. »

 

Malgré leur carrure très imposante, Andrew Bynum et Dwight Howard ne semblent pas impressionner l’intérieur du Heat :

 

« J’ai joué contre eux auparavant. Il n’ont rien pour me surprendre. Oui, ils ont un avantage de poids, mais ça, ce n’est que dans leur tête. Si les adversaires pensent qu’il ils ont un avantage, dites-leur de venir, s’ils en sont capables. C’est ma réponse à tout. S’ils disent: ‘Bosh ne peut pas jouer au poste 5. Nous avons un avantage’, dites leurs de venir et nous verrons ce qui arrivera. [...] Je vais m’arracher en défense, obtenir les rebonds et ce sera réglé. »

 

Chris Bosh a ainsi travaillé ses mouvements dos au panier pendant l’été, et même s’il aura un désavantage de poids évident par rapport à certains de ses adversaires directs, ces derniers pourraient avoir du mal à défendre sur lui au vu de la vivacité de l’intérieur du Heat, sa polyvalence et sa capacité à s’éloigner du cercle pour shooter de loin.

 

Obnubilé par la volonté de remporter un second titre, Chris Bosh a apparemment réfléchi à certaines choses pendant l’été :

 

« Je fais de mon mieux pour ne pas me laisser avoir par les commentaires des gens. Plus vous montrez que vous vous battez pour gagner du respect, et moins vous allez l’obtenir. C’est ce que je faisais l’an dernier ça. Je ne veux pas être le genre de gars qui clame ‘Ahh! Je veux le respect!’, et qui se fait botter le cul tous les soirs. [...] Je parlais trop l’an dernier. Chaque fois que je me fixe un objectif et que j’en parle, je n’y arrive pas. Je ne veux même pas parler de mes statistiques. »

 

Chris Bosh a donc l’air remonté comme une pendule, et il doit tarder à beaucoup de fans de le voir à l’oeuvre en début de saison. Pour patienter, voici un petit mix de ses meilleurs moments de la saison 2011-12. Ses qualités au shoot extérieur et son explosivité près du cercle y sont particulièrement mises en valeur.

 

 

 

 

Retour à l'accueil