jsf-nanterre-celebrates-eb13.jpg

Nanterre a fait un grand pas vers une qualification pour le Top 16 de l'Euroligue en battant un rival direct, le Partizan Belgrade, au cours d'un match d'une rare intensité (62-61).

 

Oubliée la claque reçue au match aller (73-43). Oubliées les quatre défaites lors des cinq dernières rencontres. En dépit d'une adresse parfois fuyante, Nanterre a su faire corps pour forcer la décision face aux Serbes après une lutte épique. Grâce à ce succès, le club français s'ouvre les portes du Top 16 et peut plus que jamais espérer succéder à Pau-Orthez, dernière formation tricolore à avoir réussi cette performance (en 2007).

 

Le départ de la JSF était parfait avec un 6-2 en deux minutes mais bien vite, les Serbes recollaient. Ils passaient même devant au score pour la première fois après neuf minutes (15-17) et conservaient l'avantage jusqu'à la fin du premier quart-temps (17-19), profitant notamment de l'indigence aux tirs des Nanterriens (6/17). Vexés, ces derniers réagissaient en passant un 7-0 au Belgradois dans la foulée d'un David Lighty en fusion, auteur d'une claquette dunk qui faisait vibrer la Halle Carpentier sur ses fondations. Auteur de 8 points dans ce seul quart-temps, l'Americain permettait aux siens de virer en tête à la pause (35-29).

 

Le cran de Meacham

 

nanterre.jpg

Dès la reprise, l'intensité montait encore d'un cran avec une l'altercation entre Lauvergne et Daniels. Grâce à une redoutable adresse longue distance, les partenaires de Milosavljevic parvenaient à faire jeu égal avec les hommes de Donnadieu, incapables de mettre à profit les innombrables pertes de balles serbes (17). Au coude à coude après trois quart temps (47-47), les deux équipes allaient donc devoir se départager au cours de dix dernières minutes explosives et électriques. Le moment choisi par Bogdanovic pour donner un break d'avance au Partizan grâce à une adresse diabolique (49-55) mais Meacham sortait à son tour de sa boîte pour recoller (54-55) avant que Daniels, d'un tir impossible à trois points, ne fasse repasser la JSF devant (57-55).

 

Comme si les deux équipes ne pouvaient pas se séparer, Bogdanovic répliquait lui aussi d'un shoot longue distance et, à une minute de la fin, le Partizan était toujours devant avec un point d'avance (60-61). Nanterre, au courage, au talent, forçait pourtant la décision en stoppant la possession de Belgrade et en obtenant deux lancers-francs à cinq secondes du buzzer ! Meacham, sans ciller, les rentrait tous les deux (62-61). Un dernier tir à trois points serbe qui échouait sur le cercle et la JSF raflait la mise dans l'euphorie générale. Le Top 16 n'a jamais été aussi près. 

 

 

 

 

Retour à l'accueil