michael-mokongo-photo-yves-flammin.jpg

Sans réaliser un match du calibre de son récent exploit à Chalon, la Chorale Roanne de l'international Centrafricain Michael Mokongo aura assuré l'essentiel ce mardi soir dans le palais toulonnais du HTV presque désert... Son entame fut plus que laborieuse, mais au final (60/85), si on consulte les chiffres de plus près, sa performance reste rassurante avant les rudes échéances qui l'attendent. Il y aura en effet une 7e place à défendre, synonyme de qualification pour les playoffs, voir même de l'améliorer, à commencer par vendredi à la Halle Vacheresse, contre Orléans, dès 19 h : çà va chauffer ! En attendant, je vous propose de revivre le " live " de la soirée...

 

A quelques minutes du coup d'envoi à Toulon, c'est une rencontre qui sent le piège pour la Chorale, dans une salle qui sonne le creux mais face à un effectif du HTV qui n'a jamais été aussi complet à domicile... On espère en premier lieu que Roanne où Thomas Larrouquis est de retour mais ressent à nouveau une douleur au dos durant l'échauffement, saura se concentrer dès les premières minutes de jeu...

 

Face aux habituels titulaires choraliens (Wright, Braud, Holland, Page, Nsonwu), Hyères/Toulon aligne Reid, Morlande, Terrell, Faye et Hugues, soit une formation qui tient parfaitement la route... La preuve puisque si Uché ouvre le score, Terrell et Reid donnent l’avantage au HTV (2-5 à la 2e)... Le faux rythme du début de match ne convient pas, à l’image de Dylan qui rate ses deux premières tentatives... Sans ambiance, le jeu est insipide et il faut attendre près de 7’ pour le premier panier majoré de l’égalisation du capitaine Philippe Braud, suivi de Jackson (11-9 à la 8e) ! Ce même Rick qu’on retrouve à 3’‘ du buzzer pour égaliser de nouveau sur un lancer (12-12)...  

 

Le jeu reprend de façon plus agréable avec un « 3 pts » de Diabaté, sur le parquet avec Mokongo, Tanghe, Nsonwu et Braud, vite relayé par Holland... La Chorale creuse un petit écart par Uché (19-12 à la 14e), mais on en est déjà à 11 balles perdues ! S’en suit une belle action conclue main gauche par Solo (21-15), provoquant le premier temps mort de la soirée pour Alain Weisz. Ce qui n’empêche Roanne, de nouveau avec ses joueurs majeurs, de prendre ses distances par Page (ses trois premiers points), Diabaté et Holland (31-18 à la 17e). La Chorale a connu un bon passage mais retombe dans la facilité, permettant au HTV de se rapprocher anormalement à la mi-temps, malgré les deux lancers de Braud qui clôture la marque (33-24).

 

 

 

 Même avec 9 points d’avance, la mission n’est pas remplie pour la Chorale qui doit se mettre à l’abri au plus vite : telle est la mission de Wright, Diabaté, Holland, Nsonwu et Page qui marque d’emblée à trois points (36-24) ! Mais il inscrit un lancer, il fait deux mauvais choix avant d’être relayé par Braud... Auparavant, le HTV inscrit un 7-0 par terrell et Hugues pour se rapprocher à six longueurs (37-31 à la 23e)... A croire que les Choraliens sont alors vexés puisqu’ils vont faire encore mieux (10-0) en moins de 2’, sur des majorés de Page et Braud, ainsi que Nsonwu et Wright (47-31 à la 25e) ! Derrière l’inévitable temps mort varois, Jackson, du moins on l’espère, enfonce le clou, mais les locaux ne veulent pas abdiquer (49-35 à la 27e). Roanne peut cependant compter sur l’adresse de Holland et Braud, ainsi que la puissance de Jackson (56-39 à la 29e) avant un nouveau relâchement (56-45) ! Fort heureusement, le dernier ballon est très bien négocié par Mika Mokongo qui offre un caviar à Rick Jackson (2+1) qui permet de gar der ses distances (59-45).   

 

 

 L’ultime période débute par un festival de Rick qui inscrit trois dunks d’affilée ! Comme Dylan et Mika prennent le relais, avec un 10-2 en 2’40’’, l’affaire est maintenant très bien engagée (69-47 à la 33e)... Solo, sur une passe de son complice, Mokongo fait même le show avec 7 passes décisives et 2 points. Le chrono tourne, sans grand enthousiasme dans la salle, ni sur le terrain, mais l’écart demeure (74-53) à l’entame des quatre dernières minutes. Luka Pavicevic fait beaucoup tourner son effectif... à l’exception de Larrouquis, toujours blessé et du jeune Yohan Benfatah, et tous les autres participent à la marque qui s’amplifie (81-53 à la 38e). Comme un symbole, c’est le capitaine roannais, Braud, qui conclut sur une action spectaculaire, pour une large victoire (85-60) qui, certes, ne restera pas dans les annales mais qui permet à la Chorale de remonter à la 7e place, sans avoir eu à puiser dans ses réserves avant le rude choc qui l’attend vendredi face à Orléans.   

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil