Russell-Westbrook-Dunk.jpg

 

De la TNT. Voilà ce que Russell Westbrook cache dans ses jambes. Aucune autre solution n’est envisageable, quand on voit la détente et l’impact du jeune meneur d’Oklahoma City quand il s’agit de détruire un cercle. Souvent pointé du doigt en tant que croqueur, pour ne pas assez passer la gonfle à la superstar du Thunder, Kevin Durant, Westbrook a prouvé lors des derniers playoffs qu’il pouvait aussi prendre le contrôle d’un match. Ses 43 point à 20/32 au shoot lors du Game 4 des Finals en sont la preuve.

 

Après une scolarité terminée à la Leuzinger High School, le natif de Long Beach choisit de rester dans sa Californie natale, et rejoint les rangs de UCLA pour la saison NCAA 2006. Coéquipier de Kevin Love, qui était également son colocataire, Darren Collison, Aaron Afflalo, ou encore Luc Mbah a Moute, Westbrook atteint le Final Four avec les Bruins lors de ses deux saisons à Los Angeles. Nommé Pac-10 Defensive Player of the Year en 2008, il s’inscrit cette même année à la Draft NBA, où le Thunder le sélectionna avec le 4e pick.

 

Depuis, Westbrook impose son explosivité à toute épreuve sur les parquets de la grande ligue, et s’est logiquement fait remarqué comme l’un des meilleurs défenseurs à sa position. Sa principale faiblesse semble être sa faible réussite à 3 points, et surtout ses prises de décision et sa sélection de tirs. Cela lui a par exemple valu d’être affublé du sobriquet « Westbrick » par le chroniqueur Skip Bayless. Mais le jeune meneur est loin d’avoir atteint son niveau maximal.

 

Russell Westbrook a en tout cas rejoint aujourd’hui Jordan Brand, prouvant que la marque de MJ a confiance en son potentiel. NewsBasket-Beafrika.com vous propose du coup de vous remémorer pourquoi le management du Thunder a jugé bon de lui offrir 80 millions de dollars sur 5 ans.

 

 

 

 

Retour Ă  l'accueil