ROANNE UCHE 020911

 

Le pivot nigérian n’aura pas réussi à inverser la tendance face à des Chalonnais confiants.

 

La Chorale a manqué de caractère dans le Colisée, ne trouvant pas de solutions pour alimenter dans de bonnes conditions son point de fixation. Privé d’espaces, sevré de ballons par des prises à deux continuelles, la trappe s’est refermée sur le pivot nigérian, orphelin de Jackson.

 

 

Une sortie de route avant tout collective qui ne pouvait laisser Nsonwu sans réaction, dans ce showdron qu’il aura si souvent fait frémir, fait bouillir lors de ses trois saisons passées à Vacheresse.

 

 

La réaction était attendue et elle était bien présente avec ce premier ballon du pivot nigérian ressorti fort à propos pour John Holland. Roanne, comme sa tour de contrôle, était de retour aux affaires pour ce match retour, à l’image de cette première faute écopée par son vis-à-vis, JBam en tête de raquette puis de cette passe décisive pour Rashad Wright.

Certes il ne pouvait empêcher Aminu de scorer sur la deuxième chance et de se montrer fautif sur le départ au panier de ce même joueur mais Uche relayé par Gani Lawal (5e, 11-6) était bel et bien au combat.

 

 

Une lutte qui s’intensifiait avec JBam toujours collé à ses basques avec Etvimov en renfort qui subissait la foudre des arbitres. Sur la possession suivante Uche prenait le meilleur sur son adversaire, concrétisant la passe décisive de Mokongo avant de capter un rebond défensif dans la foulée. C’était la minute décisive de Nsonwu sanctionné sévèrement pour la position préférentielle dans la peinture. Il était relayé par Dylan Page regagnant le banc pour se lever sur la réussite de Page agrémenté par la faute de Prowell.

 

 

La reprise sera plus difficile pour le chouchou de la halle après ce panier sur la passe décisive d’Holland et il était rapidement relayé par Gani Lawal décisif et montant enfin son talent. Un parfait relais pour le colosse nigérian qui revenait aux manettes, le temps d’inscrire quatre lancer francs de rang et provoquer trois fautes à ses adversaires directs. Du bon boulot avant le va-et-vient dicté par Pavicevic tentant de noyer les pistes entre mobilité et fixation mais cela ne décontenançait par Chalon qui prenait les commandes avec classe et sur le manque de réussite des choraliens qui auront tout donné comme son intérieur (10pts, 4rbds, 5 fp) qui regagnait le banc ayant délivré peut-être sa dernière partition sous le maillot roannais.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil