Mickael-Mokongo-Mercieca

 

Les Choraliens ont Ă©tĂ© submergĂ©s par l’énergie, l’intensitĂ©, la fougue de Chalon. Si bien qu’en quelques minutes, elle a volĂ© en Ă©clats. L’Elan a rĂ©duit Ă  nĂ©ant l’impact de Nsonwu. Les Roannais, 25 balles perdues, devront avoir un autre Ă©tat d’esprit sous peine de prendre la porte de la saison dĂšs samedi.

 

Chalon joue sur l’euphorie d’un jeu franchement chatoyant, d’une intensitĂ© remarquable. L‘expĂ©rience de l’an passĂ© est aussi Ă©difiante. DĂšs le coup de sifflet final Ă  Bercy dimanche, l’Elan Ă©tait focalisĂ© sur les play-offs. Cette Ă©quipe est en mission, avec la concentration et la motivation qui vont avec. La seule issue pour Roanne Ă©tait mardi de se sublimer. Pour avoir abordĂ© ce match avec une intensitĂ© dĂ©fensive bien en deçà de Chalon, la Chorale a volĂ© en Ă©clats. En quelques minutes, le mal Ă©tait irrĂ©parable. La deuxiĂšme pĂ©riode, Ă©quilibrĂ©e, ne change rien. Seule une immense fiertĂ© et une rĂ©action au niveau de la dĂ©ception pourront permettre Ă  Roanne de prolonger l’espoir.

 

Nsonwu, la clé

Uche-Nsonwu-Amadi full diapos large

 

Pris Ă  deux « poste bas », la clĂ© de voĂ»te roannaise n’a jamais trouvĂ© de solutions, surtout face Ă  un JBAM dominateur. Roanne, collectivement, a Ă©tĂ© outrageusement dominĂ© aux rebonds ! Lawal (voir par ailleurs), fait banquette, et si Alexis Tanghe a Ă©tĂ© Ă  la hauteur de l’évĂ©nement, l’ombre de Jackson a Ă©tĂ© immense mercredi.

Débuts de match « cata »

 

 

En laissant Chalon s’installer dans le match si facilement, la Chorale a failli. « On a rapidement perdu notre prĂ©sence dĂ©fensive », appuie Luka Pavicevic. Comme les principes collectifs. DĂ©jĂ  au Havre, la Chorale avait donnĂ© « le bĂąton pour se faire battre ». À l’Asvel, elle avait « rĂ©ussi » l’exploit de dĂ©buter par un 0/9 aux tirs. Un tel dĂ©but de match ne pardonne pas face Ă  Chalon. Le match Ă©tait pliĂ© en un quart-temps (25-12, 36 d’évaluation Ă  12).

 

1-0 et une claque


« Ce n’est qu’un match, 1-0 balle au centre ». Greg Beugnot Ă©tait tout en mesure en confĂ©rence de presse. Il a raison mĂȘme si Chalon a marchĂ© sur Roanne et certainement gagnĂ© plus qu’un match. Nul doute que Luka Pavicevic va se retourner vers le groupe qui a remontĂ© la pente en deuxiĂšme partie de saison prioritairement. Chalon n’a pas perdu un match en limitant son adversaire sous les 75 points. Et inversement la Chorale n’a gagnĂ© que trois matchs de saison rĂ©guliĂšre en inscrivant moins de 75 points


 

Heureusement



L’adresse Ă  trois points choralienne a permis d’éviter une dĂ©confiture avec un excellent 14/28. Braud, Page et Holland ont fait fort avec un 11/16 dans l’exercice. De quoi rendre mĂ©fiant un Elan si fort avec un banc Ă  31 points (16 pour celui de Roanne dont 9 pour le seul Tanghe) avec un temps de jeu cumulĂ© plus ou moins Ă©gal


 


 Ce n’est pas fini

 

« On a perdu, il faut rester positif. On Ă©tait Ă  -20 Ă  la mi-temps, on a fait jeu Ă©gal en deuxiĂšme pĂ©riode, on va gagner la troisiĂšme », lance le prĂ©sident Brochot qui a peu goĂ»tĂ© au match1 (voir par ailleurs). Mais Greg Beugnot ne dit pas autre chose, « ce n’est pas fini ». Encore faut-il que Roanne commence bien !

 

À quoi sert Lawal ?

Lawal s’avĂšre ĂȘtre une erreur de recrutement de fait, malgrĂ© son cursus. Pavicevic a peu goĂ»tĂ© son entrĂ©e en matiĂšre mercredi. Il avait dĂ©jĂ  soulignĂ© qu’il prĂ©fĂ©rait opter pour la cohĂ©sion d’un groupe qui avait gagnĂ© sans Jackson, considĂ©rant Lawal pas prĂȘt et sĂ»rement pas assez rigoureux. Sa motivation semble suspecte, au contraire de celle de Tanghe.

 

 

 

 

 

Retour Ă  l'accueil