625x527--4-.jpg

Les Wolves jouaient à Cleveland le 2e match de leur back-to-back après leur victoire contre New York, tandis que Cleveland tentait de convaincre après deux défaites où ils se sont montrés incapables de tenir un rythme offensif constant sur 48 minutes.

 

Le match commence sur un rythme très élevé : les Wolves sont venus pour courir et ils le font savoir à leurs hôtes. Ricky Rubio assure en défense, les contre-attaques pleuvent, Kevin Martin se chargeant d’exécuter les Cavs à la force du poignet (3/4 derrière l’arc pour l’arrière de Minnesota). Les Cavs savent qu’ils ne gagneront pas dans cette course au scoring et ralentissent le tempo, grâce à un Kyrie Irving inspiré. Efficace en défense, Cleveland cherche à aller défier Kevin Love sur chacun de ses ballons d’attaque, et tire parti de l’indigence défensive du double All-Star. Ils mènent 31-23 à la fin du quart-temps.

 

Ce court écart qu’ils viennent de créer va gonfler comme Shawn Kemp pendant le lockout : CJ Miles entre en jeu, met 10 points d’affilée. Kyrie Irving est royal au bar alors que les Wolves ont la gueule de bois après leur match de la veille au Madison Square Garden. Les visiteurs rivalisent de maladresse, si bien qu’à la mi-temps Kevin Martin est le seul de son équipe à shooter à plus de 50%. Un bon passage en fin de quart-temps ponctué par six interceptions consécutives n’y changera rien : les Wolves ne rentrent pas un tir et rejoignent les vestiaires avec 17 points de retard. Ils ont shooté à 29% lors des 24 premières minutes tandis qu’en face Irving régale : déjà 9 points, 7 rebonds et 5 passes pour le meneur des Wine and Gold.

 

Le troisième quart débute, mais ce n’est qu’une version plus ou moins évoluée du deuxième : les Wolves se garantissent des possessions supplémentaires au rebond offensif, mais sont incapables de rentrer le moindre shoot, allant même jusqu’à manquer des lay-ups pourtant évidents. Les Cavs n’en demandaient pas tant, et le duo Varejao-Thompson se gave dans la raquette, le plus jeune des deux faisant admirer les moves sur lesquels il a bossé cet été. L’attaque est fluide, la défense solide, pourtant Minny se remet dans le sens de la marche avec un Kevin Love qui, après quatre échecs successifs à trois points, se décide enfin à aller jouer dans la raquette. Déçu par la défense intérieure de ses joueurs, Mike Brown remet Andrew Bynum sur le parquet. L’imposant pivot cale deux contres pour mettre fin au run des Wolves et Cleveland conserve une avance confortable, 76-61.

 

A l’entrée du quatrième, on croit les Wolves capables de renverser le match : leurs benchers montrent enfin un peu d’intensité alors que ceux de Cleveland semblent complètement endormis. Minny coupe l’écart à 9 points, mais un temps mort et une grosse gueulante de Mike Brown plus tard et revoilà des Cavaliers bien plus énergiques. Retour des titulaires sur le terrain et les problèmes recommencent pour Cleveland : les Cavs la jouent trop facile en attaque, se font intercepter à quatre contre un, puis Gee manque un lay-up sans opposition. Love et Williams retrouvent des couleurs, Minnesota recolle à nouveau. Temps-mort Cleveland. L’écart fond comme neige au soleil et trois pertes de balles plus tard, Mike Brown reprend un temps mort. Ses Cavaliers n’ont plus que trois points d’avance.

 

Irving pénètre, monte au panier mais rate son lay-up. Rebond Thompson, mais ça rebondit à nouveau sur le cercle. Cette fois-ci, c’est Love qui récupère la balle, se prenant un pain dans la tronche au passage. L’intérieur All-Star tarde à s’en remettre, et les Wolves passent de justesse le milieu de terrain dans le temps imparti. Barea sert Love dans la peinture, son hook roule sur l’anneau, tourne… et rentre. Les Cavaliers n’ont plus qu’un point d’avance avec 27 secondes à l’horloge. Irving pénètre, s’arrête et lance un shoot à 4 mètres… C’est manqué, les Wolves auront le dernier tir. Après un système très mal exécuté, la balle ressort finalement sur Love derrière l’arc. Il ne se pose pas de question, et lance son septième trois points de la soirée. Mais comme les six précédents, celui-ci ne trouve pas la cible. Jarrett Jack prend le rebond au buzzer, les Cavaliers s’imposent, non sans avoir laissé échapper quelques gouttes de sueur.

 

Difficile de tirer des conclusions de ce match tant les Wolves avaient l’air épuisés. Kevin Martin aura bien maintenu les siens à flot avec 23 points (5/8 à trois points) tandis que Love termine avec 17 points et 13 rebonds, mais à 8/20 seulement. Irving aura été plus discret après la mi-temps, il pose quand même une ligne de stats compacte avec 15 points, 8 rebonds et 6 passes, auxquels s’ajoutent 9 pertes de balle. Avec ses 19 points en sortie de banc, CJ Miles aura permis à Cleveland de prendre un écart qu’ils auront finalement conservé jusqu’au buzzer. Le numéro 1 de la Draft, Anthony Benett, n’a lui toujours pas marqué.

 

 

 

Retour à l'accueil