Multimillionnaires pour les plus défavorisés, milliardaires pour la plupart, les propriétaires de franchise sont au coeur du quotidien de la NBA. Si certains sont connus du grand public par leur passion du sport et leur implication dans la vie de leur franchise comme Mark Cuban, Michael Jordan ou encore Dan Gilbert, d’autres sont en revanche d’illustres inconnus… Sans tricher, qui pourrait citer les noms des propriétaires des Houston Rockets ou des Memphis Grizzlies ? Entrepreneurs, héritiers, investisseurs, surdiplômés ou autodidactes, tous ont utilisé une partie de leur fortune pour acquérir une franchise NBA et rejoindre le monde du sport professionnel. Mais tous n’ont pas la même approche quant à la façon de diriger leur club. Qui sont donc les trente propriétaires des franchises NBA ? Aujourd’hui, les propriétaires historiques, ceux qui sont à la tête de leur équipe depuis plusieurs décennies.

 

A la tête de leurs franchises respectives depuis plusieurs décennies chacun, ces propriétaires ont traversé les époques et vu défiler les stars comme Magic Johnson, Hakeem Olajuwon, Reggie Miller, Shaquille O’Neal ou encore David Robinson. Ces hommes n’ont jamais perdu la passion du sport et continuent toujours de tenir les rênes de leurs équipes. Ce groupe a perdu plusieurs membres en l’espace de quelques mois : Abe Pollin (propriétaire des Wizards pendant quarante-cinq ans), William Davidson (propriétaire des Pistons pendant trente-cinq ans) et Larry Miller (propriétaire du Jazz pendant vingt-quatre ans) nous ont tous les trois quitté en 2009.

 

Leslie Alexander (Houston Rockets) 

 

Né en 1943 ● Achat de la franchise en 1993 pour $85 millions ● Fortune estimée à $1,2 milliards ● Autre(s) franchises possédées : Houston Comets jusqu’en 2007 (WNBA)

 

alexander.jpg

 

Diplômé en économie de la prestigieuse université de New York, Leslie Alexander fait fortune dans les années 1980 sur les marchés de Wall Street en tant que trader avant de fonder sa propre société d’investissement et de courtage en bourse, The Alexander Group, qui participe à de nombreux projets de financement d’entreprise, comme par exemple First Marblehead, firme spécialisée dans les crédits aux étudiants dont il possède 20% des parts. Egalement docteur en droit, il exerce au Barreau de Californie depuis une trentaine d’années.

 

Alexander rachète les Houston Rockets en 1993 et remporte deux titres de champion dans la foulée, lors de ses deux premières saisons à la tête de la franchise. Les Rockets alterneront ensuite le bon et le moins bon, mais profiteront d’une médiatisation hors norme en Chine du fait de la présence de la star Yao Ming au sein de l’effectif pendant pratiquement une décennie. Les Rockets sont alors en plein boom tant sur le plan sportif que marketing. Malheureusement les blessures rattrapent le géant chinois et la franchise est aujourd’hui rentrée dans le rang aussi bien sur le plan sportif que médiatique. Outre les Rockets, Alexander est passé à deux doigts de racheter les Edmonton Oilers, franchise NHL, en 1998, mais le propriétaire de l’époque a préféré revendre son club à un investisseur local pour éviter tout risque de relocalisation. Alexander a également été le propriétaire des Houston Comets en WNBA. Les Comets ont remporté les quatre premiers titres de l’histoire de la ligue, mais Alexander finit par revendre la franchise à Hilton Koch en 2007. L’équipe mettra la clé sous la porte la saison suivante…

 

Herb Simon (Indiana Pacers) 

 

Né en 1936 ● Achat de la franchise en 1981 pour $13 millions ● Fortune estimée à $1,6 milliard ● Autre(s) franchises possédées : Indiana Fever (WNBA)

 

Herb-Simon.jpg

 

Herb Simon a fait fortune dans l’immobilier en devenant promoteur de centres commerciaux en tous genres, qu’ils s’agissent d’outlets en rase campagne ou de malls luxueux en centre-ville, aux Etats-Unis dans un premier temps, puis dans le monde entier et plus particulièrement en Asie du sud-est. Il possède aujourd’hui plus de cinq cents centres commerciaux dont il loue les emplacements à prix d’or, et sa fortune personnelle est estimée à $1,6 milliard.

 

Simon achète les Indiana Pacers quelques années après leur arrivée en NBA. Propriétaire discret, il ne s’implique que rarement dans la vie de la franchise, préférant le plus souvent déléguer ses pouvoirs à ses conseillers sportifs. Il a cependant joué un rôle important dans la venue de Larry Bird au sein de la franchise. Simon possède également la franchise WNBA de la ville, les Indiana Fever. Plusieurs sources ont indiqué que Herb Simon pourrait vendre les Pacers dans les prochaines années.

 

Donald Sterling (Los Angeles Clippers) 

 

Né en 1933 ● Achat de la franchise en 1983 pour $11 millions ● Fortune estimée à $500 millions ● Autre(s) franchises possédées : -

 

sterling.jpg

 

Avocat d’affaire de formation, c’est dans l’immobilier que Donald Sterling fait fortune au début des années 1960. Conseillé par d’anciens clients qu’il avait assisté durant leurs procès, il investit dans un complexe d’une trentaine d’appartements de luxe à Beverly Hill et va continuer à développer son patrimoine au fil des ans, à la fois en participant au financement de nouvelles constructions qu’en acquérant villas et condominiums dans les quartiers chics de Los Angeles. Mais son succès dans le monde des affaires ne se retranscrira malheureusement pas dans le monde du sport professionnel…

 

Donald Sterling est largement considéré comme le plus mauvais propriétaire de tous les temps, tous sports confondus. Ironie du sort, c’est à Jerry Buss au’il doit son entrée en NBA. Il rencontre Buss en 1979 alors que ce dernier doit encore trouver trois millions de dollars pour finaliser son rachat des Los Angeles Lakers. Sterling lui rachète quelques propriétés mais s’intéresse avant tout au projet du futur Hall of Famer. Deux ans plus tard, Sterling reçoit un coup de téléphone de la part du propriétaire des Lakers lui annonçant que les San Diego Clippers sont mis en vente pour la somme de treize millions de dollar. Sterling saute sur l’occasion et relocalise immédiatement la franchise à Los Angeles. Le succès ne sera malheureusement pas au rendez-vous. En trente années passées à la tête des Los Angeles Clippers, ses derniers n’ont terminé avec un bilan positif qu’à deux reprises. Durant des années, Sterling s’est à refusé de mettre la main à la poche pour signer un free agent ou prolonger l’un de ses rares bons joueurs. Sterling a commencé à changer pendant les années 2000 en signant plusieurs longs contrats comme pour Elton Brand ou Corey Maggette. Depuis leur arrivée dans la Cité des Anges, les Clippers vivent dans l’ombre des Lakers, mais malgré de nombreuses offres d’autres métropoles, Sterling a toujours refusé de quitter L.A. Le propriétaire des Clippers a également été au cœur de plusieurs scandales : affaire de racisme et discrimination face à son ancien General Manager, Elgin Baylor ; multiples affaires de harcèlement sexuel ; promesse non tenue d’investir $50 millions pour aider les sans-abri de l’est de la ville ou encore refus de payer l’opération du coach Kim Hughes en 2007, somme qui sera au finale payée par Corey Maggette, Marko Jaric, Chris Kaman, et Elton Brand. L’avenir de la franchise repose maintenant sur la nouvelle pépite, Blake Griffin, et sur le meneur All-Star Chris Paul. L’heure de la rédemption a-t-elle enfin sonnée pour Sterling et ses Clippers ?

 

Jerry Buss (Los Angeles Lakers) 

 

Né en 1934 ● Achat de la franchise en 1979 pour $20 millions ● Fortune estimée à $600 millions ● Autre(s) franchises possédées : Los Angeles Sparks (WNBA), Los Angeles Kings, jusqu’en 1987 (NHL), Los Angeles D-Fenders (D-League)

 

buss.jpg

 

Né à Salt Lake City, Dr. Jerry Buss commence sa carrière comme chimiste dans l’administration des mines de l’ouest américain avant de devenir professeur à temps partiel à l’université de Southern California, à Los Angeles. Passionné par son métier, il regrette d’avoir du mal à joindre les deux bouts avec son salaire de professeur. En plein boom économique dans les années 1960, il décide lui aussi de surfer sur la vague de l’immobilier pour pouvoir percevoir un deuxième revenu lui permettant de vivre plus confortablement. Parti de rien ou presque avec un capital de mille dollar, il fait rapidement fructifier ses investissement et se prend au jeu jusqu’à devenir promoteur à temps plein. Il voit alors son empire – et sa fortune – grandir de façon exponentielle jusqu’à devenir multimillionnaire…

 

C’est en 1979 que Jerry Buss rachète les Los Angeles Lakers, les Los Angeles Kings, franchise évoluant en NHL, ainsi que le Forum d’Inglewood, la salle où évoluent ces deux équipes, pour un montant total de $67,5 millions. Si Buss va revendre les Kings après quelques années, il décide de conserver les Lakers, avec qui il remportera un grand total de dix titres de champions. Les Lakers voient passer des joueurs de légende comme Magic Johnson, Kareem Abdul-Jabbar, Kobe Bryant ou encore Shaquille O’Neal et sont en permanence l’une des franchises les plus populaires de la NBA. De l’ère du showtime avec Pat Riley au jeu en triangle de Phil Jackson, les Lakers restent constamment en haut de l’affiche, et le management de Buss y est pour beaucoup. Il est également l’un des premiers à voir le basket comme un spectacle allant bien au-delà du sport, et crée par exemple les Laker Girl, sans doute la troupe de cheerleaders la plus connue au monde. Toujours très intéressé par son club, il commence cependant à doucement passer la main à sa fille Jeanie. Buss passe aujourd’hui le plus clair de son temps entre sa villa de Los Angeles et les salles de poker de Las Vegas. Il intègre par ailleurs le Naismith Memorial Hall of Fame en 2010 pour son immense contribution faite au développement du basket.

 

Herb Kohl (Milwaukee Bucks) 

 

Né en 1935 ● Achat de la franchise en 1985 pour $19 millions ● Fortune estimée à $280 millions ● Autre(s) franchises possédées : -

 

kohl.jpg

 

Diplômé de l’université du Wisconsin et détenteur d’un MBA d’Harvard, Herb Kohl débute sa carrière comme courtier sur les marchés financiers. Il fait fortune dans les années 1960 en fondant sa chaine de grands magasins, Kohl’s, qui compte aujourd’hui plus de mille points de vente à travers tous les Etats-Unis. Outre le fait d’être un homme d’affaire aguerri, Herb Kohl est également un politicien de renom, sénateur démocrate de l’état du Wisconsin depuis 1989. Il vient d’annoncer qu’il ne briguera pas de nouveau mandat lors des prochaines élections sénatoriales en 2012. Avec un compte en banque de près de trois cent millions de dollar, Kohl est l’un des hommes politiques américains les plus fortunés.

 

Herb Kohl est le propriétaire des Milwaukee Bucks depuis 1985. Il a réussi l’exploit de maintenir l’équilibre économique de la franchise dans un petit marché, et d’obtenir des résultats sportifs très corrects, notamment au début du nouveau millénaire. Parfois tenté de vendre son club, il reçoit notamment à la fin de l’année 2003 une offre de la part de Michael Jordan qui souhaite investir dans une franchise NBA, mais Kohl préfère alors garder les Bucks en sa possession. Avec une salle vieillissante, la franchise du Wisconsin a cependant besoin de retrouver un nouveau souffle.

 

Richard DeVos (Orlando Magic) 

 

Né en 1926 ● Achat de la franchise en 1991 pour $85 millions ● Fortune estimée à $4,2 milliards ● Autre(s) franchises possédées : Orlando Solar Bears (IHL), Grand Rapids Griffins (IHL), Kansas City Blades (IHL)

 

devos.jpg

 

Âgé de 85 ans, Richard DeVos est le vétéran des propriétaires en NBA. Enrôlé dans l’US Air Force pendant la Deuxième Guerre Mondiale, il fonde Amway en 1959, société qui vend à l’époque essentiellement des produits de beauté et bien-être, avant d’étendre sa gamme aux à la décoration d’intérieur, aux compléments alimentaires et produits d’entretien. L’entreprise grandit rapidement et devient le leader incontesté du marché nord-américain sur ces différents marchés. DeVos est alors dans les années 1970 l’un des dix hommes les plus riches du monde. Il délègue peu à peu ses pouvoirs à son fils Doug, mais reste ujn homme d’influence au sein du conseil d’administration. L’entreprise emploie désormais treize mille personnes pour un chiffre d’affaire annuel de neuf milliards de dollar. La fortune personnelle de Richard DeVos est aujourd’hui estimée à plus de quatre milliards de dollar. Depuis 2007, Amway donne son nom aux salles où évoluent le Magic, l’Amway Arena jusqu’en 2010 puis le flambant neuf Amway Center, inauguré en 2010.

 

DeVos acquiert le Magic en 1991 alors que la franchise vient d’être créée quelques années auparavant, et il aura la chance de remporter deux Draft consécutives lui permettant de récupérer deux des jeunes joueurs les plus prometteurs de leur génération, Shaquille O’Neal et Penny Hardaway. Orlando ira jusqu’en finale en 1995, mais le départ de Shaq vers Los Angeles couplé aux blessures récurrentes d’Hardaway vont mettre un frein à l’ascension de la franchise. Il faut attendre la venue de Dwight Howard pour revoir enfin Orlando dans les sommets de la hiérarchie, jusqu’au départ de ce dernier qui replonge la franchise dans le marasme. Fan de hockey, DeVos a également possédé successivement trois franchises en ligue mineure de hockey : les Orlando Solar Bears, les Grand Rapids Griffins, et les Kansas City Blades, mais toutes ont été revendues ou ont du mettre la clé sous la porte en même temps que leur ligue d’appartenance.

 

Peter Holt (San Antonio Spurs)

 

Né en 1948 ● Achat de la franchise en 1986 pour $24 millions ● Fortune estimée à $200 millions ● Autre(s) franchises possédées : Austin Toros (D-League), San Antonio Rampage (AHL), San Antonio Silver Stars (WNBA)

 

holt.jpg

 

Peter Holt est le CEO de Holt Cat, plus grand concessionnaire de la marque Caterpillar de tous les Etats-Unis. Il passe son enfance entre Corpus Christi et San Antonio, avant de partir au front durant la Guerre du Vietnam dans les années 1960 avec l’US Navy. A son retour, il part en Californie et travaille pour une banque d’investissement avant de rejoindre l’entreprise familiale de tracteur à San Antonio, et d’en prendre la direction en 1983. La maison Holt existe depuis 1933 mais Peter Holt va transformer la petite PME en un concessionnaire géant, présent dans tout le Texas et même au-delà.

 

Ce n’est pas par passion que Holt décide d’investir dans les San Antonio Spurs dans un premier temps, mais pour permettre à la franchise de rester dans la ville et éviter qu’un nouveau propriétaire ne la relocalise. Peu à peu, il s‘entoure d’une équipe de conseillers qui va faire de la petite franchise du Texas l’une des plus belles « success story » de l’histoire du sport américain. Depuis son arrivée à la tête de la franchise, il a remporté quatre titres de champions et son équipe a constamment été en haut de l’affiche, avec David Robinson d’abord, avec Tim Duncan ensuite, deux des meilleurs joueurs de tous les temps. N’ayant pas les mêmes moyens financiers et la même exposition médiatique que New York, Chicago ou Los Angeles, les Spurs sont parvenus à démontrer qu’un petit marché peut dominer la NBA sans jamais avoir à payer la luxury tax. Avec un effectif vieillissant, il sera intéressant de voir si la philosophie et les valeurs de Holt et des Spurs pourront leur permettre de maintenir la franchise dans les sommets de la hiérarchie dans les années à venir. Peter Holt ne possède aucune autre franchise en ligue majeure, mais est le propriétaire de trois autres équipes : les Austin Toros en D-League, les San Antonio Rampage en AHL, et les San Antonio Silver Stars en WNBA.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil