nba_g_pierce33_cr_576x324.jpg

Un premier quart-temps de feu n’aura pas suffi. Les Nets s’enfoncent un peu plus dans les profondeurs de la Conférence Est tandis que Portland s’affirme de plus en plus en véritable outsider à l’Ouest.

 

Malgré les absences de Deron Williams, Brook Lopez ou Andreï Kirilenko, le match débute sur un rythme dément. Pas un rebond de disponible puisque tous les shoots tombent. Kevin Garnett s’amuse de LaMarcus Aldridge et marque 12 points à 6/6 tandis qu’en face Wes Matthews limite la casse grâce à un impressionnant 4/4 à trois points. Les deux équipes shootent au-dessus de 70% et après les douze minutes inaugurales, le score est de 40 à 31. Brooklyn a marqué 19 paniers en 21 possessions.

 

Mais ce quart-temps laissait peu de place au doute : les Nets ont joué bien au-dessus de leur niveau réel, et Portland revient peu à peu tandis qu’en face le jeu si fluide qu’on a pu voir a laissé la place à une succession d’innombrables isolations. Le jeu des Nets et pauvre, mais Joe Johnson est excellent. Côté Blazers, Matthews continue son festival et Lillard canarde en mode Gilbert Arenas. Portland remporte le quart, mais pointe toujours derrière à la pause.

Retour des vestiaires, et c’est de pire en pire pour Brooklyn, qui marque trois paniers seulement sur leurs 15 premières possessions. Joe Johnson a laissé son talent au vestiaire, Paul Pierce a dû croiser la route des Monstars sur le chemin de la salle et Garnett fait son âge. Seul Shaun Livingston surnage, alors qu’en face LaMarcus Aldridge émerge. Le double All-Star est rentré tranquillement dans son match et maintenant c’est lui qui met la tête de Garnett sous l’eau. Portland repasse devant, et c’est loin d’être volé tant le jeu des Nets est pauvre.

 

Brooklyn a marqué 15 points seulement dans le troisième, ils n’en marqueront guère plus dans le dernier acte. Nicolas Batum, plutôt discret en attaque, fait passer une soirée cauchemardesque à Paul Pierce, qui ne rentrera que 2 de ses 12 shoots ce soir. Histoire de sécuriser, le score, Terry Stotts fait rentrer un Mo Williams bien trop rapide pour les vieilles jambes des Nets, où seul Livingston semble réveillé. Les Blazers défendent dur et contre-attaquent vite, les Nets n’auront même pas l’impression de pouvoir revenir. Brooklyn retourne aux vestiaires sous les huées de son propre public. Portland s’impose 108-98 dans une rencontre qui aura une nouvelle fois pointé du doigt les lacunes de l’équipe de Jason Kidd.

 

Aldridge a mis du temps à se mettre en route, mais termine avec un joli total de 27 points à 9/16. Lillard a fait du Lillard, marquant 19 points et distribuant 9 passes décisives, notamment pour Wes Matthews qui a rentré 5 de ses 8 tirs extérieurs pour un rendu final de 24 points. Chez les Nets, Garnett aura été éblouissant en premier quart avant de complètement disparaître de la circulation, pendant que Shaun Livingston (23 points) tentait tant bien que mal de maintenir les siens à flot.

 

Les Blazers continuent leur route et présentent désormais un bilan de 10 victoires pour 2 défaites. Ils auront été appliqués en défense et sérieux en attaque, et face à cette triste équipe de Brooklyn, ça a largement suffi. Les Nets n’ont rien proposé si ce n’est de l’isolation ou des systèmes ultra-basiques, et surtout, il n’ont jamais donné l’impression de jouer ensemble. La stat qui tue : 12 assists pour l’équipe seulement. Il faudra qu’ils montrent bien plus de créativité en attaque s’ils veulent atteindre les objectifs auxquels cet effectif peut normalement prétendre. Pour le moment, Brooklyn compte 7 défaites pour 3 victoires seulement, et ce n’est pas ce pitoyable match qui va les remettre dans le droit chemin.

 

 

 

 

Retour à l'accueil