post-670-121102.jpg

 

LA Clippers 105-95 LA Lakers

 

La situation commence à devenir vraiment préoccupante pour Mike Brown et ses troupes, défaits par les Clippers à l’issue du premier derby du Staples Center. 3 défaites et toujours pas de victoire cette saison (sans compter la pré-saison), malgré le très gros match de Kobe Bryant (40 points à 14 sur 23, 6 rebonds). Le gros soucis, c’est que derrière le Black Mamba, il n’y avait personne. Dwight Howard (13 points, 8 rebonds et 4 turnovers) et Pau Gasol ( 14 rebonds, mais seulement 10 points) n’ont pas eu l’impact qu’on pouvait attendre de leur part, et en l’absence de Steve Nash, personne d’autre n’a su se démarquer. Surement pas Metta World Peace (8 points), coupable d’un affreux 1 sur 7 derrière l’arc.

 

En face, les Clippers ont mené, avec des marges variables, pendant l’intégralité de la rencontre, emmenés par un Chris Paul en grande forme (18 points, 15 assists et 6 rebonds). Blake Griffin (15 points, 8 rebonds) et Jamal Crawford (21 points) se sont également mis en évidence, mais il faut surtout noter la performance collective des joueurs de Vinny Del Negro, puisque 5 joueurs ont inscrit plus de 10 points, et que le banc a terminé avec 46 points.

 

Une fois n’est pas coutume, les turnovers (20) auront été un énorme soucis pour les angelinos. Mike Brown est très clairement sur un siège éjectable, et les joueurs doivent vite trouver la solution à leurs errements sur le terrain s’ils veulent être les candidats au titre annoncés dans la presse. Ce n’est pas le cas pour l’instant.

 

Pour leurs « petits frères », tout va pour le mieux, puisqu’ils sont désormais à 2-0, et que leur effectif parait très équilibré. L’acquisition de Jamal Crawford est en train de s’affirmer comme l’un des mouvements les plus intelligents de cette off-season. Chris Paul est un vrai leader pour cette équipe, et entraine tout le monde dans ses performances positives.

 

La vie de Lob City est, pour le moment, un long fleuve tranquille, qui devrait facilement déboucher sur les play-offs. Pour les Lakers, on peut désormais parler ouvertement de crise.

 

Les Highlights:

 

 

 

 

Retour Ă  l'accueil