1348917532 extras albumes 0

 

Lors du « money time » des dernières NBA Finals, le Heat et le Thunder ont joué sans pivot. Chris Bosh et Serge Ibaka étaient décalés poste 5, repositionnant ainsi Kevin Durant et LeBron James au poste 4.

 

A Shanghai, Chris Bosh et les autres pivots du Heat ont essayé de ralentir un DeAndre Jordan, auteur d’un 8 sur 8 aux tirs lors de la victoire des Clippers face au Heat.

 

A Hartford, les Knicks ont causé de nombreux dégâts grâce aux pick-and-roll du tandem Raymond Felton – Tyson Chandler. Le pivot new-yorkais a compilé 16 points, profitant de son avantage sur une line-up plus petite des Celtics.

 

Deux des meilleures équipes de la NBA, le Miami Heat et les Boston Celtics, vont donc lancer la révolution d’un basket « small-ball ». La révolution consiste surtout à voir désormais des pivots comme Chris Bosh ou Kevin Garnett capables de tirer à mi-distance avec un haut pourcentage de réussite.

 

Des équipes joueront donc avec une composition non-traditionnelle, ce qu’Erik Spoelstra aime appeler du basket-ball « sans position ». Des joueurs comme Chris Bosh ou Dwyane Wade peuvent jouer au poste, en fonction des confrontations. Par exemple, Chris Bosh pourrait se placer derrière la ligne à 3 points pour écarter l’un des intérieurs du panneau. Ce système de « small-ball » nécessite donc une grande polyvalence des joueurs plus petits.

 

Si ce système est utilisé, c’est parce qu’il marche. Miami a gagné le titre. Boston a poussé les floridiens jusqu’au match 7 en jouant avec une équipe « small-ball ».

 

Mais il y a de nombreuses manières d’attaquer des équipes « small-ball », qui ont du mal à défendre  sur des pivots traditionnels.

 

A l’est, le Heat et le Celtics devront faire face à Andrew Bynum (76ers) et Tyson Chandler (Knicks). Le Defensive player of the year est un très bon joueur de pick-and-roll, souvent sous-estimé. Le problème ne se situe pas qu’au poste où la solution est de défendre ces pivots avec 2 joueurs. Il est aussi présent lors des pick-and-roll où la taille et la vitesse sont des facteurs importants.

 

Aussi bon soit il, Jared Sullinger ne peut écarter Chandler du panier. C’est pour ça notamment que Boston a signé Darko Milicic. Mais le serbe n’a pas la vitesse pour lutter contre les meilleurs pivots de l’est. L’aide devra venir des meneurs et arrières, qui devront mieux couvrir le terrain.

 

Il n’y qu’une poignée d’équipes pouvant jouer de cette manière face au Heat et aux Celtics, puisque les pivots très mobiles sont rares. Nous avons déjà évoqué les Clippers, les Sixers et les Knicks. Mais la plus grande menace se situe à Los Angeles. Les Lakers ont dans leur effectif 2 pivots très mobiles avec Pau Gasol et Dwight Howard. Le problème se complique encore plus lorsque le meneur des Lakers n’est autre que Steve Nash… Ensuite, Memphis avec Marc Gasol et Zach Randolph, puis dans une autre mesure Golden State avec sa paire Andrew Bogut et David Lee (si les 2 restent en bonne santé) pourront poser de gros soucis aux équipes pratiquant le « small-ball ».

 

Il sera très intéressant de voir durant la saison comment Boston et Miami gèrent ses challenges face aux équipes mentionnées plus haut. Mais le plus gros défi sera les playoffs, quand les équipes mettront en place les match-ups favorables faec aux équipes « small-ball ».

 

Boston et Miami restent toujours les 2 favoris pour les finales de conférences à l’est, mais ce sera surement plus difficile que prévu car ces 2 équipes ont leur faiblesse, et il y a de nombreuses façons de les attaquer.

 

 

 

 

Retour à l'accueil