74456276.jpg

 

Si vous ne le saviez pas encore, il est probable que vous vous en soyez rendu compte ce weekend. Le jeune meneur des Cleveland Cavaliers, Kyrie Irving (20 ans, 1m91) est déjà un très grand joueur. Pendant ces 4 jours de célébration en NBA, le Rookie de l’année 2012 a prouvé aux yeux du monde qu’il avait sa place parmi les meilleurs.

 

Attraction numéro 1 du Rising Star Challenge vendredi soir, il a ensuite remporté le Three Point Contest samedi contre des spécialistes du tir à longue distance (Steve Novak, Matt Bonner,…). Le tout a culminé dans sa participation à son premier All-Star Game hier soir, où il a joué 25 minutes pour 15 points et 4 passes.

 

Sixième meilleur marqueur de la ligue, premier parmi les meneurs, la première (et presque seule) option offensive des Cavs s’en donne à coeur-joie pour sa saison sophomore : 23.5 points à 47% au tir, 42.5% à 3 points (13e NBA) mais également 5.5 passes décisives et 1.7 interceptions par match, le tout en pas plus de 35 minutes jouées par rencontre.

 

Interrogé par Kurt Helin de NBC Sports, un All-Star de la conférence ouest qui préfère garder l’anonymat annonçait même que plusieurs d’entre-eux son persuadés que Irving sera le meilleur meneur de la ligue dans 3 ans. Les Cavaliers sont une équipe très jeune, en reconstruction, mais qui semble avoir trouvé sa pièce maîtresse avec le premier choix de la Draft 2011 :

 

« On a tous environ le même âge, on s’est construit par la Draft, » raconte Tristan Thompson, l’intérieur canadien des Cavs, et 4e  choix de la Draft 2011. « Nous sommes 4 joueurs du cinq de départ dans le Rising Star Challenge. Ca montre qu’on travaille beaucoup pour devenir une meilleure équipe. »

 

Aux côtés de Tristan Thompson donc, mais aussi Dion Waiters (4e choix en 2012) et Tyler Zeller, Kyrie Irving a un groupe de jeunes joueurs prometteurs qui ont tous 23 ans ou moins. De quoi envisager l’avenir avec le sourire :

 

« Nous sommes vraiment très jeunes, on essaye de comprendre comment ça marche, » explique Irving. « Regardez nos titulaire, on doit avoir 10 saisons NBA à nous cinq. »

 

Arrivé un an seulement après que les Cavs soient retombés dans l’anonymat, beaucoup voient en Irving le remplaçant de LeBron James, qui a quitté la franchise de l’Ohio en grande pompe  en 2010. Mais il ne voit pas les choses de cette manière et refuse la comparaison avec le triple MVP :

 

« Je veux juste être moi-même, je n’ai jamais voulu remplacer qui que ce soit, » soutient le natif de Melbourne, en Australie. « J’essaye juste d’écrire un nouveau chapitre à Cleveland, de montrer aux fans qu’on a beaucoup d’espoir et qu’on est très optimistes pour cette équipe. »

 

Alors qu’est ce qui a changé pour celui qui a fêté hier sa première (et probablement pas la dernière) sélection au match des étoiles ? Après avoir été blessé au mois de novembre, il est revenu encore plus fort que ce qu’il avait montré la saison dernière, ou il a enregistré une des plus belles saison pour un rookie en NBA (18.5 points à 47% au tir, 40% à trois points, 5.4 passes et 3 rebonds en 2011-2012 ; mieux par exemple que la première saison de Chris Paul). Irving nous livre ses impressions sur sa deuxième saison :

 

« Le jeu me semble aller moins vite désormais, » explique-t-il. « Juste parce que je sait qui est sur le terrain, et parce que je comprends mieux les défenses. »

 

Il s’était également préparé physiquement à l’entame de cette nouvelle saison, la première complète pour lui puisque la saison dernière a été raccourcie par le lockout. Mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu :

 

« Au début de la saison, je suis arrivé avec l’impression que j’avais vraiment pris du muscle, » raconte Irving. « Et puis je me suis fait arraché ma dent de sagesse, ce qui m’a fait perdre 5 kilos. Ensuite j’ai été très malade et j’ai perdu 3 kilos supplémentaires. Donc je suis revenu à mon poids de l’année dernière. »

 

L’été prochain, en même temps que les jeunes pousses des Cavs s’aguerrissent, ils pourraient voir un nouveau crack débarquer dans le nord de l’Ohio puisque Cleveland (16-37) pourrait avoir un nouveau choix dans le top5 de la Draft, le quatrième en 3 ans. Et Irving a aussi beaucoup parlé de la possibilité de recruter un agent libre convoité maintenant que les Cavs attirent de nouveau les regards. De plus, Cleveland possède énormément de place dans sa masse salariale, puisqu’ils n’ont que 29 millions de dollars en contrat garantis la saison prochaine, soit près de 30 millions en dessous du salary cap, sachant qu’ils sont tenus d’en distribuer au moins 85% (environ 51 millions de dollars) sous le nouvel accord salarial signé en 2011.

 

Ce que Cleveland est entrain de faire semble donc très intéressant, et le futur n’a jamais semblé aussi prometteur pour Cleveland, habitué aux désillusions, puisque la ville n’a plus gagné un titre majeur (NFL, MLB ou NBA) depuis 1964.

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil